Des applaudissements nourris pour la criminelle Carola Rackete

Publié le 11 septembre 2019 - par - 1 973 vues
Share

Carola Rackete est l’héritière de Jésus ! Le retour triomphal de notre sauveuse en Allemagne est pour bientôt.
Avez-vous entendu les nouvelles ce midi ? Et les applaudissements qui ont accompagné cette pitrerie ? Moi, oui. Je me suis demandé si ces gens étaient fous, simplement bêtes ou carrément vicieux. Deviendrai-je méchante ? Car à tous ces crétins battant des mains, je souhaite (et promptement, si possible, pour leur ôter l’envie d’ovationner des criminels) le destin des parents de Timothy (égorgé à Villeurbanne), de Maria (Fribourg, octobre 2016), des victimes du Nouvel-An 2016 à Cologne, Hambourg et Düsseldorf (agresseurs estimés à 1 500 rien que pour Cologne, coordonnées et commises par des groupes de 2 à 40 hommes, nord-africains ou arabes, principalement demandeurs d’asile , de connaitre celui de la maman du petit garçon précipité sous un train, sur le quai numéro 7 de la gare de Francfort fin juillet, celui de Michael B., père de 4 enfants, poignardé à mort par l’un des « rescapés » de la Méditerranée (15 ans) fin juin de cette année, pour ne citer que quelques-unes des milliers de victimes de ces sauvages. Peut-être des passagers de Sainte Carola, de Carola la médaillée, l’ovationnée ?

Héroïsme de pacotille

Carola Rackete, médiatique capitaine allemande du navire « humanitaire » Sea Watch, qui a accosté de force à Lampedusa avec l’onction de toute la bien-pensance européenne, ne prend pas non plus grands risques à relayer la ligne autoritaire et dominante imposée par le Traité de Marrakech ou par la vulgate libre-échangiste en matière d’acceptation de l’immigration non maîtrisée. C’est contester cette dernière qui constitue une prise de risque au regard de la morale ambiante. S’opposer théâtralement à Matteo Salvini est le plus sûr moyen de se notabiliser, de s’attirer les sympathies, de recueillir là encore l’onction et la reconnaissance. C’est la garantie d’une carrière médiatique assurée. Peu importe que cela se fasse en surfant sur le business des passeurs et autres trafiquants de chair humaine et de main-d’œuvre à bas coût : tous les moyens seront bons pour asseoir la vulgate en vogue et le marché qui l’accompagne (le figaro.fr).

J’avais déjà exprimé ce que je pense de cette contrebandière il y a quelques temps : https://ripostelaique.com/qui-est-carola-rackete-la-capitaine-du-seawatch-qui-defie-litalie.html

C’est un symbole fort, qu’ils écrivent ! Fort scandaleux, oui !
Le parlement catalan a remis un prix ce mardi à la passeuse. A la barre du navire Sea-Watch 3, elle vient d’être récompensée pour ses actions « humanitaires » qui ont permis le « sauvetage » (le ramassage prémédité) de nombreux clandestins dans la mer Méditerranée. De nombreuses ordures qui viendront déféquer dans nos piscines les bons jours, et égorger les passants les moins bons. A ses côtés, Oscar Camps, le directeur de l’ONG Open Arms, également récompensé. Je ne veux même pas savoir ce qu’il a fait, celui-là, pour recevoir une médaille. Il a aussi été récolter des centaines de clandos moyennant espèces ?

Notre ami Matteo doit bouillir de rage, comme je le connais.
A l’occasion de cette cérémonie, une offense, un affront pour tous les parents, familles et amis des victimes de ces sauvages, la légendaire louve de mer a imaginé un plaidoyer contre la politique migratoire menée par l’Union européenne. « Je suis toujours visée par une enquête (bien fait pour ta poire !) menée par les autorités italiennes mais est-ce que je suis inquiète ? Honnêtement, non. (C’est un tort, Carola) Parce que mes actions étaient justifiées. Ce qui m’inquiète, ce sont les injustices de ce monde alimentées par un système économique fondé sur la croissance et les structures de pouvoir politiques enracinées dans la période coloniale. » (Là, j’ai besoin d’aide, je n’ai rien compris).
Arrêtée puis finalement libérée, la passeuse est devenue la bête noire de Salvini, mais ne regrette rien : « Il y a un besoin d’agir très urgent. Chaque semaine, des personnes meurent dans la Méditerranée, mer que je considère comme notre frontière européenne commune. Protéger ces personnes est le devoir des citoyens européens. » Quant à protéger les habitants d’Italie et de France, ce n’est pas un devoir, peut-être ? C’est une urgence ! Une impérative nécessité !
Voici les mots que prononçait Macron le jour de son investiture : « Les Françaises et les Français qui se sentent oubliés par ce vaste mouvement du monde devront se voir mieux protégés. Tout ce qui forge notre solidarité nationale sera refondé, réinventé, fortifié. »

https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2017/05/15/discours-d-investiture-du-president-de-la-republique

Protégés ? Comment, Monsieur Macron ? En leur imposant des milliers de criminels clandestins sans même leur demander leur avis, c’est vous qui parlez de protection, de solidarité ? La seule chose que vous ayez « réinventé », c’est votre grand déballement, énorme désillusion nationale !

L’entêtement de Frau Rackete lui a valu de devenir une héroïne pour les défenseurs des clandos. Certains avaient même proposé de la canoniser.

Après avoir passé plusieurs jours à bord du Sea-Watch 3 non-loin des côtes italiennes, elle a pris une décision meurtrière et forcé le blocus décidé par Salvini, accosté de force sur l’île de Lampedusa pour débarquer une quarantaine de clandos qu’elle avait été ramasser près des côtes nord-africaines contre de juteux appointements. Ce qui s’appelle violer la loi, contrevenir aux ordres officiels, introduire de force des individus sans la moindre identification. Ce qui lui a valu son arrestation immédiate par les garde-côtes italiens. (Attention, pas derrière les barreaux, comme un italien qui aurait volé des pommes pour se nourrir, non, en résidence privée !) Poursuivie pour aide à l’immigration clandestine, elle pense être innocentée, s’adresse régulièrement à l’Union européenne. Elle demande aux 28 de s’accorder sur une politique claire de redistribution des migrants.

Dotée d’une grande lucidité, la vice-présidente du groupe parlementaire AfD, Beatrix von Storch, a déclaré : « Carola Rackete n’est pas une héroïne, mais une complice des passeurs. »

Agé de 31 ans, elle avait contrôlé le navire de sauvetage « Sea-Watch 3 » avec 40 migrants à bord sans autorisation. En entrant dans le port de Lampedusa, elle a touché un bateau de la police financière. Le fait qu’elle ait débarqué les migrants malgré l’interdiction a déclenché une vague de solidarité – mais cela n’aide en rien. Parce que l’affaire jette un coup de projecteur sur un problème beaucoup plus important. En Allemagne ces jours-ci, il semble être de bon ton de se tenir derrière le capitaine. Les hommes politiques les uns après les autres, même le président Frank-Walter Steinmeier, ont critiqué l’Italie après l’arrestation.

Et c’est quoi d’après vous, la parole de l’exécutif ? Eh bien, comme à sa détestable habitude, c’est ne tenir aucun compte de l’avis général, pour mieux privilégier leur pénible idéologie qui sent de plus en plus le soufre : décerner la médaille Grand Vermeil à Carola Rackete et Pia Klemp, les deux capitaines qui ont accosté de force à Lampedusa, fin juin ; réaffirmant ainsi « leur soutien aux femmes et hommes qui œuvrent au sauvetage des migrants au quotidien ».

https://ripostelaique.com/le-caniche-dhidalgo-klugman-file-100-000-euros-a-la-taree-carola-rackete.html

Le comble : Rackete au Parlement U.E. pour donner des leçons sur les migrants.
Le capitaine de Sea Watch parmi les « experts » invités le 3 octobre à Bruxelles pour la conférence sur le sauvetage des migrants.

http://resistancerepublicaine.eu/2019/09/07/carole-rackete-le-capitaine-du-sea-watch-invitee-comme-expert-au-parlement-europeen/

On avait déjà Greta la gonflante, et comme si cela ne suffisait pas, on nous colle Carola, la brigande !

Anne Schubert

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.