Des dizaines de clandestins africains ravagent le centre historique de Florence

Dans la grande tradition florentine de contestations et de luttes pour le pouvoir (Médicis, Pazzi, Savonarole…), il faudra désormais ajouter les « apports culturels » sénégalais qui, mardi, ont mis à sac le centre historique de la ville. Ils comptaient ainsi venger la mort d’un des leurs par un Italien, le jour précédent.

http://www.lanazione.it/firenze/cronaca/vandalismi-centro-immigrati-1.3769276

La rage qui les anime se nourrit d’une supposée xénophobie du tueur. En effet, leur congénère serait la victime d’un raciste aux idées noires (euh… sombres, pardon… ah non, toujours pas… comme dire ? suicidaires, voilà).

« Lundi 5 mars, un homme de 65 ans, typographe à la retraite, est sorti de chez lui à Florence, muni de son revolver. Il pensait se suicider en raison de grosses difficultés financières. Il avait d’ailleurs laissé un message d’adieu à sa fille. Mais il n’a pas eu le courage de se tuer. Pour finir ses jours en prison, il a tiré à six reprises sur un vendeur ambulant croisé sur un pont. »

Source : http://www.rfi.fr/europe/20180306-senegalais-tue-florence-communaute-africaine-denonce-crime-raciste

Du coup, les militants gauchistes ont gonflé à bloc les vendeurs ambulants africains, et près de 500 personnes se sont retrouvées pour manifester. Evénement qui, par l’engouement très vif de nombreux participants, a rapidement tourné à l’émeute.

Notons que RFI assure que « l’imam de Florence, Izzedin Elri, qui était sur place, a réussi à calmer les manifestants ».

Je vous laisse apprécier la justesse de l’information à la lumière des vidéos prises par des passants :

https://www.facebook.com/localteamtv/videos/1882092318499713/

http://www.youreporter.it/video_Firenze_guerriglia_100_senegalesi_devastano_centro_citta?refresh_ce-cp

Mais, s’il y a du racisme dans l’histoire, ça justifie tout.

Le procureur de Florence a néanmoins pris soin de préciser, hier, que le tireur était « fou » et qu’il s’en est pris à ce pauvre vendeur comme il s’en serait pris à une vielle dame ou au pape François. Juste avant de croiser sa future victime, le tueur a failli tirer sur une jeune femme et ses deux enfants, avant de se raviser, découragé par l’âge des marmots.

Ces éléments n’ont pas l’air d’émoustiller gauchos et clandos, qui prévoient déjà de se réunir pour une nouvelle « action » samedi.

Il faut dire qu’ils ont tout à gagner : les protestations véhémentes ont toujours plus de chance d’être entendues, et, si l’extrême-gauche y est mêlée, sont de moins en moins réprimées.

Par ailleurs, les vendeurs ambulants sénégalais de Florence peuvent s’inspirer de leurs amis nigérians. Ces derniers sont parvenus à supplanter les Napolitains dans nombre de secteurs commerciaux qui leur étaient traditionnellement réservés.

Lou Mantely

http://www.parismatch.com/Actu/International/A-Castel-Volturno-la-mafia-nigerian-a-mis-la-ville-au-pas-1343264

image_pdfimage_print