Des étudiants en médecine barrés par une épreuve de « politiquement correct »

Etudiantssacrifies.jpg

« Dans un musée, on voit une enseigne d’une ancienne chocolaterie du XVIIIe siècle avec un domestique noir qui sert sa maîtresse blanche. Le nom de la chocolaterie est “le nègre joyeux”. Qu’en pensez-vous ? ».

À quel examen croyez-vous que cette question est posée ? Sociologie ? Histoire ? Un devoir sur table, en quatrième ? Perdu.

Et la préservation de la barrière de corail, en géographie ? La vie des crevettes, en sciences de la vie et de la Terre ? Encore perdu.

Ces questions sont posées lors d’un oral en fin de première année de médecine. À des étudiants qui travaillent onze ou douze heures pas jour.

Réforme des études de santé : d’excellents étudiants en médecine éliminés par un oral évaluant leur personnalité (MàJ : « On atteint le summum de l’absurdité ») – Fdesouche

D’un côté, 15 heures d’examens écrits (12 matières, 240 h de cours) et de l’autre, 2 oraux de 10 min. (sans formation spécifique) qui comptent plus que les écrits. La palme revient à l’université de Paris où l’oral compte pour 72 % contre 28 % pour les écrits.

Deux oraux arbitraires et improvisés de dix minutes comptent donc pour 72 % de la note finale. Ces oraux sont sans aucun rapport avec la médecine, et réduisent à néant quinze heures d’examens écrits portant sur douze matières, représentant des milliers d’heures de travail.

C’est ainsi que 48 étudiants de l’université de Paris, ayant réussi leurs examens écrits, ont été scandaleusement collés, et mis à la porte du cursus car le redoublement n’est pas admis.

Christine Clerici, présidente de l’université de Paris, a trouvé cela normal, et Fredérique Vidal, sa ministre de tutelle, a préféré envoyer la police plutôt que de recevoir les étudiants en délégation.

À Tours, dix étudiants parmi les meilleurs sont irrémédiablement collés. A-t-on voulu les envoyer à Pôle emploi ?…

Interrogé sur cette question de la barrière de corail, Pierre Diot, président de la faculté de médecine de Tours, a minimisé : « On n’attend pas d’un étudiant de connaître la problématique de la barrière de corail, assure-t-il. On attend de lui qu’il manifeste un intérêt pour l’état du monde dans lequel on vit et dans lequel on va vivre, d’être capable de prendre des positions, d’argumenter, mais pas de connaître le fond ».

Mais c’est donc exactement cela, cher Monsieur ! Prendre position, argumenter : une épreuve politique.

Mais nous, les patients, nous nous moquons bien des positions politiques de nos médecins. Ils peuvent être anarchistes, ou au contraire croire au retour des Bourbons sur le trône de France, cela nous est complètement égal. Ils peuvent bien n’avoir aucune opinion sur le « nègre joyeux » (qui à mon avis est plutôt un nègre triste.)

Tout ce que nous voulons, c’est qu’ils respectent le serment d’Hippocrate, sachent diagnostiquer, et sachent nous soigner.

Il n’est pas nécessaire d’avoir pris position sur la barrière de corail pour faire une bon médecin.

Que vont devenir ces étudiants, qui ont travaillé comme des fous pendant un an ? Eh bien ils deviendront dentistes, pharmaciens, kinésithérapeutes, sage-femmes, ou ils changeront leur fusil d’épaule et feront une école d’ingénieurs.

Ou alors, ils iront à l’étranger. La Roumanie est moins injuste pour les étudiants en médecine, dit-on, la Belgique moins stricte.

Et pour avoir des médecins, comme on en manque, eh bien… on fera appel à des médecins étrangers. Aux études notoirement moins bonnes.

Des médecins algériens par exemple, connus pour être en général moins compétents, qui refuseront d’examiner leurs patientes parce qu’elles sont des femmes (j’ai des exemples), ou qui feront semblant ce qui revient au même.

Ou des internes voilées qui diront à des jeunes qui ont une maladie de l’estomac, que comme ils sont chrétiens ils ont trop banqueté pour Pâques (sic) et les renverront chez eux (re-sic).

Il ne faudra pas s’étonner après cela qu’il y ait de plus en plus de déserts médicaux en France.

En 2021, près d’un quart des Français vivaient dans un désert médical. Et cela ne fera qu’augmenter. En 2020, plus de cinq millions de personnes étaient sans médecin traitant.

Après des années de numerus clausus limitant les études de médecine, il faudra des années pour rectifier le tir. Il faut dix ans au moins pour former un médecin.

Un terrible étalage d’incompétence au plus haut niveau. Mais tout le monde s’en moque et regarde ailleurs.

Revoyons bien nos remèdes de grand-mères, cataplasmes et autres tisanes, bientôt nous n’aurons plus qu’eux. Et nos yeux pour pleurer.

Sophie Durand

image_pdfimage_print
43

29 Commentaires

  1. Mais que font, que disent nos médecins libéraux ???

    Je ne les entend pas. Bon c’est vrai que ma toubib avec les 3000 cli… euh, patients qu’elle me déclare n’est pas pressée d’avoir de la concurrence. 3000 tout en étant à peu près aux 35 heures…

    Rendez-moi le Docteur Delaroche qui m’a fait naître un soir de 1949 dans le lit de mes parents !
    Rendez-moi Th. P… mon ancien médecin qui recevait encore à 19h ! Je me souviens d’un jour où, au téléphone il m’a dit: « viens à 19h, tu seras mon dernier patient ». Et en sortant à 19h15 j’ai vu en salle d’attente un type qui était le vrai dernier patient.
    D’ailleurs, fatigué, il a fini par retourner chez lui à 250km pour retrouver un peu de temps à consacrer à sa passion: la voile, la mer, le vent.
    Tous le regrettent ici.

  2. Il est bien connu que les écoles d’ingés sont les poubelles dans lesquelles se déversent ceux qui ont raté médecine..

    • C’est effectivement plutôt l’inverse… pour ne pas dire carrément l’inverse.

      • Totalement l’inverse en effet, mais je n’ai pas voulu être méchant avec Sophie, (j’avais commencé par dire « ispice di.. »)

        Par expérience, en math sup (10 h de cours magistraux math + 2h TD, 8h de physique + 1h de TD des classes de 35) une densité incroyable de boulot personnel, environ 20% des effectifs quittent math sup à la fin du premier trimestre, –et certains mêmes après les 4 premières heures de math !! j’en ai vu) ça a été le cas dans ma math sup à Ginette !.. Beaucoup de ceux qui ont quitté la taupe ont rejoint la propédeutique (1ère année de médecine).. Tous ceux avec qui j’avais gardé le contact sont passés en 2ème année, et ils étaient parmi les premiers du concours.

        A mon époque, aux oraux des concours des grandes écoles d’ingés, on ne posait pas des questions à la science-po wokistes, c’était probablement pas utile pour construire des avions, des ponts ou des systèmes informatiques, mais bon, sait-on jamais 🙂

        • @Michel Bernard
          Votre commentaire est incompréhensible. Pourquoi l’inverse ? Pourquoi vous n’avez pas voulu être méchant ??? J’ai un neveu qui a été collé en médecine et a fait une école d’ingénieur ensuite.
          Il y a aussi des gens qui ont bien réussi leur classe prepa et même une bonne école d’ingénieur et qui vont ensuite en médecine, par vocation. Deux exemples proches de moi.

  3. Un sujet qui m’enrage au possible…… L’histoire est l’histoire du pays selon les valeurs du quotidien duranr cette epoque, point bare. Que l’on aime ou pas, ceux qui veulent eradiquer les signes qui heurtent leurs sensibilite se doivent d’etre repondue que beaucoup plus de nos jours ne se sentent pas concernes du fait qu’ils ne sont pas responsables des decisions prises trop souvent a leur insu… La justice pour certains sera toujours leur combat de raison d’etre. Un reflechi un peu plus approfondi par les pousses gueulards ne peut qu’entrener leur opposition. Pas plus. La justice aiguillee par la politique « majoritaire » du systeme politique francais ne sera jamais assez concerne….. Il faut vivre tres loin et s’y interesser de pres sans se faire influencer comme si y vivre au quotidien. Evidemment les situations de chancun peuvent etre differntes.

  4. Saloperie de Système macronnien !!
    Heureusement qu’à l’ époque où j’ ai soutenu ma thèse et souscrit au serment d’ Hippocrate, ce genre de barrage n’ existait pas. J’ espère que les étudiants en médecine échaudés -et avertis- par l’ exemple cité par Sophie Durand, ne se laisseront pas prendre au piège et répondront perfidement à ces perfides questions en faisant semblant d’ être dans la « bien pensance » et qu’une fois la sélection passée, ils resteront eux mêmes. À perfidie, perfidie et demie.Il faudra battre ces salopards avec leurs propres armes en les retournant contre eux.

    • Je ne sais pas de quel pays tu viens, je ne sais pas de quelle religion tu es, tu souffres et cela me suffit…il me semble que cette phrase est de Pasteur.

    • entièrement d’accord! seul, on ne peut pas lutteret perdre des années de travail, des milliers d’heures études et devoir dégager vers une voie de garage est impensable; donc une seule solution, la takkiya comme feraient d’autres…………

    • En 2003, déjà, j’ai réussi un concours musclé de la fonction publique A+ en me parjurant habilement et en donnant à entendre à ces cons de gauchistes de l’éducation nationale ce qu’ils avaient envie d’entendre. S’ils avaient su qu’ils venaient de coller un 18 à un militant actif FN ils auraient pris une attaque.
      Vous avez raison, il faut les combattre sur leur terrain et avec leurs méthodes de pourris.

      • Excellent ça fait du bien de voir l’arroseur arrosé de temps en temps mais combien comme vous?

  5. Avec macron, pour devenir médecin il faut être favorable à l’immigration et croire au réchauffement climatique
    (VIDEO DE CHRISTINE TASIN)

    La 2ème partie des épreuves orales sans rapport avec la médecine ; à Paris ce sont des profs d’écoles de commerce qui jugent… sur des sujets de société !

    Des parents ont fait des recours devant le Conseil d’Etat et ont gagné.

    https://resistancerepublicaine.com/2022/01/23/avec-macron-pour-devenir-medecin-il-faut-etre-favorable-a-limmigration-et-croire-au-rechauffement-climatique/

  6. Infiltration idéologique gauchiste à tous les niveaux, depuis très, très longtemps.
    La laïcité, c’est bien beau, mais quand ça devient une religion, le remède devient pire le mal.

  7. Des méthodes de recrutement qui favorisent les femelles féministes au service du politiquement correct ET au détriment des talents et des compétences.Ces méthodes de recrutement iniques sont utilisées pour tous les concours de la focntion publique l’exemple type étant la « magistrature » où toute parité est désormais volontairement bannie par la dictature ripoublicaine ségrégationistes et faiaiministe. L’arbitraire n’est pas l’exclusivité du fantoche Macron , mais remonte à plusieurs années.Et les biens pensants diront qu’ils combattent les désert médicaux.Il y a encore des cons aux cerveaux nécrosés hélas.C’est aussi ça les effets secondaires du vax.

  8. A l’ère où les mondialistes satanico-transhumanistes sèment la mort des êtres humains dans le monde (covid, vaxxins, avortement, euthanasie…), la mort de la France (fille aînée de l’Église), appauvrir le corps médical, le rendre encore plus manipulable qu’il n’est déjà, c’est ce qui leur plaît.
    Ils veulent des ‘médecins’ qui répètent ce que big pharma leur dit. Des médecins qui appliquent du Redevismir-Gilead et des injections létales sans broncher. Et comme il n’y a plus de moral, le seul dieu pour les ‘médecins’ et les autres c’est $$, ça marche pour les mondialistes sataniques.

  9. Actuellement il y plus de 30 000 médecins étrangers qui exercent en France dont 62% dans nos hôpitaux. La plus forte augmentation s’est effectué depuis 2007 à 2020 ( 92% !) source Le Monde)

    • cela est normal,ils viennenet en france faire leurs etudes,payes par la france,bourse,logement,une fois ,leur etudes finis,ils devraient repartir dans leur pays pour soigner la population et bien non,il reste en france,bien sur ils gagnent 100fois plus que au magrheb,pendant le covid a la TV,la plupart des medecins invites avait un prenom et nom nmusulman,le changement de population

  10. elle est belle la france !!!
    quel désastre absolu !
    et l’autre qui est encore à 24% dans les sondages ……

  11. C’est exactement ce qui est arrivé à la petite fille de ma compagne qui après un an de travail intense a été invitée à aller voir ailleurs, il vaut mieux avoir des médecins étrangers qui ont pour certains eu leur diplôme dans une pochette surprise (arabes roumains etc..).

  12. Christine Clérici, présidente de l’université de Paris, a trouvé cela normal, et Frédérique Vidal sa ministre de tutelle. Je me demande combien de temps faut il pour former ce genre d’imbéciles?

  13. Crise des opiacés : McKinsey paie 573 millions de dollars pour solder des poursuites.
    https://www.lefigaro.fr/societes/crise-des-opiaces-mckinsey-paie-573-millions-de-dollars-pour-solder-des-poursuites-20210204

    McKinsey est connue depuis toujours pour les immenses catastrophes que génèrent ses « conseils »
    Le scandale ENRON et la faillite de Swissair sont également à son actif.
    https://twitter.com/Genesis1063/status/1483954112970514435?cxt=HHwWhoCz6eiZiJgpAAAA

  14. voilà une info qui n’a pas été diffusée par les médias aux ordres, et qui ne le sera jamais tellement elle dénonce un fait partisan

  15. Avant le COVID je n’avais aucun apriori négatif sur les toubibs, mais vu le spectacle médiatique accablant depuis le début de cette pandémie, j’ai de plus en plus de doutes sur le sérieux de la profession médicale !
    Maintenant cette sélection de bien-pensants voir d’islamo-compatibles fait peur !
    La santé quoi qu’il en coûte, entre came spéculative et marabout, le choix se corse !

  16. Je me souviens du bon petit déjeuner Banania que ma grand-mère me servait avant d’aller à l’école. Il avait une bonne bouille le tirailleur sénégalais qui disait « Y a Bon, Banania  » sur la boite !!

  17. Incompétence ?….vous me fait vraiment chié à essayer a chaque fois de nous faire croire que se serais une question d’incompétence…alors que tout cela pensé et voulue…leurs but détruire de l’intérieur toutes les nations heleno-chretienne blanche occidentale…

  18. N’ est ce pas le cas dans toutes les branches d’ activité et ce depuis 1945 ?

  19. Triste perspective à moins qu’un président intelligent et courageux envoie tous ces idéologues de facultés se faire pendre ailleurs, sans indemnité ni retraite.

Les commentaires sont fermés.