Des milliers de djihadistes nous menacent chaque jour

Publié le 23 décembre 2019 - par - 10 commentaires - 1 272 vues

Directeur général de la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure), Nicolas Lerner s’est expliqué, le lundi 23 décembre, sur la menace terroriste en France.

« Elle demeure particulièrement élevée en cette fin d’année 2019. Cette année encore le terrorisme a tué et quatre tentatives d’attentats terroristes ont pu être déjouées par la DGSI et les autres services concernés.

Tous ces attentats déjoués impliquaient des individus « français » ou étrangers, mais nés et ayant grandi en France et qui, pour des motifs variés, ont adhéré à cette idéologie mortifère et nourri une haine à l’égard de nos institutions.

L’un de ces attentats le plus abouti cette année concernait quatre individus qui envisageaient, au printemps dernier, de s’attaquer aux forces de l’ordre en surveillance devant le palais de l’Élysée, dans le 8e arrondissement de Paris. Ils ont été incarcérés.

La menace terroriste a évolué dans sa nature et il nous faut être très vigilants sur « les revenants » et sur les individus radicalisés qui ont purgé leur peine (qui sont, et seront remis en liberté !).

Plusieurs attentats se sont produits en 2019. Souvenons-nous de Lyon, au mois de mai et également celui au sein de la prison de Condé-sur-Sarthe.

Nous avons affaire à des profils humains et psychologiques extrêmement variés.

La menace terroriste a évolué dans sa nature.

La menace de groupe terroristes organisés pour planifier des attaques d’envergure a diminué, mais sans avoir complètement disparu.

Nous sommes aujourd’hui confrontés à une autre forme de menace, il s’agit d’une menace interne, dite « endogène ».

Les individus qui sont actuellement « suivis » sont, pour l’essentiel, nés en France, ont grandi en France, et se radicalisent et se dirigent vers Daech sans être allés sur les zones de combat. Tous les profils impliqués dans les affaires terroristes en 2019 relevaient de cette catégorie.

Ce sont 1 300 individus, français ou étrangers, qui ont quitté le territoire national pour rejoindre l’organisation de l’État islamique.

Plus de 280 d’entre eux sont déjà revenus en France. Tous ont été judiciarisés et la majorité d’entre eux est encore incarcérée.

Ils font, et feront l’objet d’un suivi par les services de renseignement.

Un certain nombre se trouve encore en Syrie et en Irak. Certains sont détenus, d’autres sont d’ores et déjà suivis sur ces zones.

« Ils devraient répondre de leurs exactions et de leurs crimes sur les territoires où ils les ont commis ».

L’action des services de renseignement et des services de police est de tout mettre en œuvre afin que les « radicalisés » qui ont purgé leur peine ne puissent pas récidiver.

Plus de 500 sont actuellement incarcérés pour des faits de terrorisme et plus de 900 autres individus sont en prison pour des faits de droit commun et « suspectés de radicalisation », donc un potentiel de 1 400 individus potentiellement dangereux pour notre société !

Cela implique la nécessité impérative de séparer les « terroristes » des délinquants de droit commun afin qu’ils échappent, dans la mesure du possible, à une radicalisation inévitable.

Depuis le 31 octobre 2017, les services de renseignement ont été dotés d’outils nouveaux pour le suivi de ces « sortants » de prison.

Cela fait partie des sujets les plus prioritaires de la DGSI et de l’ensemble des services de police.

Nous réclamons depuis des années (premier article en 2016) que « la reconnaissance faciale » soit mise en place pour le suivi instantané et préventif de tous ces terroristes, dès leur retour en France et dès leur sortie de prison.

Manuel Gomez

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Antécumé

Moi je suis pour la reconnaissance faciale…
Post mortem

POLYEUCTE

Reconnaissance faciale pour 68 M d’habitants ? Des milliards !
Comme la Chine ?
Par contre, reconnaissance carcérale voire létale !

Pedro de la Mancha

Les traîtres à la nation c’est cour martiale et peleton d’exécution. Toute autre solution est un leurre.

Rems

Armez vous !

peplum

Et oui, si peut-être moins de lions du califat dans les rues, une approche “orientée objet” (jargon de programmation informatique) peut bien susciter des soldats du califat : des fanas (certes), mais pas de saint-nectaire fermier, ni de quinoa.

pauledesbaux

tout est clairement consigné dans l’ouvrage de
JEAN FRANCOIS CERISIER :
Guerre à l’Occident – Guerre en Occident
que vous pouvez vous procurer à RIPOSTES LAIQUES
pour 19,00 euros
qui aurait dû être sur tous les bureaux de nos dirigeants dignes de ce nom,
tous les présidents d’associations,
tous les donneurs de leçons qui ne connaissent RIEN de l’islam
enfin tous les responsables de la securité de nos citoyens
bonne lecture à tous
faites-vous offrir cet ouvrage car nous n’avons encore rien vu et le pire est à venir prochainement.

patphil

tant que ce sont les gueux qui trinquent, ils s’en contrefichent
attendons voir ! si des juges ou des politiciens soient touchés, peut être réfléchiront ils ?

sitting bull

en Europe c est tous les jours que les polices Européennes arrête ces cinglés pour la plupart pas très futé , des milliers pourrissent en cellule dans toute l UE et pas quand France , grâce aux polices des dizaines d attentat ont été déjoués

.Dupond1

Pourvu que les terroristes ne s’attaquent pas a la SNCF et a la RATP …..on serait vraiment dans la panade sans moyens de transport !!!

Matlep

Ça ne peut pas ,vils bossent tous là bas

Lire Aussi