Des millions de Fanny Truchelut ! Pour que la France redevienne un pays laïque !

Après l’incompréhensible attitude de Mme C Fourest, c’est une autre intervenante de Respublica, Mme Catherine Kintzler qui s’en prend aux descendants des Lumières, de Jules Ferry et d’Émile Combes, à nous tous, citoyens qui n’acceptons pas l’intrusion insupportable du religieux dans notre vie privée. La première voulait  » clarifier  » la laïcité, la seconde voit chez ses défenseurs une attitude  » dogmatique  » qu’il faut combattre !

 » La gauche hollandaise est malade du même mal qu’une certaine gauche française : elle voit dans l’islamisme une révolte sociale légitime et dans ses mœurs et ses coutumes une  » spécificité  » qu’il convient de respecter…  »

Ainsi parlait Philippe Val, un proche de Caroline Fourest, le 19 octobre à 7 h 55 sur France Inter, à propos d’Ayaan Hirsi Ali députée néerlandaise, condamnée à mort par les islamistes et lâchée par la gauche néerlandaise :  » Bien fait ! Elle n’avait qu’à respecter les spécificités « .

C’est bien la même capitulation communautariste et bêlante que l’on observe chez les représentants de cette gauche française qui s’autoproclame républicaine.

Et c’est dans la mouvances de cette gauche là que des associations ont entrepris d’aider la charia à s’installer en France à grands coups de jurisprudences.

Ainsi, dénoncer les fondamentalistes religieux qui veulent mettre à bas notre République Laïque et Démocratique, protester contre une décision de justice insupportable, critiquer les positions anti-démocratiques et partisanes de quelques tenants de cette gauche protestataire, ce serait du dogmatisme ultra laïciste, comme l’écrit cette pourfendeuse de la laïcité et de la liberté des femmes.

Et ce sont des femmes, oui, des femmes, des  » féministes  » qui prônent l’obligation d’accepter le port du voile islamique en public et jusqu’au domicile des particuliers.

Mais qui sont-elles, ces femmes qui donnent des leçons de laïcité et qui confondent le voile de la religieuse et sa vocation ou  » l’habit qui fait le moine  » et son sacerdoce, avec un voile islamique ?

Il ne s’agit plus là de l’accessoire vestimentaire d’un officiant de tel ou tel culte, de son vêtement de travail en quelque sorte, mais du signe distinctif de la femme soumise, asservie, d’un outil de propagande, d’un moyen de provocation récurent contre nos lois laïques et démocratiques.

Comme le dit très bien Fanny Truchelut dans son intervention sur le forum de Marianne, ce n’est pas seulement pour elle, mais pour ses filles qu’elle se bat.  » Que sera leur vie demain si moi, leur mère, je fais comme « si » il ne passe rien ? …Moi je sais que je ne porterai pas la burka, mais pour ma petite fille, je n’en suis pas si sûre! »
Là ou les imams, les papes, les popes et les gourous avancent, l’État républicain laïque et démocratique recule !

Bernard Pacory

Note de la rédaction : Monsieur Bernard Pacory, qui se dit homme public de la région lilloise, tient à nous faire savoir qu’il n’est pas l’auteur de cet article, mais qu’il s’agit d’un homonyme. Dont acte.

image_pdfimage_print