Des socialistes comme le maire de Sarcelles ou des laïques comme Bauberot sont une aubaine pour Sarkozy

C’est seulement dimanche 29 juin que j’ai pu regarder l’émission « C dans l’air », d’Yves Calvi, programmée le jeudi 26 juin (1), suite à l’affaire de la mosquée de Vigneux, révélée par notre journal. Il y avait quatre invités. L’incontournable Caroline Fourest, le philosophe musulman laïque Abdenour Bidar, le maire socialiste de Sarcelles, François Pupponi, et le pape de la laïcité ouverte, Jean Bauberot.
Nous avons eu un reportage sur Vigneux, où le maire UMP, Serge Poinsot, a parlé de « tempête dans un verre d’eau ». Si le ministre des sports, Bernard Laporte, ainsi que les télévisions, se déplacent à chaque « tempête dans un verre d’eau », ils vont avoir beaucoup de travail ! Plus encore, comme le remarquait logiquement notre collaborateur Radu Stoenescu, dans un article paru la semaine dernière, si la version du président musulman de Vigneux est vraie, pourquoi donc avoir annulé le tournoi (2) ?
Signalons, à toutes fins utiles, que l’ineffable Poinsot a inauguré, cette semaine, la mosquée de Vigneux, en compagnie du président de l’Association Culturelle des Musulmans de Vigneux, ce qui a permis aux deux compères d’ironiser sur la vague médiatique qu’ils ont eux-mêmes soulevée.
Mais le discours des quatre intervenants de ce débat résume, à lui seul, l’incroyable recul laïque que notre pays subit depuis 1981, comme le signale, à juste titre, notre lecteur, Michel Tonarelli, dont le texte – que vous pouvez lire (3) – nous a beaucoup touchés.
Commençons par le sociologue de la laïcité, Jean Bauberot, qui, grâce aux nombreux dérapages anti-laïques de Nicolas Sarkozy, essaie de se refaire une santé sur cette question en publiant un ouvrage contre le nouveau Président !
Mais, par delà son titre de professeur à l’Ecole pratique de Hautes Etudes, qui est vraiment Jean Bauberot ? C’est un de ces intellectuels qui, depuis des années, distillent, dans le camp laïque, le venin du discours sur la « laïcité apaisée », grâce auquel la République doit éviter tout excès de jacobinisme et s’adapter aux nouvelles réalités – dont la plus importante est l’islam.
Au niveau des faits, cela se traduit par l’introduction de Tariq Ramadan dans les milieux laïques, comme le montre la commission « islam et laïcité » de la Ligue de l’Enseignement, véritable tapis rouge déroulé sous les pieds du prêcheur salafiste – ce qu’ont dénoncé fort justement Caroline Fourest et Fiammetta Venner dans « Tirs croisés contre la laïcité ».
Jean Bauberot a été le seul membre de la commission Stasi à s’opposer, jusqu’au bout, au vote d’une loi contre les signes religieux à l’école. Cela lui a valu d’être l’invité de l’UOIF, en 2005, au Bourget, les islamistes remerciant toujours leurs idiots utiles (4) !

Torturé par la culpabilité sur le plateau de « C dans l’air », Jean Bauberot n’a cessé de minimiser la réalité de l’offensive musulmane contre la laïcité. Il s’est fait l’apôtre du multiculturalisme, et, bien sûr, n’a pas manqué d’attaquer le despotisme de l’Etat-Nation. A écouter Monsieur Bauberot, les médias ne s’intéressent à l’islam que dans un souci d’audimat, médiatisant, en conséquence, quelques histoires marginales, qui, finalement, stigmatisent toujours les mêmes populations !
En un mot, Jean Bauberot, c’est la partition classique du chrétien de gauche !
François Pupponi, quant à lui, aura le triste privilège d’éclairer les téléspectateurs sur ce qu’est devenue une partie de la gauche dite laïque. Il est vrai qu’il est maire de Sarcelles, et que cette ville est connue pour être le laboratoire du communautarisme (5).
Son intervention a débuté par un absolu : lors de fêtes religieuses, aussi bien juives que musulmanes, TOUS les élus de la République prêtent leurs locaux à des associations cultuelles, au sein desquelles les maires constatent que les hommes et les femmes sont séparés ! Les élus laïques qui demeurent dans ce pays seront ravis d’apprendre de la bouche de Monsieur Pupponi que la réalité de Sarcelles s’impose à la France entière !
Mais cette bombe fut une bombinette comparée à celle que lança ce même Pupponi lorsqu’il déclara que la laïcité lui interdisait d’interdire cela !
Et de nous expliquer qu’il ne pouvait, au nom de la laïcité, refuser des horaires de piscine réservés à une association cache-sexe des Loubavitchs, groupe religieux juif intégriste.
Et de prétendre qu’il lui était impossible de ne pas prêter le théâtre de la ville à une association qui en proscrivait l’entrée aux hommes !
Et de réclamer au gouvernement de nouveaux textes !
Par ses propos, le maire de Sarcelles justifie non seulement l’attitude du maire UMP de Vigneux, mais aussi notre inquiétude, car, à l’écouter, nous nous demandons bien à quoi a pu servir que Bernard Laporte descendît dans cette ville et y rappelât que la République ne saurait accepter semblable attitude !
Avec François Pupponi, la laïcité donne un second souffle à la fameuse formule : « Il est interdit d’interdire ! ».
Le maire « socialiste » (qui se dit athée) finira en feu d’artifice, justifiant pêle-mêle le port de la kippa par un élu municipal en fonction, les carrés musulmans dans les cimetières, et surtout la viande casher dans les cantines scolaires, car, à l’en croire, c’est en autorisant cette viande qu’on permettra aux enfants juifs de revenir dans l’école publique !
Il va sans dire que les musulmans qui réclament la viande halal dans les écoles, la conseillère municipale voilée d’Echirolles, ainsi que le moine bénédictin siégeant en soutane au conseil municipal de Plouharnel, auront bu les paroles de ce maire « de gauche » !
Etrange maire de gauche, cependant, qui se fait fort d’attaquer plusieurs fois la République, coupable, à ses yeux, de tous les maux, oubliant, au passage, de s’arrêter sur les évidences nocives du capitalisme !
Si je m’appelais Nicolas Sarkozy, je l’inviterais tout de suite à toiletter la loi de 1905, histoire de mettre davantage de pagaille au PS !
Et pour continuer à faire part des prestations respectives de nos quatre invités, que va-t-on dire maintenant du discours, désormais classique, de Caroline Fourest, sinon qu’il est remarquablement inefficace ? Certes, on avait envie de l’encourager quand elle contrait les duettistes Pupponi et Bauberot. Mais face à de tels interlocuteurs, les limites de son discours « laïquement correct » apparaissent très vite. « Ce n’est pas l’islam, ce sont les méchants intégristes qui attaquent la laïcité » (ah bon ?). Caroline passe son temps à essayer d’enjoliver une situation – comme la progression des mariages mixtes en France. Elle déclare qu’il ne faut plus employer le mot « intégration » (ah bon ?). Elle justifie une non-mixité progressiste, qu’elle oppose à une non-mixité réactionnaire (ah bon, même dans les espaces publics ?). Pour elle, la montée des attaques contre la laïcité n’a rien à voir avec l’immigration (ah bon ? D’où vient, dans ce cas, la progression de l’islam ?).
Caroline Fourest terminera par une charge en règle contre les laïques « radicaux, ultra-radicaux » qui ont soutenu Fanny Truchelut (on s’est senti un peu visé !), répétant à cette occasion qu’il fallait accepter le verdict du tribunal, car la laïcité ne pouvait justifier de tels comportements liberticides (ah bon ? Faut-il donc accepter le voile partout, sauf à l’école ?).
Bref, renvoyons dos-à-dos les radicaux laïques et les radicaux religieux – dont les musulmans, mais il n’y a pas qu’eux -, laissons Caroline Fourest accepter les accommodements raisonnables progressistes et refuser les accommodements raisonnables réactionnaires, et la laïcité sera sauvée !
Mis à part Yves Calvi – dont les réflexions pertinentes lui ont permis de dominer son exaspération face à la pensée biaisée des Jean Bauberot, François Pupponi et autre Caroline Fourest – celui qui se révéla à la hauteur de la situation fut, sans conteste, Abdenour Bidar.
Lui seul eut le courage de dire :
– Arrêtons de minimiser la situation !
– Arrêtons de taire les attaques lancées contre la République !
– Arrêtons de ne pas reconnaître que c’est principalement de l’islam que viennent ces attaques !
– Arrêtons de taire la régression communautariste – que nous constatons, par exemple, en matière de mixité ou de virginité !
– Arrêtons de celer que l’islam n’a rien produit de nouveau depuis des siècles, et qu’une mise à jour de ses textes est indispensable !
– Suite à un reportage dans un foyer africain où l’on voyait la logique du village reproduite en France, il sut dire que ce que l’on venait de voir était certes sympathique, mais aussi tragique.
– Il sut, seul contre tous, dénoncer les carrés musulmans dans les cimetières, en faisant remarquer qu’il était étonnant de réclamer le « vivre ensemble », tout en revendiquant le « mourir séparément » ! Il s’étonna qu’on pût vouloir être enterré seulement au milieu de ses semblables, et pas au milieu de tous les hommes, comme si le seul acte fédérateur pouvait relever d’une même appartenance religieuse.
– Il osa parler du rapport obscurantiste qu’entretiennent de nombreux musulmans avec leur religion, évoquant, à ce sujet, la nécessité d’un aggiornamento.
– Il souligna les acquis de la société occidentale, issue des Lumières (sur lesquelles Bauberot crachera plusieurs fois !), en montrant en quoi la liberté de conscience avait permis à cette même société de s’émanciper de l’obscurantisme.
– Il en appela à la fermeté de la République, pour qu’elle ne recule point et mette en œuvre son modèle laïque.
A un moment de notre histoire où pas une semaine ne se passe sans que la République et la laïcité ne soient mises à l’épreuve par la religion musulmane, cette émission fut on ne peut plus symptomatique.
Que s’est-il passé de nouveau, cette semaine, après l’affaire de la mosquée de Vigneux, qui succédait au mariage de Lille, qui lui-même succédait à la conseillère municipale voilée d’Echirolles, etc.
Presque rien ! Une lectrice nous écrit pour nous signaler qu’à Alfortville, les islamistes sont en train d’essayer de construire une mosquée illégalement, comme à Champs-sur-Marne, quelques mois auparavant.
Presque rien ! Une autre lectrice nous informe que dans Le Parisien du 29 juin, le rectorat de Créteil présente ses excuses à une mère accompagnatrice voilée qui a été imposée de force par d’autres mères d’élèves à un directeur qui n’en voulait pas, lors d’une sortie scolaire !
Presque rien, un autre lecteur nous informe qu’en Alsace, un conseil municipal a voté pour la viande halal dans une école publique à la rentrée.
Pour ne pas stigmatiser une religion, j’éviterai de parler de ce musulman qui a mis la pagaille dans un hopital privé catholique pour faire décrocher, aves succès, un crucifix, ni maire de La Verpillière qui a reculé sur ses horaires communautaristes de piscine municipale !
Comme dirait l’ineffable Bauberot, il faut arrêter de surmédiatiser des problèmes mineurs. Comme dirait Pupponi, il est interdit d’interdire, pour un laïque !
C’est un chrétien de gauche, d’obédience protestante, régulièrement présenté comme une référence laïque, ainsi qu’un socialiste (!) qui tinrent les discours les plus anti-laïques. Tous deux se disent favorables à une révision de la loi de 1905, qui se verrait, de ce fait, adaptée à l’islam, alors que l’inverse est le bon sens même ! Les véritables fossoyeurs de la laïcité et du modèle républicain de notre pays, ce sont eux !
C’est une laïque féministe bien-pensante qui, au nom du respect des libertés individuelles et du refus de stigmatiser l’islam, désarme son camp en minimisant la gravité de l’offensive du voile, et enfonce les femmes qui y résistent, comme Fanny Truchelut. Que n’écoute-t-elle Chahdortt Djavann, qui explique tellement bien la place essentielle du voile dans l’offensive européenne de l’islam (6) Quand donc Yves Calvi l’invite-t-il, ou bien Ayaan Hirsi Ali, Taslima Nasreen ou Wafa Sultan, voire Michèle Vianès, pour nos sortir des discours anesthésiants de Caroline ?
(6).
C’est enfin un musulman qui, refusant la langue de bois, pointe avec le plus de précision la gravité de l’offensive islamique, s’inquiète des reculs de la République, et en appelle à la plus grande vigilance laïque.
Finalement, qui, au terme de cette émission, pourrait prétendre qu’il n’y a pas de dégénérescence laïque de toute une partie de la gauche ? N’est-ce pas, en effet, tout un pan de la gauche qui abandonne ceux qui ont le plus besoin de la laïcité face aux fascistes islamistes ? N’est-ce pas cette même fraction de la gauche qui prépare ainsi la laïcité positive qu’appelle de ses vœux, Nicolas Sarkozy ?
Cyrano
Edito du numéro 48, remplacé par un édito spécial Mohamed Sifaoui
(1) http://www.france5.fr/c-dans-l-air/index-fr.php?page=resume&id_article=3073
(2) http://www.ripostelaique.com/Vous-etiez-de-meche-avec-eux.html
(3) http://www.ripostelaique.com/Propagez-la-revolte-car-je.html
4) http://www.atheisme.org/bauberot2.html
(5) http://www.communautarisme.net/Sarcelles-les-apprentis-sorciers-du-communautarisme_a1018.html?preaction=nl&id=636556&idnl=36392&
(6) http://www.bivouac-id.com/2008/06/29/chahdortt-djavann-que-pense-allah-de-l%e2%80%99europe/

image_pdf
0
0