Des travailleurs subsahariens dénoncent le racisme et l’antisémitisme du NPA

Publié le 28 avril 2015 - par - 2 625 vues
Share

besancenotpalestineJ’ai la chance d’être en contact avec des travailleuses et travailleurs venant de pays différents principalement d’Afrique Subsaharienne (Côte d’Ivoire, Cameroun…), de Madagascar ainsi que des Antilles Françaises. Il est bien sous-entendu que ces personnes ne sont pas d’obédience mahométane.

Nous avons échangé des propos sur la société Française en général portant sur l’éducation, l’école, le travail, le sens du devoir envers leur pays d’accueil et surtout sur les positions des différents partis politiques, plus ou moins représentatifs, de notre société envers les différents courants migratoires.

Et alors, là, je suis tombée de l’armoire ! Je leur ai posé la question suivante : à vos yeux quels sont les partis les plus antisémites et les plus racistes en France ? Réponse unanime les « NPA – antifas » (sic) et la gauche en général ! Pourquoi ? « Parce que ces gens-là n’ont pas évolué avec le temps, ils sont fossilisés dans leur idéologie et dans les luttes ouvrières du début du 20e siècle et nous considèrent comme des pauvres enfants mentalement incapables de prendre leur destinée en main. Ils se prennent pour des espèces de « super héros » venant au secours des pauvres nègres victimes des rapaces de la droite. Pour eux nous sommes des êtres inférieurs qui n’atteindront jamais la maturité nécessaire pour prendre notre place dans le concert des nations de premier plan. Alors, ils sont là, soi-disant, pour voler à notre secours et pour nous empêcher de grandir par nous-mêmes quel qu’en soit le prix. Et cela, c’est du RACISME A L’ETAT PUR.

Quant à l’antisémitisme, soigneusement caché derrière l’antisionisme, il faudrait plutôt parler d’antijudaïsme viscéral de leur part qui leur sert d’épouvantail facile à agiter à défaut de dénoncer la haine des mahométans envers tout ce qui touche les Français de confession juive. Avec eux, c’est l’arbre qui cache la forêt quitte à mettre tout le monde dans le même panier pour brouiller les pistes de leur lâcheté devant le péril, qu’ils ont mis en place, avec des populations qui refusent de s’intégrer et qui ne le feront jamais.

Nous nous respectons, aimons ce pays grâce auquel et dans lequel nous pouvons avoir un avenir et nous lui en serons toujours reconnaissant ».

Sidérant, non !

Cassandra Troie

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.