Désinformation : le cas d’école du choléra en Haïti, 2010-2018

Publié le 11 avril 2021 - par - 4 commentaires - 1 150 vues
Traduire la page en :

Interview, le 9 avril dernier, du professeur Renaud Piarroux (photo), épidémiologiste, professeur à la Sorbonne, chef de service de parasitologie à l’hôpital de La Pitié-Salpêtrière, spécialiste des maladies infectieuses et tropicales.

En première partie (jusque vers 1 : 30 : 55), le Pr Piarroux dénonce la désinformation systémique (gouvernements, institutions internationales, en tout premier lieu l’ONU et OMS) qui a entouré l’épidémie de choléra qui a frappé Haïti entre 2010 et 2018.

Courant 2008, la flambée des prix à la consommation sur l’île – et particulièrement ceux des denrées alimentaires de base – provoque de violentes émeutes qui font de nombreux morts et blessés. S’ensuivent des troubles récurrents qui convainquent l’ONU, début janvier 2010, d’envoyer sur place un contingent de « casques bleus » afin de restaurer la sécurité.

Le contingent onusien est formé de soldats népalais. Quelques jours après leur arrivée en Haïti, de nombreux cas de choléra se déclarent à proximité de leur camp. La propagation du choléra sur l’île est alors foudroyante.

En août 2016, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime que cette épidémie  a causé 10 000 morts pour plus de 800 000 cas, majoritairement recensés en Haïti et en République Dominicaine, mais aussi à Cuba et au Mexique. C’est l’une des plus importantes épidémies de choléra depuis le début du XXIe siècle, avec celle qui frappe le Yémen depuis 2016.

Il a fallu attendre le 1er décembre 2016, pour que le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon reconnaisse officiellement le rôle qu’ont joué les Nations Unies dans le déclenchement de cette épidémie.

Jusque-là, le discours officiel des institutions internationales pointait la réapparition « normale », « spontanée », de l’épidémie qu’avait connu Haïti au début du XXe siècle, le lien avec l’épidémie péruvienne de 1991, la présence « endémique », « dormante », des vibrions dans l’estuaire des fleuves, réactivés par les effets conjugués du réchauffement climatique (sic !), ou encore la situation sanitaire problématique du pays (manque d’infrastructure et de gestion de l’eau, péril fécal…).

Il a fallu l’acharnement de quelques médecins internationaux – le Pr Renaud Piarroux est l’un d’eux – dépêchés sur le terrain pour comprendre que l’épidémie était en fait directement liée à la présence des soldats du contingent népalais. En bref : à leur arrivée en Haïti, ces derniers étaient porteurs sains du choléra, et les conditions sanitaires liées à l’installation de leur camp étaient proprement désastreuses (évacuation des latrines directement dans les rivières avoisinantes…).

Dès le 30 novembre 2010, le Pr Piarroux a remis un rapport, Comprendre l’épidémie de choléra en Haïti, aux autorités françaises et haïtiennes, rapport publié dans la Revue scientifique du Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), d’Atlanta.

Malgré l’évidence, l’Organisation des Nations Unies a pendant de nombreuses années totalement nié son implication dans l’apparition et la propagation de l’épidémie et demandé à ses « spécialistes » de développer un discours alternatif alignant désinformations, mensonges et explications fantaisistes…

Le Pr Piarroux relate son expérience dans un ouvrage publié en mars 2019, Choléra. Haïti 2010-2018 : histoire d’un désastre, Ed. CNRS

***

En deuxième partie, l’épidémiologiste compare – avec la grande prudence langagière que lui impose sa charge de conseiller auprès du gouvernement français – cette histoire d’épidémie de choléra en Haïti et la désinformation à laquelle elle a donné lieu, avec la situation actuelle concernant la «pandémie» de Covid 19 et sa gestion erratique par les autorités sanitaires de notre pays…

Un entretien long (qu’on peut sans difficulté suivre à la vitesse 1.5 – voire 2 pour les «auditeurs» rapides – : voir «Paramètres», roue crantée), mais en tout point passionnant.

Henri Dubost

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Phil93

nos “scientifiques” ont l’habitude de nous baratiner . Cela a été découvert lors de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl dont le nuage radio actif qui a arrosé toute l’europe s’est arrêté à la frontière française !
cle continue de plus belle avec le réchauffement climatique dû à l’homme, poussière dans l’univers et cette fausse pandémie que l’OMS s’est décidée à proclamer une semaine après avoir reçu un chèque de 50 millions de dollars de Bill Gates qui tenait à cette proclamation jusqu’alors refusée…

Anton

Ce matin, 7h, France-Musique(s !), 1er journal du matin, sujet: Haïti (les affaires françaises peuvent attendre !) Ce n’est plus le choléra qui sévit là-bas mais les enlèvements contre rançon. Des religieux (dont deux Français, ont été enlevés par des malfrats qui en demandent 1 million de dollars, la vie étant si chère dans ce beau pays, indépendant depuis près de deux siècles…

doctoc

Encore la faute de ces salopards de blancs négriers colonisateurs!!!!!

patphil

désinformation ! le gouvernement réussit parfaitement

Lire Aussi