Détruire le père, empêcher les femmes de penser, ôter le plaisir du jeu à l’enfant

« Terminé le cliché « poupées pour les filles, voitures pour les garçons ». Le gouvernement veut combattre le sexisme dans les jouets et « lutter contre les stéréotypes » de genre. » nous annonce France Info. Après tout, on peut envisager la chose sous l’angle de ne plus orienter les petits garçons vers les kalach en plastique dans certaines banlieues… Ce que l’on ne peut que souhaiter. Mais à vrai dire, il s’agit ici d’autre chose qui nous semble tout aussi peu justifiée que de parler du sexe des anges.

« On sait que la période des mille premiers jours (de vie), c’est là où beaucoup de choses se construisent pour l’enfant » et « lutter contre les discriminations plus tard, cela passe par une action dès ces premiers jours-là », nous dit le secrétaire d’État à l’Enfance, Adrien Taquet. 1 000 jours ? Dès ces premiers jours-là ? Moins de trois ans de vie… D’aucun verrait-il quelque stéréotype de genre dans l’Activity-Center Fisher-Price ou les hochets ? Gloups… Z’ont dû mal regarder ! Ou c’est moi qui ne compris pas que le cadran du téléphone indique aux filles l’heure d’appeler leur mère, durant que le bruyant lapin d’en bas est indiscutablement masculin. Mais justement, sur ce jeu, chaque élément est offert sans distinction de race, de religion ou de genre (de sexe). Serait-ce alors que les premières boîtes de cubes du plus grand au plus petit sont sexuées ou d’autres décorées de scènes genrées, et qu’il faille déconstruire ou dégenrer l’assemblage permettant de les voir en entier ? Dire adieu à Blanche-Neige et Bambi ? Qui sait si même quelque esprit tordu ne crut pas, dans les boîtes trouées où s’insèrent des pièces géométriques, qu’il s’agissait d’un jeu indiscutablement masculin que les filles laissent à leur petit frère ? Mais le gouvernement doit avoir raison, un ballon est bien sur genré, un vélo à trois ans avec ses roulettes l’est autant, n’est-ce pas ?

Ces gens qui n’aiment les enfants ne les comprennent pas. Ces gens-là n’ont pas d’enfant. Drôle de genre qu’ils sont !

« Selon la secrétaire d’État à l’Économie – nous dit aussi France-Info -, cette démarche est partie « d’un constat économique » : « la présence d’un nombre limité de femmes dans les carrières scientifiques ». Selon l’association « Elles Bougent », qui promeut les carrières scientifiques auprès des filles : « Dans la construction de soi et donc dans l’orientation, la place du jouet est fondamentale, si on ne donne pas à voir à des jeunes filles des jouets qui sont en lien avec la science, elles ne pourront pas se projeter dans ces métiers-là. »

On peut être perplexe devant ce credo. Car outre les fonctions de professeur où les femmes dominent, le dernier médecin que je vis m’a semblé malgré son masque être bel et bien une femme. La laborantine de même. Les séries télévisées y incitent et nous en offrent tout autant : Les experts, Le bureau des légendes, etc. Digischool nous apprend que 45 % des filles passent un Bac scientifique. Mineur cela ? Et Le Monde nous informait en 2016 que 30 % des diplomés d’écoles d’ingénieurs étaient des filles – elles étaient 27 % en 2011. Pour minoritaire que ce soit, cette minorité-là est bien consistante…

Et puis… Si la majorité d’entre elles s’orientent vers les carrières littéraires ou celles des sciences humaines – celles où l’on pense ! – doit-on voir en la politique gouvernementale un souhait que le beau sexe ne pense plus ?

Notons enfin que seule une association féministe fut reçue par Madame le ministre. De cette exclusive doit-on pressentir qu’il s’agit encore et toujours de dissoudre l’image du père ?

 

Bertrand du Boullay

 

image_pdf
0
0

14 Commentaires

  1. Toutes ces femmes sont sexistes : elles veulent « tuer »le père. Ils faut les psychanalyser, chercher la faille qu’il y a eu dans leur enfance. On n’a pas le droit de laisser dire des choses pareilles par des personnes qui occupent des postes importants dans notre gouvernement sans leur faire subir, au préalable, une analyse psychologique. Elles n’ont pas à imposer leur point de vue personnel à toute la population. Elles sont anti nature et détraquent totalement notre civilisation. Je rejette tout ce qu’elles disent en bloc. Les filles sont des filles, les garçons sont des garçons, les deux destinés à être complémentaires dans leurs rôles de parents. Les jouets les préparent à leur vie future parentale et professionnelle. Ils sont sexués comme l’est la nature, laissons ceci en l’état !

  2. @Lucie
    Vous avez entièrement raison, il s’agit d’une destruction systématique et globale de notre civilisation avec attaques programmées à tous les niveaux.

  3. Le sexe à la naissance n’est pas égalitaire ! Horreur ! 52H / 48F …
    Vite rattrapé par la fragilité des Hommes et les guerres… Hélas… Rapport inversé à terme…
    Il en est de même pour les cerveaux Droite et Gauche. Ils prédestinent l’avenir de chacun.
    Laissons faire la Nature !

  4. Leurs agissements commencent à faire des victimes collatérales chez le beau sexe.
    nous discutions avec une très jeune femme, qui se plaignait que les garçons (complètements prostrés dans la peur d’être machos) attendent que ces dames fassent le premier pas, ne leur ouvre plus les portes, ne font plus une cour agréable et discrète.
    bref, à l’encontre de ces (déjà) femmes âgées militantes du passé elle réclame des hommes pas des « indéterminés »
    trop c’est trop parfois…(sourire)

  5. N’imaginons pas que ce ne sont là que des lubies! Tout cela fait partie d’un programme de destruction dans tous les domaines: mise en grande difficulté du monde paysan (qui est, lui, encore enraciné), promotion de la bougeotte (voyages, études à l’étranger), immigration massive de populations de cultures très différentes, promotion de la théorie du genre, féminisme exacerbé avec l’écriture inclusive, mise en avant des LGBT et même XYZ comme dit Zemmour, mariage pour tous et maintenant bébé pour tous, sans oublier la petite nouveauté le jouet « non-genré », comme ils disent. On nous parle maintenant de « communautés ». Tout cela a pour but d’anéantir l’ordre ancien et d’atomiser la société, de provoquer le chaos, la guerre de tous contre tous. Quelqu’un ramasse la mise là-haut?

  6. Qu elle nous débarrasse déjà de cette immonde publicité « Nana » ou on nous balance du sang sur une serviette périodique et des vulves à gogo alors qu on est en train de dîner. Pourquoi ne pas représenter cette odieuse pub pas un homme ?

    • En effet, je viens de la regarder et cela ne ressemble pas du tout au sexe que nous les hommes, nous aimons, et qui n’a rien à voir avec ces « substitues ». Il ne faudra pas demander aux féministes d’aujourd’hui de protester car déjà, elles ne disent rien lors de « pièces de théâtre modernes » « avant gardistes » qui présentent la femme nue, à genoux, rendant hommage à des sexes d’hommes nus qui défilent un par un, et se terminant par une quasi fellation à celui qui se présente en dernier! Il paraît que c’est « in », sublime ! Comme quoi la pornographie a de beaux jours devant elle avec nos artistes gauchistes qui acceptent de se prêter à ce jeu indigne pour la femme. A quand un homme à quatre patte recevant les hommages de ses pairs, ou pire…

    • Oui, c’est plus qu’inelegant, plus que vulgaire. C’est sordide. Un comble du mauvais goût, hélas

Les commentaires sont fermés.