Deux « mules guyanaises » arrêtées à Chateauroux

Publié le 9 mars 2019 - par - 20 commentaires - 11 382 vues
Share

Rien à voir avec l’espèce asinienne si sympathique qu’on appelle la mule du Berry (stérile car animal hybride) générée à partir de l’âne Grand noir du Berry: cette mule en voie de disparition qui a rendu tant de services aux paysans de notre région notamment dans le transport de charges lourdes !

La mule guyanaise quant à elle (interdiction m’est faite d’en révéler la couleur), peut être un homme ou une femme qu’on peut considérer comme :

– un animal de malheur puisque son utilité c’est de transporter par avion de la drogue à partir de la Guyane, en l’occurrence de la cocaïne dont la consommation chez les jeunes augmente de plus en plus. En janvier 2018 on estimait d’ailleurs que les cas mortels suite à sa consommation s’étaient multipliés en 8 ans, constat affligeant

– un animal qui n’est pas en voie de disparition puisque plus de 6 000 mules débarquent chaque année en France grâce à la douzaine de vols Guyane-France  qui existent par semaine. 12 à 15 interpellations sont effectuées par semaine sur notre territoire, soit dans les aéroports parisiens, soit dans les gares de province. S’ensuit souvent une comparution immédiate devant un tribunal. Comme ce fut le cas à 2 reprises alors que je me trouvais à assister aux audiences du tribunal de Châteauroux :

Celui qui se présente ce 14 novembre 2018 est âgé de 23 ans. Il a déjà été condamné il y a un an et demi pour trafic de drogue par le tribunal de Bobigny. Installé depuis peu à Châteauroux où il aurait commencé une formation de maçon. Il a été pris à Orly le 10 novembre venant de Cayenne, chargé comme une mule (l’expression ne peut être plus idoine !) puisqu’il avait dans sa valise près de 8 kg de cocaïne dissimulés sous des sacs de poissons séchés. Valeur du bât estimé à 362 000 euros! À la barre il ne peut nier le transport illicite, mais il se pose en victime (très habituel au tribunal de la part des coupables !) :

– il pensait que la valise remise par un inconnu, qui l’avait abordé dit-il par hasard, ne contenait que 2 kg de cocaïne qui devaient lui rapporter 12 000 euros pour ce dur labeur !

– s’il l’a fait c’est parce que sa concubine, mère de 2 enfants (l’un de 2 ans, l’autre de 1 mois) a des dettes…

Son avocat aura beau assurer que son client s’est fait piéger sans réfléchir (il n’a pas vérifié le poids de la marchandise !), qu’il avait des problèmes personnels à régler (les dettes !), qu’il n’était qu’une mule, qu’un maillon d’un trafic… rôle de naïf… les juges ne seront quand même pas dupes de sa supposée naïveté.

Auparavant le procureur avait bien rappelé que ce n’était pas par hasard  que l’accusé avait agi : dans la famille du jeune homme, ça trafique pas mal puisque sa mère et sa sœur ont, tout comme lui, déjà été condamnées et c’est d’ailleurs pourquoi on l’avait à l’œil.

Condamnation: 3 ans et demi de prison  avec mandat de dépôt et amende douanière de 362 000 euros. Le procureur avait demandé 5 ans de prison… Donc verdict de clémence…

Ce 13 février 2019, à nouveau 2 petites mules guyanaises d’une vingtaine d’années devant le même tribunal. Un homme et une femme. Ils ont été arrêtés deux jours auparavant en gare de Châteauroux avec chacun 1,5 kg de cocaïne, principalement dans leurs chaussures. Le destinataire de la « came » devait leur remettre à chacun 7 500 euros.

Ils font tous les deux le cinéma devant la cour en émettant des regrets et la dame y va même de ses larmes pour la jouer plus pathétique. Pathos repris par les deux avocates également : pensez, le monsieur travaille au noir (sic) en Guyane pour 700 euros par mois et la dame, qui ne travaille pas, vit seule avec ses deux enfants des allocations familiales, seulement 1 000 euros par mois! On aura droit au refrain sur la naïveté des mules, qui font le sale boulot… et bien sûr clémence demandée… qui n’aura pas lieu cette fois car le verdict sera conforme à ce qu’avait plaidé le procureur compte-tenu :

– que ces deux personnes participent pleinement à un trafic dévastateur

– qu’il  faut lutter sans relâche contre une économie souterraine

– qu’il faut dissuader les petits porteurs d’entrer dans ces réseaux qui prennent une ampleur considérable sur notre territoire.

Donc, les deux mules seront condamnées chacune à  2 ans de prison avec mandat de dépôt, 84 200 euros d’amende pour monsieur et 78 850 pour madame.

Jusqu’à maintenant, le département de l’Indre semblait épargné par ce trafic de cocaïne venant de Guyane, ce qui n’est pas le cas pour le cannabis qui y circule toujours bien, avec beaucoup de petits revendeurs qui dealent à leur tour pour financer souvent leur propre consommation. Mais nul doute que ça viendra, car la cocaïne devient à la mode et on parle déjà parfois d’une reconversion des caïds de certaines cités dans ce trafic plus lucratif… et l’imagination pour faire parvenir la drogue à destination ne semble pas en panne.

https://www.dailymotion.com/video/x285doo

Heureusement, toutes les mules prêtes au voyage par appât du gain n’arrivent pas à destination en France, beaucoup de cocaïne est saisie en Guyane : en 2018, plus d’une tonne saisie sur place, deux fois plus qu’en 2017. Dernièrement, il y a eu une saisie record destinée au marché français de plus de deux tonnes au Suriname. Mais la lutte contre ce fléau est perdue d’avance car nous n’avons pas et nous ne nous donnons pas les moyens pour la faire.

En Guyane, la police, les médecins, les douaniers sont débordés par l’aggravation du phénomène. En France, nous sommes également débordés dès l’aéroport, comme l’indiquait le titre du Parisien du 9/6/2018 : Orly submergé par les mules en provenance de Guyane, débordés niveau justice etc… débordés niveau capacité d’accueil des prisons… et ce n’est pas fini car la Guyane est un département français toujours plus peuplé, 33 505 habitants en 1961 et 259 865 en 2015, où l’économie est très dépendante de l’hexagone car le chômage y est très important, 21,3 % en 2013. En plus, il y a une immigration qui ne tarit pas venant du Brésil, Guyana, Haïti, Suriname etc. pour profiter des avantages sociaux que la France brade comme on le sait si généreusement aux illégaux et pour profiter de la porte légale si généreusement ouverte grâce au droit du sol.

Mais que font donc les politiques qui nous coûtent eux aussi si cher ? À vrai dire pas grand chose, à part pérorer, comme devant tout problème : qu’il faudra se donner les moyens pour obligatoirement agir… On connaît la chanson… Exemple Alain Juppé. En 2016, alors candidat aux primaires de son parti pour la présidentielle, lors d’un déplacement en Guyane, il avait proposé de réviser le droit du sol ! Deux ans avant il était contre ! Exemple Emmanuel Macron qui n’aborde que du bout des lèvres les sujets embarrassants car il est en place et sait éluder pour durer. Dans ces conditions, les drogues peuvent continuer à circuler… et la délinquance et le malheur perdurer…

Juste une dernière remarque bien anecdotique devant le sérieux du problème : quand on dit que le Berry est un endroit perdu, c’est faux puisque les mules guyanaises connaissent le chemin… On allait tout de même pas se voir oublié alors que des villes proches plus importantes comme Limoges, Poitiers, Orléans, Tours… se voyaient déjà alimentées!

Françoise Lerat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
BobbyFR94

Commentaires intéressants mais vous n’abordez pas le fond ou plutôt l’origine du problème… Alors le voici : S’il y a beaucoup de ventes de drogues, c’est parce qu’il y a beaucoup de « clients » !!! La vraie solution est celle qui fera tarir jusqu’à l’assèchement tous ces CONNARDS de « clients » … Je mets de côté ceux – une infime minorité – qui prennent du cannabis ou drogue plus forte pour soulager leur souffrance … Allons encore plus loin : qui a intérêt à ce qu’il y ait de plus en plus de « clients » ? Pour le FRIC ? Ca, c’est pour… lire la suite

Le Blob

Il faut leur faire bouffer leur merde et les regarder crever. Sans état d’âme.

DUFAITREZ

Et dans soustifs de Taubira ? Livraisons secrètes au Conseil des Ministres ?
Tout s’explique ! Enfin !
MDR.

Expat en Guyane

Pour y être né et pour y vivre je peux vous dire que le problème est beaucoup plus complexe que vous semblez vouloir nous faire croire.
La délinquance est le fait de brésilien, Surinamien….. en gros l’immigration !!!
Les guyanais ont en marre à l’image de Mayotte et ont sorti leurs armes pour se défendre mais …on est pas aux states , interdit de se faire justice soit même donc beaucoup de peine de prison pour ceux qui ne se laissent pas gentillement dépouillé de leurs biens et se rebellent…

BLANCHARD

C’est comme d’habitude, on les enferme pour 1 an et ils recommencent. Quand est ce que la France va les interdire de remettre les pieds chez nous.
La France est lente à réagir, d’autres pays l’aurait déjà fait. Ils attendent quoi, il n’y a pas assez de morts avec la drogue. Il est vrai qu’on leurs mets à disposition des salles de chout gratuites, alors que des Français meurent tous les ans parce qu’ils dorment dehors.
Quand est ce qu’un gouvernement prennent çà au sérieux.

le Vieux Autodidacte

Et si une fois l’Europe reconquise…..on peux rêver…..! Nous remettions la peine de mort pour ces marchand de MORT !

Jill

On envoya le capitaine Dreyfus à l’île du Diable en
Guyane ;pourquoi ne pas traiter ces ordures de la
même manière… de plus elles seront chez elles.

patphil

en colombie ou au pérou une mule risque 10 à 15 ans de prison,
depuis que le suriname voisin est intraitable, ils préfèrent la filière passoire de guyane!
les mules se voient proposé un stage de réinsertion!

antEric des Monteils

Ben quoi ? il faut bien importer quelques remontants pour tenir la distance ; par exemple sur scène, en réunion politique, en soirée entre amis très chics etc . . . Non, non, je n’ai nommé personne.

BERNARD

Oui, et d’ailleurs il y en avait plein dans le coffre de ben allhah « fournisseur officiel de l’Élyséee » en sucre en poudre, et là, personne ne pourra me contredire !

Carter

Aux États-Unis, ce genre d’individus, on le mets en taule pour 40 ans fermes, incompressibles, sans aucune possibilité de remise de peine… pauvre France…

BLANCHARD

C’est vrai ce que vous dîtes, lon dira que a France aime avoir des morts à cause de cette saloperie de drogue.
C’est non assistance à personne en danger.

BERNARD

Ouais, résultat des courses :
1) Ils feront peut être un an derrière les barreaux, ou en salon familial baisodrôme
2) L’amende il la payeront avec quoi ? .. Peut-être en refaisant la mule ou , montant en grade dans la hiérarchie du trafic, en envoyant d’autre mules.
..J’ai regardé quelques émission sur National Géographique concernant l’Aéroport de Lima au Pérou… là bas, c’est pas 1 ans, mais 15 ans qu’ils allaient passer eu taule. Mais il est vrai qu’en France ya plus de place en taule.

necas

réouvrir les jaules de l’ile du diable ! avec des caimans et anacondas autour des batiments , faisant office de surveillants des taules ! fuite impossible ! et des emplois pour les guyanais .. simple , non ?

crap2sp

Semeurs de morts,comme dit plus bas,appliquer le meme chatiment qu’en Indonesie,ou Malaisie,260000 morts 35000 disparus au Mexique,victims collaterals,de nos consomateurs,tous abolitionist de la peine capital,pour chaque dose qu’ils achetent ils font un condamner a mort.trop fort .ces abrutis le realisent’ils seulement ??

Barbiturix

Châteauroux-en-Guyane, quel joli nom !

necas

quand vous allez , le soir , vous balader à la CRIQUE , quartier bien connu de Cayenne : vous y découvrez un 93 version guyane : drogues partout, traffics en tout genres, prostitution , bagarres mortelles parfois , soulographie , etc……..vous y entendez parler toutes les langues d’Amsud , dans un souk de taudis autour : avec des pays proches, comme le brésil , suriname, colombie, pas loin, vénézuela : comment voulez vous que la guyane s’en sorte ? comment voulez vous controler les frontières terrestres dans les confins de l’Amazonie ? Tout le monde les traversse avec des… lire la suite

Guyane

La faute aux guyanais ?
Non!!!! Nous nous battons tout les jours pour éradiquer ce problème mais avec peut de résultat l’état laisse faire et la justice je n’en parle pas .
Nous avons commencé à sortir les armes et c’est pas pour faire mumuse…

Dupond

Une fois en cabanne il faut les stériliser ….ces gens là sont des semeurs de mort et n’ont pas lieu de se reproduire pour enfanter a leur image

Carter

Non, il faut faire comme aux USA: les foutre en cabane pour 40 ans, et quand ils ressortiront, ils ne seront même plus en mesure de bander…