Devant Macron, Ménard n’est plus servile, c’est une carpette !

Depuis que le nouveau Ménard était apparu, le 1er juillet chez Bourdin, d’interview en interview… nous nous perdions en conjectures pour comprendre pourquoi il était devenu aussi hargneux, médisant constamment de Zemmour et Marine Le Pen, tout en étant si laudatif quant à la politique sanitaire de Macron… Et d’émission en émission, il se répétait jusqu’à l’inepte.

Au départ, cet assaut de courbettes serviles devant le salarié Manu nous avait laissés pantois, puis l’on avait fini par penser qu’il s’était converti au macronisme. C’était judicieux.

Enfin, le dictateur élyséen lui a rendu la « politesse », daignant poser ses mocassins à Béziers. « C’est une belle surprise que vous nous faites en venant à Béziers », s’est exclamé la député Emmanuelle Ménard, tout « étonnée »… Effectivement, Macron improvise toujours ses déplacements… Sauf celui-ci, que son mari devait quémander depuis plusieurs mois…

Macron est donc venu visiter l’usine de Genvia, qui développe une ligne de production pilote d’électrolyseurs haute température, des machines permettant de produire de l’hydrogène à partir de molécules d’eau, selon une toute nouvelle technologie. Cette filière est soutenue par le plan d’investissement France 2030 de 30 milliards d’euros, sur des technologies d’avenir. Lors de cette visite, le salarié Manu a précisé que 1,9 milliard d’euros de ce plan seront consacrés au développement de l’hydrogène, « une bataille pour l’industrie, pour l’écologie et pour la souveraineté ».

Le petit maire  jubilait derrière son masque, à un point tel que Le Parisien l’a constaté :  « Il est heureux, Robert Ménard. Le maire d’extrême droite de Béziers (Hérault), s’est félicité de la visite d’Emmanuel Macron « Merci d’être ici, je suis ravi », a-t-il déclaré en accueillant le Président.

« Venir dans une ville comme la nôtre, je trouve ça courageux, pas sectaire et intelligent de sa part », a souligné Robert Ménard à des journalistes, précisant n’avoir jamais (?) rencontré Emmanuel Macron jusqu’à présent. « Ce n’est pas vrai que l’État abandonne (Béziers). Chaque fois, il répond oui », a assuré Robert Ménard, se félicitant du soutien d’Emmanuel Macron au développement de Genvia. « Pendant des dizaines d’années, on faisait de Béziers une espèce de boulet. On était une ville définitivement dépassée car on était dans la métallurgie, qui n’était plus l’avenir de ce pays. Ce qui était un passif pour nous devient une chance. Je trouve qu’il y a une belle morale »

D’une façon ou d’une autre, le petit dictateur a dû lui faire l’aumône de notre argent, celui qu’il gaspille sans compter… Peut-être que Ménard sera aussi bientôt promu officier, lui qui n’est que chevalier de la Légion d’honneur. Une pacotille mais on a les ambitions des ses moyens…

Malgré l’ode au courage et à l’intelligence du dictateur Macron, considérant son allégeance insuffisante, le lamentable Ménard s’est cru obligé d’ajouter : « Quand le Président fait quelque chose de bien, je dis bravo » (…) « Quand je ne suis pas d’accord, je le dis aussi. » (…) Moi, je ne veux pas ressembler à mes amis qui sont aussi sectaires que les autres », a-t-il poursuivi, se présentant comme indépendant des partis. 

Des amis de droite, Bob Ménard ne doit plus en avoir beaucoup, tant ce félon ne peut s’empêcher d’être systématiquement malveillant à leur endroit. 

Daphné Rigobert

image_pdfimage_print
29

28 Commentaires

  1. Eh ben, ils ont bien changé les Ménard-Duverger depuis l’époque de Boulevard Voltaire…

  2. Depuis quand un président ne pourrait pas visiter un projet prometteur dans une ville de France sans que cela soit vu comme une servilité du maire fut-il apparenté RN ? C’est ce genre d’article qui risque de décribiliser RL. Pourquoi être sectaire lorsqu’il s’agit d’une bonne nouvelle ? Parce-que c’est Ménard et qu’il n’est pas très tendre avec Zemmour ? Pourtant si Zemmour était (par malheur) élu et qu’il faisait quelque chose de bien, nous serions les premiers à nous en féliciter. Je ne comprend pas à quoi mène autant de sectarisme. Et vous parlez d’union des droites patriotes ? Vous êtes des comiques. L’hydrogène est l’avenir. Ce que fait Béziers et l’état est de bonne augure. Lorsque Macron soutient un excellent projet il faut le dire aussi.

    • Décrédibiliser RL, c’est ce que tu fais à longueur de post, de toutes façons nous n’attendons rien des macronsuceurs de ton espèce, tu connais BEZIERS, avant d’en parler regarde ce que je viens d’écrire sur le même fil et après tu pourra causer.

      • On se tutoie alors? Eh bien, quel rapport avec l’hydrogène ton commentaire plus haut ? Je connais Béziers, un peu, quelqu’un de ma famille y habite. Les bâchées sont partout, pas qu’à Béziers. Tu veux qu’il y fasse quoi Ménard ? Les lois sont françaises, pas Biterroises.

  3. Ménard est un infiltré de gauche dans le camps national, il a retourné sa veste à de multiples reprises, le pass il est pour, la piquouze il est pour, il est contre Zemmour puis pour, Pour Le Pen et contre le Pen, un véritable Bayrou et donc macrocompatible. S’il ne devait pas jouer la comédie devant le « prince » avec sa musoliére, pardon masque, en plus de faire le beau, il lui roulerait une pelle à micron l’infâme, et l’autre en ferait de même…

  4. Je pense que Menard est hélas sincère.
    Il veut se persuader que l’honnêteté intellectuelle et la bienveillance peuvent exister chez les mondialistes. Il souhaite en quelque sorte leur rédemption.
    Il ne peut admettre que ces gens sont des sociopathes décidés à atteindre quoi qu’il arrive leurs objectifs mortifères et qu’en conséquence ils ont renoncé à toute pensée ou action basée sur la rationalité, l’honnêteté intellectuelle et le désir de poursuivre le bien commun.

    • Ceux qui en doutent n’ont qu’à aller faire un petit tour le vendredi matin au marché du Champ de Mars, ils seront fixés.

  5. Ce petit mec a toujours été une salope, seuls les corniauds s’y sont laissés prendre. Repeint en néo-RN bidon il reste une petite merde. Traitre un jour, traitre toujours. Qu’il se laisse aller et rejoigne LREM!

  6. Ménard, c’est quelqu’un qui aime le Pouvoir !
    Voilà sa conviction de base.

  7. Bonjour, je viens de lire les commentaires et je m’étonne…..Personne pour applaudir la plume brillante de Daphné……Un conseil à l’auteur : continuez !

  8. depuis RSF menard a montré qu’il était une merde marxiste et il le restera

  9. RN seraient donc les initiales de « reptation nationale » ?

  10. Ignoble rampant ce robert menard qu’on peut imaginer sans difficulté copiner avec les nazis sous l’occupation ! Et OUI ce maire recentré est une véritable carpette !

  11. peut on penser qu’un poste de ministre lui serait réservé si…
    je me sens un tout petit peu conspirationniste, encore que …

  12. Ménard : je crois que sa femme vaut mieux que lui !
    il fait parti des traitres qui étaient prévisibles !
    mais toujours prêt à retourner sa veste des que le vent tournera

  13. Très bel article qui décrit bien ce qu’est devenu le robert Ménard , un opportuniste qui a faim de pouvoir à l’échelon national et qui piaffe d’impatience d’entrer dans le futur gouvernement du charlot élyséen .

  14. Dans un mois c’est Noël. Il va y avoir une crèche à Béziers et le nouveau né ce sera Robert, car nouveau né au macronisme. Peut être que cette fois le préfet ne trouvera rien à redire.

  15. Ménard est une girouette . C’est un homme sans conviction . Un jour il dit blanc , le lendemain il dit noir . il est perfide .

  16. Je suis tr!ès très déçu de ce retournement que l’on sentait dans ses attaques contre Marne et Eric. Mais se courber devant Macron……. les électeurs se souviendrons

  17. Avec une population de « français-étrangers » à Béziers le clientélisme est obligatoire s’il veut conserver tous les avantages d’une position particulièrement rémunératrice pour lui et sa femme dans sa ville. Une courbette au chef de l’état, en passant, çà ne peut pas faire de mal.la morale dans tout çà ? vous rigolez en associant morale à la politique

  18. Ce Ménard est un félon. Son passé laissait un sérieux doute sur sa position de soutien à Marine Le Pen. il est comme les girouettes, il change suivant l’orientation du vent…cela me rappelle un ancien député , Edgar Faure, qui était un vrai caméléon et ne s’en cachait pas…et le « bon peuple » manipulable et inculte votait pour lui !…Pauvre France

Les commentaires sont fermés.