Devons-nous payer pour les enfants d'un délinquant étranger expulsé ?

ruinéLa France doit-elle continuer de nourrir les enfants d’un délinquant étranger, si celui-ci est expulsé du territoire (ce qui est bien rare) pour un nouveau délit ? Selon moi, quitte à choquer les bonnes âmes, le peuple français n’a pas vocation à entretenir ses enfants dont lui, le père de famille, se doit d’en avoir la charge !
Je n’ai pas, et pas davantage mes compatriotes, à supporter le coût des goûts d’exotisme de femmes fussent-elles françaises. Cela les regarde et il est notoirement reconnu que le père représentant la matrice familiale, lui seul reste administrativement responsable de famille. La pension alimentaire demandée au mari français qui divorce ou quitte sa femme, et qui se doit dans ces conditions d’entretenir ses enfant, est tout à fait normale !
La femme épousant un Africain reste donc responsable à mes yeux de ses actes et doit intégrer qu’elle épouse un étranger pour le meilleur et pour le pire. Donc, les enfants fruits de leur union se devront de suivre les parents, c’est-à-dire le père ! Si le père est Africain, ce dernier se doit de verser une pension alimentaire à sa compagne démunie restée au pays! Si ce n’est pas le cas, elle doit le suivre sans quoi, ce sont donc mes enfants et moi-même qui aurons de facto à charge le restant de leur vie des enfants du délinquant, en espérant qu’ils ne suivent pas l’exemple de leur père. Et du reste, si le délinquant étranger père de famille est expulsé et que la mère française reste en France sans pension, qui va donc entretenir cette famille sans cesse sous perfusion sociale ? Il ne peut en être autrement sauf exception relevant de l’imagination infantile voire de gauche bobo.
Cette femme mère de deux ou trois enfants va-t-elle retrouver un mari qui va glorieusement entretenir les gosses du délinquant expulsé ? Sera-t-elle cette mère isolée, avec trois mômes sur les bras, en mesure d’occuper un poste de travail ? Bien sûr que non !
Ce seront donc les services sociaux qui paieront. Faut-il rappeler que ceux-ci sont alimentés par les cotisations des salariés smicards qui crèvent au boulot dans des conditions terribles pour des 1000 à 1200 euros/mois : bâtiment, restauration, transports, etc.
Laisser la question en suspens relève de la lâcheté et ne sert ni plus ni moins qu’à reculer pour mieux sauter !
Joël Roma

image_pdf
0
0

4 Commentaires

  1. Ils nous envahissent sous couvert de  » regroupement familial  » . Il faut expulser la racaille sous le même régime : regroupement familial….en Afrique !!! Le père délinquant et toute la smala.

  2. Je n’avais jamais vu la chose comme cela, et je vous en remercie.
    De fait, je suis désormais totalement de votre avis.
    Mais le problème c’est que le féminisme, qui ferme bien trop souvent sa bouche sur certains sujets, va l’ouvrir grande, parce que vous en êtes encore à la préhistoire…
    Le patriarcat, c’est l’âge des cavernes!
    Scandale!
    Egalité, parité…

  3.  » Devons-nous payer pour les enfants d’un délinquant étranger expulsé ?  »
    NON ! D’ailleurs, les étrangers n’ont rien à faire en France.
    Si en plus ils sont délinquants, bien sûr qu’ils doivent être renvoyés avec tout leur « barda », femme(s) et enfant(s).
    La France n’est pas un dépotoir !!!

  4. Ma fille, célibataire sans enfant, a reçu sa feuille d’impôts : 145 euros par mois pour un salaire de 1500 euros mensuels sur lesquels elle subvient seule a toutes ses factures dont la plus grosse : son loyer ; elle se renseigne pour acheter un petit appartement mais a beaucoup de difficulté bien que travaillant en CDI depuis plusieurs années ; ce pouvoir de bras casses n’a aucune compassion pour les jeunes gens « de souche » qui travaillent dur et ne doivent rien à personne et sont honnêtes ; ils préfèrent chouchouter les racailles qui cassent et pleurnichent soutenus par les associations de tous poils ; je ne suis pas contre l’impôt mais ce qui est demande à un petit salarié est complètement disproportionné et grève son pouvoir d’achat ; je ne suis pas étonnée que certains jeunes salariés dorment dans leur voiture ou reviennent habiter chez leurs parents ; gouvernement de merde qui ne risque pas de relancer l’économie en bloquant ainsi les projets des jeunes qui travaillent et qui stagnent malgré leur volonté et leur courage ; je suis révoltée de voir ça !

Les commentaires sont fermés.