1

Dictature transgenre à l’école

Un professeur irlandais de confession catholique emprisonné en Irlande pour avoir refusé d’appeler un de ses élèves soi-disant transgenre par un pronom neutre. (Valeurs actuelles) En Irlande, un professeur catholique a été emprisonné rapporte le Daily Mail. Son tort ? Avoir refusé d’user des pronoms neutres d’un de ses élèves soi-disant transgenre. Enoch Burke, enseignant en allemand et histoire dans un établissement scolaire catholique irlandais, a été arrêté et traduit en justice. Devant le tribunal, il a affirmé avoir été suspendu par l’école pour avoir refusé d’appeler un de ses élèves un garçon comme étant une fille.

Il a déclaré qu’une telle directive était contraire aux Écritures et allait à l’encontre de l’éthique de [s]on école et de l’Église d’Irlande, et qu’il ne pouvait l’accepter, n’étant pas d’accord avec l’idéologie transgenre.

À la suite de cette affaire, Enoch Burke avait été suspendu tout en conservant sa rémunération. Le juge a demandé l’incarcération du professeur pour qu’il respecte la décision de l’école. L’enseignant, qui se défendait lui-même, a affirmé qu’il avait été suspendu à tort, expliquant que le processus disciplinaire utilisé pour le suspendre était entaché d’un vice de procédure et que l’injonction n’aurait pas dû être accordée.

Enoch Burke a déclaré qu’il aimait être enseignant et qu’il appréciait l’école en elle-même, confirmant son opposition au traitement de l’élève souhaité par sa direction. Il a ajouté qu’il ne voulait pas aller en prison et qu’il respectait la loi. Mais se conformer aux ordres de la dictature transgenre à l’école serait un mépris de ses propres croyances chrétiennes profondes qui lui sont très chères. Se conformer à l’ordonnance du tribunal, a-t-il dit, reviendrait à enfreindre sa propre morale, son éthique et ses opinions religieuses.

Les mesures dictatoriales transgenre à l’école arrivent ! Encore plus fort : Norvège : une militante féministe encourt trois ans de prison pour avoir tweeté qu’un homme ne peut pas être une lesbienne !

C’est l’idéologie transgenre qui encourage la répression politique contre les citoyens normaux. Pour ceux qui enfreindront l’idéologie transgenre, les sanctions pourraient être sévères, allant de la simple amende à de la prison. L’UE pourrait effectivement sévir dans ce sens en relançant le débat et en brandissant sans scrupule le prétexte de la discrimination vis-à-vis de l’idéologie transgenre.

Ce n’est pas une mesure qui répond réellement aux objectifs de la lutte contre les discriminations : c’est une idéologie, et toutes les excuses sont bonnes pour remettre le débat transgenre sur le tapis. C’est pourquoi nous devons nous mobiliser pour y faire face. Ils veulent nous avoir à l’usure ! Nous devons collectivement montrer notre détermination à défendre la famille, la différence des sexes et la biologie.

Ensemble, stoppons la manipulation idéologique. Après avoir pointé la responsabilité de Macron dans les tensions croissantes rencontrées dans le vivre ensemble, le prétexte de la discrimination vis-à-vis de l’idéologie transgenre doit être recadré. Pas besoin de le nommer, pour comprendre à qui Macron s’adresse.

À l’occasion de la crise de l’idéologie transgenre, la dictature transgenre à l’école est inacceptable.

Enoch Burke, professeur de confession catholique, s’est montré très critique sur la stratégie de l’État pour imposer en Irlande l’idéologie transgenre à l’école.

Il n’est pas le seul à avoir critiqué le manque de vision de long terme de l’État sur l’école. On n’a pas de problèmes d’expertise, les compétences. Les experts on les a, mais on n’a pas d’équipes pédagogiques formées sur les sciences biologiques. Et pourquoi on n’a pas assez d’équipes formées ? Parce que l’on nous a dit que le pédagogisme s’impose alors même que le niveau scolaire ne fait que décliner. Préparez-vous à fermer les écoles sous contrat qui privilégient l’instruction aux dérives wokistes sectaires !

C’est absolument inacceptable que des gens courageux et déterminés comme le professeur Enoch Burke, de confession catholique, qui a pris clairement ses responsabilités morales et professionnelles contre l’endoctrinement de ses élèves, soient l’objet d’une telle répression. On ne pourra pas lui reprocher de n’avoir pas pris ses responsabilités à l’école face à l’endoctrinement de ses élèves par l’idéologie transgenre !

Chacun doit absolument prendre ses responsabilités, les enseignants et les parents d’élèves, contre l’endoctrinement des élèves par l’idéologie transgenre à l’école. Le débat sur l’idéologie transgenre à l’école est inacceptable parce que c’est scientifiquement faux et irresponsable pour l’équilibre mental des élèves.

Avec Éric Zemmour : Nous devons reprendre le contrôle de notre pays !

Source : Valeurs actuelles

Thierry Michaud-Nérard