Dieu, cet athée, de Marcel Bauwens

Intelligence et humour contre l’intégrisme!
Pour notre plaisir renouvelé, l’auteur se transforme en nouveau prophète d’une nouvelle religion : « le théathéisme »
Les autres prophètes étaient analphabètes ou presque, vivaient dans le désert et véhiculaient une religion de haine-il suffit d’ailleurs de se référer aux textes « sacrés » pour s’en persuader.
Le nouveau prophète, lui, est un intellectuel qui vit au bord de la mer et prône la tolérance, l’amour et le refus de la bêtise!
Mahomet s’affirmait le dernier prophète. Eh bien tant pis pour lui, en voici un nouveau et « ce n’est pas à lui que je dois rappeler le devoir de soumission à Dieu…Même si Dieu est une femme »!?
Le lecteur sourit, apprécie beaucoup l’humour de l’auteur, ce qui ne l’empêche pas bien au contraire de réfléchir, très sérieusement comme on l’y invite, aux enjeux du combat contre l’intolérance religieuse.
Les différents « kits » des « prêts à penser » sont présentés et aucune des religions du livre n’est oubliée dans la distribution du prix de l’indigence de la pensée.
Les messages de haine véhiculés par les livres « saints » et parfois occultés par certains sont mis en exergue comme cet extrait de la Bible: « Celui qui blasphémera le nom de l’Eternel sera puni de mort… »!
Les islamistes n’ont rien inventé, leurs zélateurs ont repris les textes de base et le Coran qu’ils considèrent comme actuels, à la virgule près.
L’auteur réclame à juste titre la liberté d’expression pour tous, y compris les athées que les autorités oublient assez souvent.
Si les « responsables » religieux ont le droit de prôner à leurs ouailles telle prescription, ils ne doivent pas empiéter sur le territoire civil.
Si la laïcité n’est pas un principe en Belgique où vit et travaille Marcel Bauwens, des responsables politiques savent parfois, ici et ailleurs prendre leur responsabilité : quand le président du parlement iranien a demandé à son hôte, le président de la chambre des députés belge que l’on ne serve de vin à personne, Hermann De Croo a eu le sens de l’honneur et de la répartie en déclarant: « Pas de vin? Pas de festin! » avant d’annuler le repas!
« Les libres penseurs et les athées demandent simplement qu’on leur foute la paix une bonne fois pour toutes. Ils exigent de l’autorité publique, au nom de la laïcité, qu’on oblige les religieux à ne pas déborder sur l’espace public… »
Théathée et son prophète ont à la fois le sens de l’humour et celui du respect des principes et je veux bien les suivre quand ils prescrivent d’éclater de rire cinq fois par jour!
Jean-François Chalot
« Dieu, cet athée
Essai théologico-philosophico-humoristique »
écrit par Marcel Bauwens
Coëtquen Editions
octobre 2008
61 pages
10 €

image_pdf
0
0