1

Dieudonné favorable à la remigration des Africains

Le 4 décembre dernier, Dieudonné organisait une séance de dédicace de son livre Réponse à Zemmour à la librairie Vincent (ex Facta). Il s’est livré à l’interview ci-dessous :

https://odysee.com/@ERTV:1/R%C3%A9ponse-%C3%A0-Eric-Zemmour-entretien-avec-Dieudonn%C3%A9-%C3%A0-la-librairie-Vincent:a

En résumé :

Dieudonné est convaincu que la candidature Zemmour est un simple jeu de rôles du Système : selon l’humoriste, Zemmour est le crypto-représentant d’une communauté devenue odieuse à la plupart des Français par son arrogance et son culte de l’autovictimisation. Zemmour est un opposant en peau de lapin à ce que Dieudonné nomme « le Temple » – terme dont on relèvera qu’il est éminemment problématique, puisque ce que Soral appelle la « communauté organisée » s’est levée comme un seul homme (une seule femme ?…) contre Éric Zemmour… –, un « Temple » qui, selon Dieudonné, a compris qu’en persistant dans la manière dont il exerce sans partage le pouvoir – politique, culturel, médiatique… – en France depuis des décennies, il allait laisser ce pouvoir se déliter sous la pression de nouvelles populations pour lesquelles le philosémitisme n’est pas vraiment une qualité innée – populations qu’il a, ô cruel paradoxe, largement contribué à installer sur notre sol… Le « Temple » devait donc revêtir d’urgence des « habits neufs » et adopter une nouvelle tactique fondée sur une alliance avec la France profonde que jusqu’à présent il méprisait cordialement :

contre un islam « sûr de lui et dominateur » qui menace son pouvoir. On songe à la célèbre formule de Tancredi, l’un des personnages principaux du Guépard : « Il faut que tout change [dans la forme] pour que rien ne change [dans le fond] ».

Ce disant, « Dieudo » ne semble pas s’apercevoir qu’il s’adonne à un paradoxal judéocentrisme : l’impérialisme islamiste ne menace-t-il pas l’ensemble de la population française, aussi bien juive que non juive ? Tout comme il menace, d’ailleurs, les musulmans qui ont le réel désir de s’assimiler à l’ « humanisme français ». L’islamo-gauchisme qui gangrène les universités françaises lèse-t-il davantage les étudiants juifs que non juifs ? A l’évidence, non : la nouvelle hydre sape l’institution tout entière.

D’autre part, si ce « Temple » n’est pas la « communauté organisée », qu’est-ce donc ? Le « petit juif de la rue », victime comme le « petit français de base » de l’immigration de masse ? Peu probable. Mais si l’on pose l’équation : « Temple » = « Communauté organisée », on doit constater que Zemmour ne semble pas appuyé sur le « Temple ». Seule explication selon l’humoriste : cette opposition n’est qu’un théâtre d’ombres. Zemmour et le Crif, Zemmour et le Grand rabbin de France, Zemmour et la « meute journalistique », font semblant d’être en opposition de phase pour mieux sauver le pouvoir de la « communauté organisée »… Crédible ?

Une bonne nouvelle : tout comme le panafricaniste noir Kemi Seba, « Français » originaire du Bénin, Dieudonné M’Bala M’Bala (littéralement : « fils de chef, fils de chef ») est favorable à la remigration, c’est-à-dire au rapatriement vers leurs contrées d’origine de tous les extra-Européens ou descendants d’extra-Européens (spécialement ceux, de très loin les plus nombreux, venus du nord au sud du continent africain…) qui ne se reconnaissent pas dans les valeurs qui fondent l’identité française.

HD

***

Verbatim de la vidéo (à partir de 1 : 00) :

« L’empire n’aura jamais été aussi flamboyant qu’à la veille de son chaos. (…) »

« Éric Zemmour m’a consacré un chapitre dans son dernier ouvrage. Pourtant je ne l’avais pas rencontré, je n’avais pas discuté avec lui. J’ai cherché à le faire et il a refusé. Donc je me suis dit que la meilleure réponse, ce serait de faire exactement la même chose : moi, c’est un chapitre sur Zemmour en réponse à ce qu’il a écrit sur moi. »

« Zemmour ne fait qu’énoncer des vérités, sans y apporter de solutions [note de HD : cette interview a été réalisée la veille du meeting de Villepinte, meeting au cours duquel Zemmour a exposé en détail son programme politique et donné des « solutions aux vérités qu’il énonce »] . La remigration, ce n’est pas son sujet. Et c’est regrettable d’ailleurs, parce que je ne vois pas comment on peut parler comme il parle, sans aborder cette question de la remigration ».

« Une remigration volontaire, bien évidemment, mais organisée et politiquement motivée. Je sais qu’il y a beaucoup de gens d’origine africaine qui sont prêts à s’inscrire et qui soutiennent ce projet. Maintenant, il faut l’articuler et lui donner une réalité. Il y aurait beaucoup de choses à faire ! La Françafrique, elle existe, elle est vivante : moi, j’en suis l’incarnation [note de HD : Dieudonné est métis, de mère bretonne et de père camerounais]. Il faut que cette Françafrique s’assume et qu’on avance ensemble »

« Moi, je suis pour la remigration, mais il faut l’organiser. C’est pour ça que je voulais parler de ce sujet avec Éric Zemmour. Je suis sûr que c’est possible de discuter ensemble. Éric Zemmour nous explique que la djellabah est l’uniforme des forces d’occupation. C’est son point de vue, il a le droit de le dire. Certains pensent que la kippa aussi[note de HD : on voit infiniment plus de djellabas que de kippas dans nos rues. Je me trompe, cher Dieudo ?] Il faudrait au moins en parler ensemble »

« Je vais lui envoyer mon livre, mais je ne pense pas que ça le motive : il est parti dans une sorte de frénésie, de fuite en avant. Il est, je crois, beaucoup plus doué que les autres, mais il a un interdit, une limite. Il est la limite acceptable de la liberté d’expression, selon lui. Et moi, je me trouve de l’autre côté de cette frontière, qui est déterminée par QUI ? On ne sait pas, et on n’a pas le droit de poser la question. »

***

Question du journaliste :

« On a remarqué qu’Éric Zemmour avait un narratif sur la Shoah qui était différent du narratif officiel [Dieudonné opine] et notamment de celui du Crif. C’est pour cela que le Crif dit qu’il ne faut pas une seule voix juive pour Zemmour. Le Grand rabbin de France a dit que Zemmour était antisémite, et L’Obs a publié un article disant que Zemmour était « le nouveau visage de l’antisémitisme ». Alain Soral a proposé qu’Éric Zemmour ne soit pas président de la République, mais président du Crif [sourire de Dieudonné]… »

Réponse de Dieudonné :

« Je trouve ça formidable… On est face à un cinéma qui est extraordinaire : Zemmour propose des solutions, et le contre-pouvoir à Zemmour, c’est aussi des gens de la communauté juive ! C’est extraordinaire… C’est à la fois le pouvoir ET le contre-pouvoir (…) Ils étaient déjà tout seuls à la télévision… [rire] ».

« On est quand même face à une difficulté : Zemmour incarne un style plus intéressant, plus rafraîchissant, mais il est quand même adossé aux portes d’un Temple… J’aimerais qu’il se retourne et qu’il nous parle de ce Temple qui est derrière lui et qui le soutient. Zemmour se présente comme le candidat hors système, et il lance sa campagne au « 20h » de TF1 [note de HD : Dieudonné semble ignorer que lors de ce « 20h », le journaliste s’est comporté en véritable procureur, et n’a en aucune façon « servi la soupe » au candidat Zemmour, bien au contraire…  ] et sur YouTube : c’est extraordinaire, féérique. Et en même temps, ça fonctionne ! La puissance des médias est extraordinaire ».

« Zemmour est un homme de médias qui refuse le débat avec la véritable dissidence : ça, c’est une évidence. Il ne me parlera pas, ni à moi, ni à Soral. Je pense qu’il aurait pu me parler si j’avais été musulman, il m’aurait proposé un débat. Mais moi, j’ai grandi dans la tradition chrétienne – qu’il défend en plus ! – J’aimerais lui parler de ce que c’est que d’être chrétien, voir comment il entend les choses, avoir sa vision du Christ [note de HD : Dieudonné est venu en djellaba noire à la librairie Vincent… Inconscience ou foutage de gueule ?]. Il n’en parle pas… (…) »

« Je pense évidemment que l’Eglise catholique est entièrement sous contrôle, comme une bonne partie de l’islam. Et derrière, il y a un Éric Zemmour Sauveur ! Dans mes rêves les plus fous, je ne pouvais pas imaginer un scénario aussi comique, aussi flamboyant de bêtise. Et il y a des gens qui y croient… Comme des gens ont cru dans l’antiracisme ! Ce racialisme défendu par le Berbère Zemmour, c’est extraordinaire, féérique… J’ai hâte de le voir se présenter au Cameroun et nous parler des Bantous, comme représentant des Bantous. »

« Je pense que la fiction a largement dépassé la réalité : on est dans un monde où même les humoristes sont battus… Tout est outrancier, tout est excessif, tout est d’un culot extraordinaire. Et Éric Zemmour, c’est l’apothéose. Mais je considère que c’est le meilleur des candidats, même si c’est celui qu’il faut effectivement combattre, parce que son style, sa façon de faire, ça donne envie ».

« Il arrête son raisonnement évidemment aux méchants musulmans, sans jamais aborder ce qu’il connaît le mieux, à savoir le judaïsme et Israël. Il pourrait nous parler de ce qu’il connaît le mieux, de son véritable projet. Mais il n’en parle pas… »

***

Notes de HD :

Pas tout à fait exact, cher Dieudonné… Une vidéo pour s’éclaircir les idées sur la question des rapports entre Zemmour et Israël :

D’autre part, on sait qu’en politique, tous les coups sont permis. Mais Egalité & Réconciliation , dont « Dieudo » est proche, a explosé les scores en matière de putasserie imaginable : le site d’Alain Soral a révélé aujourd’hui même que le militant qui supervise les investitures de « Reconquête », le parti nouvellement fondé par Éric Zemmour, est un neveu de Robert Faurisson. Dans la mouvance soralienne (les Hindi, Vernochet, Timmermans, Bourbon et autres islamo-compatibles), la haine du juif l’emporte manifestement sur la morale la plus élémentaire. On fera remarquer à « Dieudo » que n’importe quel homme politique, en France et dans le monde, aurait viré l’individu sur le champ.

Il ne semble pas qu’Éric Zemmour ait chassé son collaborateur comme l’aurait fait n’importe quel responsable de parti politique – Marine Le Pen en tête sans doute… – Une attitude courageuse qui mérite un minimum de respect, cher Dieudo, non ? »

 

***

Henri Dubost

In girum imus nocte ecce et consumimur igni