Dieudonné ou l’antipatriotisme subversif

Publié le 23 janvier 2014 - par - 2 393 vues
Share

Depuis plus d’un mois, les rebondissements de l’affaire Dieudonné s’inscrivent à la une des médias. Pourtant, ses motivations profondes ne sont que rarement expliquées.

Quel est ce courant appelé la dissidence que représente Dieudonné, qui séduit de plus en de Français de tous horizons allant de l’extrême droite royaliste de l’Action Française à l’extrême gauche alter-mondialiste en passant par les islamistes? Contre quoi et pourquoi se bat-elle contre le « système »?

Notre Civilisation est le riche héritage des grandes valeurs gréco-romaines progressivement enrichies par le christianisme. C’est de cette altérité parfois conflictuelle, qu’émergera notre féconde identité française.

Les ennemis de notre Civilisation s’évertuent aujourd’hui à l’abattre.

Sa langue, son histoire, son peuple et sa culture subissent leurs assauts barbares.

La pression migratoire des peuples du Sud, modifiant la démographie du territoire, provoque un affaiblissement de la culture nationale dont profite l’islam, ennemi historique de l’Occident. La transmission de l’Histoire s’en trouve changée, par esprit de conciliation. Enfin, la langue elle aussi s’abâtardit sous l’influence d’une culture de rue intégrant la voyoucratie et les sous-cultures étrangères.

Nous avions été prévenus par un éminent représentant du Tiers-Monde, Houari Boumediene, président de l’Algérie, qui déclarait lors d’un discours à l’ONU en 1974  : « Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour aller dans l’hémisphère nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront avec leurs fils. Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire » .

Face à cette invasion migratoire assumée, le rôle des institutions françaises depuis ces quarante dernières années a été le suivant :

– La langue : abaissement du niveau d’exigence de maîtrise de la langue dans l’Éducation Nationale, réformes de simplification de l’orthographe, multiplication des références à la culture de rue (les textes de Grand Corps Malade, Diam’s et autres étant enseignés dans des collèges-lycées) et à son vocabulaire, à l’occasion adoubé par l’Académie Française.

– L’Histoire : Travestissement de l’Histoire de France avec le nouveau mythe de la France, terre éternelle d’immigration, qui vient supplanter le roman national français commençant par nos ancêtres les Gaulois.

– Encadrement et aide à l’invasion migratoire des pays du Sud. Le système social français constitue à l’évidence une pompe aspirante pour l’immigration, et ses réformes la favorisent, en dépit du bon sens et des plaintes exprimées par la population.

– Changements de référentiels culturels et religieux : Aides d’Etat en vue du financement illégal des mosquées, qui prolifèrent ; laxisme judiciaire envers les prêcheurs de guerre de l’islam ; collaboration aux poursuites engagées contre toutes critiques de l’islam.

Voilà comment les institutions censées protéger la France participent activement à sa destruction.

Sur ces points capitaux pour le salut de la France, la dissidence dieudonnesque a t-elle des positions différentes des institutions qu’elle prétend combattre ?

– La langue : Ce problème, rarement dénoncé, n’est évoqué par les dissidents que pour l’encourager : « Le rap c’est aussi une école de l’écriture en bon français » ponctue Alain Soral, lieutenant de Dieudonné au cours d’une conférence sur le rap. (1)

– L’histoire : Dieudonné en bon élève de la concurrence victimaire déplore une prétendue inexistence des références à l’esclavage, la colonisation ou la guerre d’Algérie, alors que la place de ces événements dans les programmes scolaires, et le débat public, a toujours existé et qu’elle tend à s’accroître rapidement. (2)

Dieudonné et le reste de la dissidence reprennent à leur compte la plus grossière propagande islamique (3) rendant les Juifs (désignés sous le vocable de sionistes) responsables de tous les complots, guerres et crimes de la planète. (4).

La dissidence ne parle d’ailleurs de la Révolution Française que pour la caricaturer comme un simple complot contre l’identité de l’Occident (à laquelle nos dissidents sont par ailleurs hostiles) sans en analyser ses causes profondément antiques, et sans distinguer ses succès de ses errances malheureuses. Mais l’explication réelle de ce discours anti-Révolution Française est, qu’il s’agit là du dernier mythe national encore parcellairement défendu par des institutions qui ont détruit tout ce qui précédait.

– La seule identité que Dieudonné ne reconnaît pas est celle des Français de souche (5). Lui-même exalte pourtant son identité camerounaise, celle des « seigneurs de la forêt »(6). D’autre part, il incite au métissage et à la suppression des frontières, : « Je considère que ça n’existe pas [les races], toutes ces frontières qui divisent l’humanité, toutes ces frontières me font rire ». (7)

– Dieudonné, Soral, Meyssan, Paul Eric Blanrue et d’autres figures emblématiques de la dissidence sont financés par l’Iran (8) pour se faire les apôtres-stipendiés de la révolution islamique affranchissant l’Occident de sa Liberté comme le montrent les déclarations de Dieudonné devant les journalistes du pouvoir iranien :

« Il est très important, tout comme ce qui se passe aujourd’hui au Liban, que les Chrétiens arrivent naturellement dans l’islam. C’est le chemin naturel de la révolution qui est en train de s’organiser. » (9)   « Il est clair que nous sommes au début de la route, mais sur le modèle iranien, une révolution se développe en France, nous adhérons à l’idéologie » (10)

La dissidence pratique un mélange de genres, Dieudonné exprime le front allogène, le plus vindicatif. Quant à  Alain Soral, il incarne à lui le malaise de la population autochtone devant la décadence de sa civilisation à laquelle il a allègrement participé, et qui voit pour seul remède de nous précipiter dans les bras et les valeurs des envahisseurs barbares.

Son argumentaire malhonnête oppose toujours les extrémités de notre décadence avec les normes islamiques. Soral préfère donc le voile au string comme si le débat se situait à ce niveau là. La dissidence a les intellectuels qu’elle mérite.

Allant plus loin, il déclare « … un débat sur est-ce qu’on préfère une république islamique à une démocratie de marché, c’est un débat, je n’ai pas de réponse.. » (11)

C’est assez savoureux de la part d’un personnage qui mène son combat avec le soutien et l’argent de la République Islamique d’Iran, contre une démocratie française extrêmement fragile. A sa question en répondent ses actes.

Ces comparaisons montrent que la dissidence relaie nettement l’actuelle l’offensive islamique contre la France et l’Occident.

Ainsi l’institution et la dissidence soutiennent-elles toutes deux la tiers-mondisation de la France et son islamisation. Ces deux maux sont les plus graves car ils pourraient en quelques années détruire la France de manière irréversible.

Le positionnement de Dieudonné et de sa dissidence est donc manifestement et virtuellement anti-patriotique, malgré l’habileté du déguisement.

La société française devient de plus en plus injuste et violente.  La trop mièvre grille de lecture du pouvoir établi, ne trompe plus personne, d’où une défiance généralisée de la population envers la classe médiatique et politique. La violence attise un fort ressentiment envers les populations étrangères, plus criminogènes (12), en même temps qu’elle inhibe les initiatives de retour à l’ordre qui s’y opposeraient, aboutissant à une impuissante frustration.

C’est à cette intersection que la dissidence entre en jeu. En  un acte de subversion, elle exploite la rancœur légitime d’un peuple vis-à-vis de ses élites coupables, et les peur suscitées par la violence des populations immigrées en lui proposant la réconciliation.

La dissidence tente, en d’autres termes un détournement des rares énergies réformatrices qui s’auto-annihileront en embrassant les pires conséquences d’un système exécré.

L’alliance des barbus et autres racailles avec les dits « anti-système », « patriotes », et/ou catholiques, aboutit à la célébration de l’idéologie qu’ils prétendent combattre : un tiers-mondisme islamique.

Dieudonné et le reste de la dissidence savent utiliser avec succès la subversion afin de se draper de patriotisme pour mieux le détruire de l’intérieur, à l’image de ses supporters qui s’époumonent aujourd’hui à chanter la Marseillaise devant les caméras après l’avoir sifflée hier dans l’anonymat des stades.

Ce genre d’opération de subversion n’est pas inédit. En pleine Guerre Mondiale, Clemenceau dénonçait la subversion antipatriotique des milieux anarchistes  : « L’un deux (Gustave Hervé) qui en un tour de main, après avoir fait la pire propagande antipatriotique, a prétendu défendre la patrie contre nous-mêmes »(13).

De même la défense de la liberté d’expression par ces stipendiés de la très libre République Islamique d’Iran ( celle-là même qui appelle à assassiner Salman Rushdie) n’est que circonstancielle. Sur l’affaire Redecker, Alain Soral déclarait : « Mr Louis Alliot, qui est le n°3 du Front National, a signé la pétition de soutien à Robert Redecker au nom de la liberté d’expression, moi je ne l’aurai pas signée parce que je pense que l’affaire Redecker est un montage dans le but d’importer en France le conflit de civilisation. »   (14)

Il n’en fallait cependant pas plus pour séduire des Français désireux de combattre la décadence de leur pays qu’eux-mêmes incarnent au mieux à travers cette réconciliation au goût amer de reddition.

L’histoire connaît des trahisons de ce genre : voilà comment Yann Le Bohec,historien français spécialiste de l’antiquité romaine, résume la chute de Rome : « Les autres (les Romains) estiment finalement que les barbares ne sont pas les sauvages que l’on dit (c’est encore le point de vue de quelques contemporains).

En fait c’est parce qu’ils ne peuvent pas les chasser qu’ils essaient de faire croire que c’est librement qu’ils les laissent s’installer dans l’empire. L’ennemi n’est pas clairement identifié ce qui est très mauvais dans le domaine militaire. Finalement l’essentiel est peut être là, les barbares ont la volonté, les romains pas assez de caractère Nous nous garderons d’établir un parallèle avec le monde actuel. » (15)

Cette trahison des fidèles de la dissidence assène après l’élite un deuxième coup de poignard dans le corps de notre chère Patrie.

Leur responsabilité est tout autant condamnable car à défaut d’avoir été les premiers à porter le coup de couteau, ils se saisissent du glaive sacré de la défense qui devait régénérer la Patrie pour la meurtrir davantage.

Ces Français ne connaissent pas ou du moins ne réalisent pas leurs références. Qu’ils se soient abreuvés à l’une ou l’autre des mamelles de la France que sont l’antiquité gréco-romaine ou le catholicisme, ils y trouveraient les ressorts nets et définitifs à l’engagement continu d’eux-mêmes dans ce combat pour la liberté, la vertu et la fierté de leur civilisation.

La morale hellénistique est la morale active de la lutte et du travail. « La paresse est haïe des Dieux » dit Hésiode. Son nom en grec est synonyme de lâcheté.

Pour un athénien comme Démosthène, la fierté est l’apanage des hommes libres, ainsi que la lâcheté car un homme libre est responsable de ses actions contrairement à un esclave.

Peut-être est-ce cette soumission d’esclaves envers leur divinité (rappelons qu’islam veut dire soumission) qui engendre la déresponsabilisation systématique des musulmans à propos de leurs actes ou de leur faiblesse. Mais un homme libre ne peut blâmer personne pour sa conduite, il en retirera ainsi fierté ou honte.

La morale chrétienne est elle aussi génératrice d’une exigence très poussée et intériorisée. Elle ne peut se satisfaire de la dépravation des mœurs barbares sanctifiées par l’islam allant de la polygamie, au viol autorisé de sa femme ou de son esclave jusqu’à la pédophilie.

La soumission d’esclave du peuple mahométan à sa divinité explique la soumission que ce même peuple veut faire peser sur les autres peuples, récompense matérielle donnée d’une divinité pillarde ne permettant aucune altérité dans ce monde, la barbarie en est alors sanctifiée. Tout l’opposé d’une morale chrétienne se voulant d’abord une introspection silencieuse sur soi-même la seule récompense à défaut de s’exprimer dans le monde physique sera une intimité précieuse avec le Père. De plus, une des forces du christianisme réside dans l’espérance que Dieu a mis dans l’Homme. Cette espérance renforce ce dernier même face à l’adversité la plus barbare en lui donnant le courage de continuer son chemin de rectitude. Il s’agit d’une lutte perpétuelle contre les instincts vils qui préserve de la fascination pour la violence stérile.

« Qui cherche trouve » disait Jésus, nul homme sincère ne pourra ignorer les dispositions mortifères de la dissidence envers la France et sa civilisation.

Autant l’homme honnête se doit de chercher la vérité derrière les apparences, autant l’homme libre a le choix de combattre pour sa fierté.

L’avenir de la France dépendra du nombre d’hommes libres ayant fait le choix du courage et de la perpétuation de leur état.

Et pour finir voilà la définition ce que disait Clemenceau du courage pendant la Grande Guerre :

« Or savez-vous ce qu’est le courage ? Ce n’est pas de s’en aller tout seul les mains dans les poches, devant une foule qui a des fusils. J’ai vu cela dans mes mauvais jours ; le courage c’est, assis dans son bureau, avec une plume et du papier, de se poser continuellement la question du devoir à remplir, de ce qu’on doit faire ; c’est non de consulter celui-ci ou celui-là, ou tel intérêt particulier de groupe ou de circonstance, d’écouter telle ou telle voix, mais d’aller tout droit devant soi. On doit en souffrir, on sera haï, détesté, méprisé, on recevra de la boue, on n’aura pas d’applaudissement. Mais il faut savoir choisir entre les applaudissements d’aujourd’hui qui sont d’un certain prix, et ceux qu’on se donne à soi-même, quand avant de rentrer dans le néant, on peut se dire : « J’ai donné à mon pays tout ce que je pouvais. »

Olivier Fabre

Références :

(1)   à 3min25s : http://www.youtube.com/watch?v=ghhoc0k_dWk

(2)   à  1min05 http://www.youtube.com/watch?v=pt_jvLaskM8

(3)   http://www.youtube.com/watch?v=pUAlK2u8xks

(4)   à 5min http://www.youtube.com/watch?v=pt_jvLaskM8

(5)   à 7min32 http://www.dailymotion.com/video/xr8xls_meeting-de-salim-laibi-avec- dieudonne-et-alain-soral_news?start=456

(6)   http://www.youtube.com/watch?v=wWTlnYtogGA

(7)   à 2min50 http://www.youtube.com/watch?v=9vGE2yMGUmc

(8)   http://www.youtube.com/watch?v=wyid2SzBmUo

(9)   à 2min22 http://www.youtube.com/watch?v=1eFo4BEP6EY

(10)   à 9min47  http://www.youtube.com/watch?v=pt_jvLaskM8

(11)   à  6min14 http://www.dailymotion.com/video/xftyuq_alain-soral-l-islam-et-les-musulmans_news#from=embed

(12)   « L’islam majoritaire dans les prisons » par Claire Chartier, L’Express du 15/03/2004,

http://www.lexpress.fr/culture/livre/l-islam-majoritaire-dans-les-prisons_819458.html

(13)   http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2045069/f11.image

(14)   à 2min52 http://www.dailymotion.com/video/xftyuq_alain-soral-l-islam-et-les-musulmans_news#from=embed

(15)   Historia, Octobre 2013, p57

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.