Dimanche matin : l’église est pleine de Blancs, il n’y a qu’un Noir, le curé !

Publié le 14 avril 2019 - par - 106 commentaires - 2 427 vues
Share

Je suis de passage, pour une semaine, chez ma fille, son mari et nos petits-enfants, dans un charmant village du Sud-Ouest français, en bord de mer. Nous avons le bonheur de traverser un marché, qui nous rappelle la France d’avant que les marchés ne deviennent communautaristes, avec leur lot de voilées.

Je n’ai vu qu’une femme de couleur, sur cinq cents personnes croisées, et elle était habillée à l’européenne, manifestement à l’aise au milieu des nôtres. Sinon, nous étions dans ce que nos ennemis appellent le « repli identitaire », et je peux certifier qu’on s’y sent vraiment bien.

Que cela soit avec le volailler, le poissonnier, le marchand d’huîtres, le fromager, le marchand de fruits, de légumes, de robes, de pantalons, de chaussures, de spécialités corses, chaque attente n’est que du bonheur, à discuter avec les gens qui font la queue, comme nous, ou avec le commerçant, souvent agréable et drôle.

Une fois le marché terminé, nous nous préparons à rentrer à la maison, trois générations regroupées, quand les petits-enfants passent devant l’église, et demandent d’y entrer. C’est justement l’heure de la messe, et nous nous disons que c’est une bonne occasion pour eux de découvrir ce qu’est une église française, un dimanche matin.

Nous poussons la porte, qui par ailleurs grince très bruyamment, nous faisant remarquer alors que nous cherchions la discrétion. A ma grande surprise, dans ce petit village de mille habitants, l’église est pleine, tous les sièges sont occupés, et il y a des personnes debout, à l’entrée. Je jette un coup d’oeil rapide, et constate qu’il n’y a que des Français de souche, autrement dit des Blancs, dans cette église. Et puis, je lève la tête, et regarde vers l’autel. Je constate que le curé est noir, et que le diacre qui fait la messe est le voisin de ma fille, avec lequel j’ai discuté, de manière très amicale, la veille.

Je ne reste que cinq minutes, et n’ai pas le temps de bien comprendre si ce curé est excellent sur le fond, même s’il parle bien sur la forme.

Mais, sans doute parce que je suis une archaïque ancrée sur ses traditions, je me dis que si, sur une église pleine de 300 personnes, il n’y a qu’un noir, et que c’est le curé, il doit y avoir un problème sérieux chez les cathos…

Martine Chapouton

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
jaffres

Ce WE, j’étais au bord de la mer. Il y avait des petits Optimists, des planches à voile. des dériveurs, des kayaks, une régate et il n’y avait que des blancs. On avait l’impression de sortir d’un cauchemard, que tout allait bien, que nous avions rêvé. Tous les indésirables étaient sans doute devant leur télé, vous savez, la chaîne 25, celle qui propose des histoires de c… euh d’amour et que ces mêmes indésirables commentent avec le plus grand sérieux en imaginant bien évidemment que c’est le quotidien de l’autochtone moyen!!! (Scène vécue par l’auteur dans un hôpital. Si si.)

saurer

Honneur à ce curé africain, il est des nôtres. Même chose pour Mgr Bernard Sarah, Il faut le soutenir et l’encourager à chasser le pape françois, traitre et renégat de la religion catholique, vendu aux musulmans.
D’ailleurs c’est Mgr B. Sarah qui mériterait d’occuper la place suprême au Vatican.

Guy

Et après? Ce sont de bons cures les noirs, ils ont la pêche! Et ils ont la foi aussi;
La faute au manque de vocations. Si l’Eglise était restée traditionnelle au lieu d’être devenue un truc socio culturel sous la houlette d’un Pape gauchiste, il y aurait plus de vocations!

Enée

À l’instant même où le freluquet devait nous annoncer son grand enfumage, Notre Dame est EN FEU. Quelle drame, quelle vision PRÉMONITOIRE… MACRON est MAUDIT, il porte MALHEUR notre France. Nous DEVONS nous en débarrasser.

Denys

Arrêtez avec Macron. Tout le monde est atterré, triste. Je suis parisien, je suis français et je suis de tout coeur avec tous les parisiens et les français, en particulier avec les catholiques.