Discours musulman après chaque meurtre jihadiste : c’est pas moi, c’est ma main !

Publié le 25 mai 2013 - par - 1 898 vues
Share

Mercredi 22 mai, un britannique d’origine nigériane, chrétien converti, a égorgé un militaire de 20 ans au nom d’Allah. Selon ses déclarations, ses écrits et sa demande d’être filmé les mains rouges du sang de sa victime, il n’y a aucun doute sur le caractère religieux musulman et la mission djihadiste de l’assassin, un héros aux yeux de musulmans, comme l’est aujourd’hui Merah.

Bien entendu, les politiques se gardent bien, malgré les évidences, d’attribuer ce crime au djihad musulman, la guerre sainte toujours conduite aujourd’hui comme elle fut enseignée par Mahomet au 7ème siècle. Le premier ministre britannique a qualifié le massacre « d’acte terroriste » sans référence à l’islam. Une stratégie défaillante puisque les crimes commis au nom de l’islam ne cessent de croître et se multiplier à travers le monde grâce au déni de nos responsables irresponsables.

Comme toujours, les rares musulmans qui s’expriment pour déplorer ce crime précisent que les auteurs ne sont pas de vrais musulmans. Ils continuent à affirmer que l’islam est une religion de paix et d’amour, qu’un bon musulman se contente de faire ses prières et respecte autrui. Des affirmations qui ne convainquent que ceux qui les tiennent car nous avons chaque jour de nouvelles preuves de la mise en œuvre des recommandations et conseils donnés par le Coran pour éliminer les « infidèles ».

Ce raisonnement est typique de la takkiya, le mensonge stratégique dont la métaphore est « ce n’est pas moi, c’est ma main ». Autrement dit, ce n’est pas l’oumma qui est responsable mais un de ses membres indignes, un mouton noir isolé. Mahomet, le Coran, l’oumma, le djihad, la charia n’ont rien  à voir avec un individu qui tue, viole, vole aux cris de Allah Akbar.

Si les meurtres commis au nom d’Allah étaient le fait d’une toute petite minorité individus ignorants de l’islam et, surtout, de ses principes de paix et d’amour, alors des millions de Musulmans devraient se déverser dans les rues pour protester contre ceux qui trahissent leur sainte religion. Où sont-ils ces véritables croyants ? Qui pensent-ils continuer à berner en affirmant que les criminels ne sont pas de véritables musulmans de même les puissances wahabites ou salafistes qui les financent ?

En France, ils se trouve trop d’ignorants, de bobos, d’idéologues et de politiques corrompus pour cacher le sein maléfique de l’islam qu’ils ne sauraient voir alors qu’il les nargue en pleine figure.

Crimes commis au nom d’Allah  : références, chiffres, vidéos

Ce carnage commis par deux musulmans contre un Occidental n’est que le suivant dans une liste de massacres et d’attentats musulmans qui s’allonge implacablement, jour après jour.
Rappelons, en nous en tenant au seul dernier mois, les attentats contre le marathon de Boston (15 avril), les attentats contre des trains déjoués au Canada (22 avril), l’attentat contre l’ambassade de France à Tripoli (23 avril), l’assassinat de trois Français par un terroriste se réclamant d’al-Qaïda à Istres (25 avril), la tentative d’égorgement d’un gendarme par un musulman criant « Allah akbar » en Isère (7 mai), etc. (7)
Rappelons aussi que, depuis le 11 septembre 2001, des musulmans ont commis plus de 20.900 attentats mortels (ayant tué au moins un civil). (8
http://ripostelaique.com/merah-boston-londres-lislam-veut-notre-mort.html

Alice Braitberg

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.