Discours sur l’état de l’Union : Donald Trump impérial

Publié le 10 février 2019 - par - 33 commentaires - 1 423 vues
Share

On l’attendait sur la défensive, après sa « réclusion » volontaire à la Maison Blanche depuis  Noël à la suite du « Shut down ». Et Donald Trump vient encore d’accomplir un exploit.

En effet, le bras de fer avec les Démocrates à propos du financement du mur sur la frontière mexicaine et le blocage que la gauche mondialiste – dont Nancy Pelosi est le chef à la Chambre des représentants – lui oppose, semblaient suffisant pour mal augurer de ce discours sur l’état de l’Union.

La majorité démocrate de la Chambre étant composée de jeunes élus d’origine diverses (Ocasio-Cortez, Rachida Taleb, Ilhan Omar et bien d’autres d’origines américano-africano-hispaniques très marxisés), les motions, pour destituer Trump, pour enquêter sur sa famille et ses revenus, ou pour assigner devant les commissions du Congrès les adjoints ou soutiens du président, se multiplient.

Aussi, après avoir vu son adresse reportée d’une semaine par le speaker Nancy Pelosi, on appréhendait cette confrontation. Le choc allait être rude et il le fut. Mais il fut aussi consensuel puisque le président, qui est tout sauf un idéologue, en appela au dialogue avec le parti démocrate et brisa souvent l’hostilité de la majorité en l’entraînant à l’applaudir debout en quelques occasions.

D’emblée pourtant il mit les choses au point en référence au Venezuela : « L’Amérique ne sera jamais un pays socialiste ! ». Certes, l’avenir le dira puisque la génération appelée « les Milleniums » est plutôt inquiétante à cet égard, mais en tous cas le socialisme ne passera pas par lui.

Il affronta aussi le grand scandale en cours : celui des lois autorisant les avortements tardifs, et même l’infanticide comme à New York et en Virginie. Il les condamna comme un acte de barbarie qu’il faut combattre et interdire. La majorité de la Chambre ne pouvait guère être autant mise en cause sur un sujet de société que sur celui-ci qui émerge comme terrifiant.

Puis il aborda l’immigration-invasion, celle qui déborde les frontières des États-Unis, qui implante ses gangs (MS 13) et pourrit la nation par sa violence et ses trafics, augmentant la terrible crise des opioïdes qui tue chaque année plus de monde que la guerre du Vietnam ne le fit en son temps.  Il qualifia cet assaut du pays « d’urgence nationale » et de « menace contre la Sécurité nationale », ce qui lui confère le droit de la traiter et les moyens pour ce faire quelle que soit la bonne volonté des parlementaires auxquels il a donné jusqu’au 15 février pour trouver un accord qui finance le mur. En attendant, il a dépêché des milliers de soldats supplémentaires à la frontière pour s’opposer aux franchissements hors-la-loi des caravanes qui affluent d’Amérique centrale.

Par souci de consensus, il en appela encore une fois aux Démocrates pour qu’ils participent à la réalisation de cette barrière, mais en leur faisant savoir que la « consensualité » n’était pas le but, mais bien le mur pour arrêter la submersion des États-Unis par le tiers-monde.

Ensuite, il déroula les résultats économiques impressionnants de son administration, détaillant l’augmentation plus que proportionnelle à leur population des emplois obtenus par les Afro-Américains et les Hispaniques pendant cette période. Il précisa par ailleurs que la création de 300 000 nouveaux emplois pour le dernier mois connu était un record pluriannuel. Enfin, il célébra la part des femmes dans l’économie américaine en annonçant qu’elles occupaient 58 % des nouveaux postes de travail.

À ce stade, « les femmes en blanc », c’est à dire les élues démocrates qui avaient cru devoir se signaler ainsi pour commémorer le centenaire de l’obtention du droit de vote par les femmes américaines dont c’était l’anniversaire, se levèrent d’un seul mouvement pour applaudir Donald Trump.

Le sens de l’humour du président alors fusa : « Vous n’étiez pas censées faire ça, non ? » lança-t-il un sourire aux lèvres à la marée blanche enthousiaste. Et constatant que ses pires ennemies, celles qui veulent le destituer pour misogynie et racisme, l’ovationnaient, il les remercia d’un « Merci beaucoup, Thank you very much ! ».

Elles s’asseyaient déjà qu’il continuait : « Tous les Américains peuvent être fier d’avoir plus de femmes dans la force de travail que nous n’en avons jamais eu », puis les regardant à nouveau il ajouta à leur adresse « Ne vous rasseyez pas tout de suite car vous allez aimer ce qui va suivre » et il termina sur le sujet des femmes par ces mots : « Et exactement un siècle après que le Congrès  a adopté l’amendement constitutionnel accordant le droit de vote aux femmes, nous avons également plus de femmes que jamais servant dans le Congrès »

Il eut à peine fini de lire sa ligne que ce fut Nancy Pelosi en personne, assise derrière le président, qui mena l’ovation générale en se levant pour applaudir le président. Ainsi fut-il capable de dompter ces femmes en leur montrant que sa politique ne doit rien à l’idéologie, mais tout à la recherche du bien commun par le bon sens et l’amour de la patrie.

Il put alors asséner, sans manifestations hostiles, son programme pour améliorer la vie de ses concitoyens en abordant pêle-mêle mais en toute logique, la recherche de l’abaissement des coûts pharmaceutiques, une plus grande liberté pour les Américains dans la conduite de leur vie et aussi le changement de la politique étrangère des États-Unis pour les extraire de ces guerres sans fin qui absorbent leurs ressources et leurs fils sans enjeu vital pour le pays etc.

On doit noter que 76 % des téléspectateurs dirent approuver les mots du président, réduisant à néant l’espoir des médias de le voir se ridiculiser dans cet exercice.

Mais ne rêvons pas, l’humour, le souhait de réunir les contraires pour le bien du pays, ne suffiront pas pour que les poignards soient remis aux fourreaux : sa politique est nationaliste et donc antagoniste de celle de ceux qui se sont institués « les maîtres de l’univers ».

Nous verrons la semaine prochaine s’il lui sera nécessaire de recourir  à « l’urgence nationale » pour financer et bâtir le mur à la frontière mexicaine. Mais comme l’a dit la semaine dernière Sarah Sanders, porte-parole de la Maison-Blanche, « Il semble que la présidence de Donald Trump soit un présent de Dieu au peuple américain ».

Et en effet, il était improbable et inexpérimenté en politique, mais voyait juste, et était libre. Il se révèle un rassembleur fermement décidé à sauver son pays du désastre général qui menace l’Occident.

Le 10 février 2019

Georges Clément

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
François BLANC

bref il gère son pays comme un patron gère son entreprise, dommage que les écoles françaises forment plus au collectivisme qu’à la gestion des entreprises

Denys

Ben alors Macron ça devrait être votre came. C’est exactement ce qu’il veut faire en parlant de méthode de management dans le gouvernement et l’administration.

Denis FK

God save the President Donald TRUMP!
And all of us so

clercophage

Donald Trump impérial !
À voir sa photo en tête de l’article , il a l’air super bien content de lui !

efromfourme

génial votre article a diffuser largement merci

mickael

Les allogènes européens exigent un mur pour empêcher la libre circulation des natifs du continent.

Bien sûr, ce sont les mêmes ici qui vous expliqueront l’importance de retourner dans son biotope et la terre de ses ancêtres.

DUFAITREZ

Voilà un Pdt qui a de la .. Trempe ! I true Trump dès le premier jour…
Milliardaire ? Et alors ? Il connait la Vie et le Monde hors des cénacles.
On ne veut jamais le dire, inKorrect, mais un Etat est une entreprise.
Combien la connaissent en France ?
OK ! Donald ! Go on !

Hellène

Pourquoi avoir choisi une photo aussi peu flatteuse pour illustrer votre article élogieux?

jeannot

https://www.google.com/imgres?imgurl=https%3A%2F%2Fscontent-ort2-1.cdninstagram.com%2Fvp%2Fad8dcfcde0adc9c3d8fa92f1c5ad9a0d%2F5CC37CD1%2Ft51.2885-
15%2Fe35%2Fc0.10.770.770a%2Fs480x480%2F49455695_311912836114648_663789856251378681_n.jpg%3F_nc_ht%3Dscontent-ort2-
1.cdninstagram.com&imgrefurl=https%3A%2F%2Fwww.pictabee.com%2Ftag%2Fmarrant&docid=x1YsbG7aSGvMiM&tbnid=GfpsAvKOhTwDSM%3A&vet=10ahUKEwivtKva_rPgAhUR6RoKHdy_A4IQMwijAShVMFU..i&w=480&h=480&itg=1&bih=917&biw=1902&q=photo%20de%20macron%20marrante&ved=0ahUKEwivtKva_rPgAhUR6RoKHdy_A4IQMwijAShVMFU&iact=mrc&uact=8

Celle là est mieux ? en françois durecron

Clément

L’auteur ne choisit pas les photos…

Denys

Une photo flatteuse de Trump ça n’existe pas hélas. Il a une dégaine de plouc et des mimiques d’abruti. Vous venez juste de le découvrir. Mais je reconnais à votre décharge que c’est dur de s’y faire.

marc

Les commentaires du Monde sur la video sont anti Trump ca se sent.
Allez voir la vrai video, et non les commentaires des gauchistes du monde.

duglimbule

le temps d’attente de l’édition des commentaires est beaucoup trop long, certains argumenté ou avec des sources vidéo disparaissent sériez vous dans une période de macronisation,? vous allez perdre de plus en plus de commentateurs qui ne croient plus en RL on y voit des commentaires absurdes passer sans aucun probléme, quel dommage de voir ceux qui disent nous défendre passer petit a petit a l’ennemi !

Ducon macrondelle

Il pourrait déclarer le « state of emergency  » mais il y va plutôt en mode progressif , ce qui est très habile , car on ne pourrait alors lui reprocher le passage en force .
LREM = Democrottes US = même racaille infâme socialisante !!!

Henri Lautréamont

Curieusement, alors qu’avant le discours sur l’état de l’Union les journalistes franchouillards s’en donnaient à coeur joie pour démolir Monsieur Trump, nous ne pouvons trouver nul écho de ce triomphe dans les médias diffusant à longueur d’antenne les reals news. Est-ce un oubli ?

efromfourme

oui c est le triomphe de la Pensée Unique et le robinet d eau tiède écolo gaucho islamo compatible déversé a longueur de média y compris les anciennes références qu étaient il y a bien longtemps le Monde ou France Culture

Denis FK

Non, ils préfèrent encenser Macron pour tenter encore de mieux noyer le poisson, avec leur poison

Dominique Martin

Pendant le discours sur l’État de l’Union ( #SOTU) , Trump parle de sa loi qui permet aux personnes en phase terminale d’essayer des thérapies alternatives. Une représentante Démocrate , tout de blanc vêtue, allumée par cette décision du Président , se lève et applaudit . Sa voisine Démocrate aussi n’apprécie pas . Elle se lève donc et applaudit très gentiment , pour la forme et sur ses lèvres on peut lire qu’elle dit à sa voisine :  » Tcheck you ass! » you . Littéralement : « Surveille ton cul  » ou plus socialement : « Fais attention à toi. » Faut voir… lire la suite

duglimbule

vous devriez aussi surveiller votre Q LREM . et analyser le bilan Trump depuis qu’il est au pouvoir ;il est très loin d’être négatif et supérieur a Obama la nullité au yeux du monde.sauf chez nous ! plus de 70 % de américains l’approuve sauf les imbéciles de gauche mais ils ont la même idéologie partout dans le monde et les pays en veulent de moins en moins ! si on avait un Trump a la tete du pays on ne serait pas dans cette merde Lrem ne vous en déplaise ! remarquez vous devez être devin pour lire sur… lire la suite

Denis FK

Puissions-nous en avoir un nous aussi!!!

jan le Connaissant

la vidéo du Monde est dégueulasse par son orientation partisane !
l’Immonde porte bien son surnom !

Denis FK

Etrange que des abrutis votent contre vous si vous attaquez Le Monde et sa merde!!!
Même avec un candidat comme le Président comme Donald Trump, le niveau lamentable des Français ne permettrait pas de l’élire!!!
L’Assistanat nourrit trop bien pour attiser les consciences et développer l’intelligence…
OU, ALORS, Le Monde aurait été favorable au grand Président Donald Trump?
J’en doute

sitting bull

si j étais Américain je voterai pour lui a 100% , en Europe on n a que des crapules qui cherche a nous détruire et nous remplacer par des barbares préhistorique d une autre temporalité , inculte , violent , agressif qui tue , viole , détruise et sème la mort partout ou ils sont

Denys

Bravo Nancy Pelosi ! Elle lui a su l’amadouer et a même eu la classe de l’applaudir. Trump un « homme de consensus » lui qui est connu pour pratiquer le rapport de force et pour « cliver » ! La bonne blague ! Vous, en revanche, vous êtes un idolâtre de cet abruti de Trump.

Ducon macrondelle

Question abruti , vous le dépassez de mille coudées .
Vous êtes du type crétin stratosphérique de gauche (pléonasme)
Pelosi est de la même trempe que Hilarante Clinton :

duglimbule

oui on préfère Trump a cet abruti de Macron chacun ses goûts!

Denis FK

C’est bien de préférer les postures électorales démocrates à la profondeur des convictions du Président Donald Trump, Denys!
Avec ce y dans votre prénom, peut-être devriez-vous vous contenter d’un régime crétois sur place…

Denys

Quelle profondeur ?! Même les membres de son gouvernement le prennent pour un taré et n’appliquent pas ses consignes !!

Jigsaw

En attendant il n’est toujours pas fichu de construire son mur.

duglimbule

Macron lui est fichu de rien foutre a par faire taper sur son peuple, et l’insulter quel bilan! mais les LREM vont avoir le retour de bâton et eux sront fichus.

Jigsaw

On attend toujours.

Denis FK

C’est épatant de l’en rendre responsable, alors que ce sont vos complices qui font tout pour l’empêcher de le faire!!!
RASSUREZ-vous, il le fera.
A moins que votre clique ne trouve des benêts pour le faire assassiner, comme Henri IV, ou l’Archiduc d’Autriche…
Il est vrai que la médiocrité atteint encore plus de sommets de nos jours que par le passé pour s’accaparer le pouvoir!!!

Jigsaw

Mes complices s’appellent le peuple américain.