Discrimination, droit à la différence et réciprocité

Publié le 10 mai 2018 - par - 31 commentaires - 1 806 vues
Share

La notion de discrimination peut-elle exister envers le musulman ?

C’est la question que je pose par déclinaison des arguments qui suivent.

La discrimination repose sur la distinction et le traitement différencié fait à quelqu’un ou quelque groupe de personnes  par rapport à un ensemble constitué plus large d’individus.

Dans cet ensemble large chacun a les mêmes droits et devoirs.

A ce stade tout va bien et les choses sont simples, nous vivons sous un régime uniforme qui ne permet pas la différenciation.

Maintenant je pose un peu de complexité : imaginons qu’un individu ou un groupe d’individus veut ou veulent faire valoir leur particularisme et sortir du cadre codifié de la Loi pour tous et revendiquent un droit distinct : c’est le droit à la différence.

Ai-je alors le même devoir envers eux puisque, de manière unilatérale, ils sortent d’eux-mêmes du droit commun ?

On aura reconnu ici la population musulmane qui met au-dessus de la Constitution française et des lois de la République le Coran et la charia, mais cela peut aussi concerner toute personne qui s’abstrairait du droit collectif.

Si, concernant cette communauté, j’ai un discours qui diffère du discours non discriminatoire qui doit normalement être tenu à tout citoyen, suis-je dans la discrimination ou n’est-ce pas plutôt cette population qui, en voulant se distinguer de tous, s’est discriminée toute seule ???

Tout magistrat honnête ne peut faire l’économie d’y réfléchir et remonter la chaîne de causalité des responsabilités de chacun.

Ainsi un musulman, fût-il de nationalité française, qui refuse les lois de la République doit-il alors en bénéficier ???

Le Coran qui n’est pas texte de tolérance mais texte organisationnel politique, géopolitique impérialiste et de stratification sociale repose totalement et par essence sur la discrimination : la femme n’a pas les même droits que l’homme, le mécréant, c’est-à-dire tout non musulman, doit être tué, au mieux dans une interprétation qui a de moins en moins cours dans la radicalisation croissante de l’Islam, doit payer un impôt pour l’entretien des troupes et armées musulmanes.

La partition est on ne peut plus clairement revendiquée : le monde islamique, c’est le musulman qui a tous les droits et le non musulman qui n’a que les yeux pour pleurer.

Appliquer de force au musulman une loi de la République française de non-discrimination revient  alors nécessairement à heurter sa sensibilité non ???

Puisque le musulman plébiscite la discrimination pourquoi lui imposer ce qu’il ne reconnait pas et lui imposer l’égalité alors qu’il ne se considère pas l’égal des non musulmans ????

Et moi qui tiens au musulman un discours qui correspond à sa volonté d’être distingué, suis-je dans la discrimination ou dans l’adaptation à une situation de fait que les lois de la République ne règlent pas ???

On peut ratiociner sans fin sur la territorialité géographique du droit français mais j’ai beau chercher,  je ne vois pas de règle qui résoudrait le conflit de territorialité du droit des âmes.

Si je dis au musulman, qui estime qu’il ne relève pas des mêmes lois que moi, qu’il n’est pas le bienvenu dans ma République, suis-je en faute discriminatoire ou suis-je simplement en train de tirer conséquence de ce qu’il m’affirme ?

De même si je dis des musulmans qu’il s’agit d’une communauté qui ne sait pas bien vivre ensemble en France en m’appuyant sur un ensemble d’indices graves, précis et concordants, je ne fais pas de discrimination ni de distinction par rapport à l’ensemble des Français qui vivent bien ensemble, je ne fais que tirer une conclusion de la réalité démontrée, la nuance est de taille.

Parmi ces indices graves, précis et concordants, le constat que seuls des musulmans  perpètrent des attentats en France, que l’ensemble de cette communauté, l’Oumma, refuse de reconnaître que le Coran est un ouvrage fasciste et non un livre religieux, que cette communauté refuse de vivre avec les autres puisque son Livre repose sur la discrimination, que cette communauté vient d’être épinglée pour le génocide à bas bruit des juifs de France, que cette communauté est la seule qui pose problème au pays de Voltaire.

Aussi, que cette communauté,  quand elle est majoritaire, ne donne pas les mêmes droits aux non musulmans, c’est ce que subissaient les Arméniens avant 1915, avant que les musulmans turcs n’appliquent une solution finale à ce qu’ils considéraient comme le problème arménien.

Il n’y a donc aucune discrimination ni stigmatisation à le constater mais un simple état des lieux lucide, ce sont les musulmans tous seuls qui se sont exclus de la Communauté internationale des droits de l’Homme qui, non signataires du texte de 1948,  y ont substitué la déclaration islamique des droits de l’Homme* , donnant ainsi naissance à un droit islamique auquel ils donnent  valeur supérieure à tout droit international.

Pour preuve la Déclaration du Caire du 5 août 1990 qui prévoit que les droits de l’Homme musulman ne peuvent se comprendre et s’expliquer que par la charia (article 25).

Cette déclaration des Droits de l’Homme musulman est ainsi commentée :

« Le Caire, le 14 Muharram 1411 H

Le 5 août 1990

La reconnaissance de ces droits est le prélude incontestable à l’édification d’une société islamique réelle, une société ayant les caractéristiques suivantes[1] :

– Une société où tous les êtres humains sont égaux et où personne ne jouit de privilèges ni ne subit de discriminations du seul fait de sa race, de sa couleur, de son sexe, de son origine ou de sa langue ».

Cet article plébiscite bien en creux la discrimination religieuse puisque la non-discrimination de croyance n’y est pas stipulée au contraire de l’article 2 du texte de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme 1948 :

« Article 2

1.Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation ».
 

Cette intolérance est confirmée par les commentaires qui suivent la Déclaration des droits islamiques qui affirment que la société ne peut être gouvernée que sous les auspices d’ Allah :

« – Une société dans laquelle chaque individu croit qu’Allah Seul est le Maître Souverain de tout l’univers et que tout ce qui s’y trouve est à la disposition de toutes les créatures d’Allah, comme un don relevant de Sa générosité sans que personne ne l’ait préalablement mérité, [une société] où chacun croit que tout le monde a le droit d’acquérir une part juste de ce don divin. Allah I dit : ( Et Il vous a assujetti tout ce qui est dans les cieux et sur la terre, le tout venant de Lui. ) [2] ».

« – Une société qui refuse toute forme de tyrannie et qui garantit à chaque individu la sécurité, la liberté, la dignité et la justice, en se conformant aux droits que la Loi d’Allah a prescrits à l’homme et en œuvrant pour leur application et leur protection ».

L’article 9 des commentaires relatifs aux spécificités des Droits de l’Homme dans la charia confirme la discrimination religieuse :

« ARTICLE 9 – Il est interdit de s’attaquer aux croyances sacrées admises par la société islamique telles que l’existence d’Allah, la véracité de la prophétie de Muhammad et éviter tout ce qui est de nature à porter atteinte à l’Islam et à ses fidèles ».

En effet, seule la critique et l’atteinte à l’Islam est prohibée, une égalité de traitement aurait voulu qu’aucune religion ne pût être critiquée.

Et l’article 2 de ces mêmes commentaires relatifs aux spécificités des Droits de l’Homme dans la charia confirme que les droits de l’Homme Islamiques ne concernent que le musulman, il s’ensuit que le reste du genre humain n’a donc aucun droit :

« 2 – Ce sont des droits qui sont liés à la croyance islamique et qui sont protégés par la loi divine. La violation de ces droits, avant d’être un abus contre l’homme, est d’abord une transgression de la Loi d’Allah qui est passible du châtiment de l’au-delà, comme elle est passible de sanctions dans la vie présente ».

Cette discrimination en droit est d’ailleurs affirmée par l’article 1 de la Déclaration du Caire qui ne proclame qu’une égalité en dignité et la soumission à Dieu :

« Art. 1 – a) Tous les êtres humains forment une famille dont les membres sont unis par leur soumission à Dieu, et par le fait qu’ils descendent d’Adam. Tous les hommes sont égaux dans la dignité humaine, dans l’accomplissement des devoirs et des responsabilités, sans aucune discrimination de race, de couleur, de langue, de sexe, de religion, d’appartenance politique, de statut social ou de toute autre considération. La vraie foi garantit l’accroissement de cette dignité sur le chemin de la perfection humaine.

  1. b) Tous les êtres humains sont les sujets de Dieu, et ceux qu’Il aime le plus sont ceux qui sont les plus utiles à Ses sujets. Personne n’est supérieur à personne, sauf par la piété et les bonnes œuvres ».

Ainsi d’une part, aucune égalité en droit n’est proclamée mais seulement une égalité dans la dignité et dans l’accomplissement de devoirs et responsabilités, d’autre part, un athée qui n’est soumis à aucun Dieu n’est pas de la famille, et un Chrétien ou autre qui serait croyant sans être soumis n’est pas davantage de la famille.

L’article 10 est on ne peut plus clair, seul l’Islam est religion naturelle et il est interdit de convertir le musulman :

Art. 10 – L’Islam est la religion naturelle de l’homme. Il n’est pas permis de soumettre ce dernier à une quelconque forme de pression ou de profiter de sa pauvreté ou de son ignorance pour le convertir à une autre religion ou à l’athéisme.

L’ensemble du texte du Caire est subordonné à la loi Islamique et son interprétation (articles 24 et 25), ce qui exclut toute autre référence d’interprétation, notamment la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948, la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1793 ou à la Constitution  et les lois de la République Française.

L’Islam a donc produit un contre-droit international et transnational qui ne s’applique qu’au musulman soumis.

Il s’ensuit que les musulmans se sont donc volontairement exclus juridiquement du reste du genre humain qui refuse toute discrimination fondée sur la religion et promeut l’insoumission par la liberté de chacun de croire ou ne pas croire.

Je ne vois donc pas pourquoi on devrait accorder à cette communauté des droits qu’elle récuse.

Puisque le musulman veut discriminer, il est du droit de chacun de le discriminer, c’est de l’élémentaire réciprocité adaptée à une situation de fait non voulue mais subie, c’est même un devoir moral ainsi qu’une marque de respect de ne pas accorder au musulman les droits dont bénéficie le reste du genre humain et de la Communauté internationale puisque c’est son souhait : s’il n’accorde pas les mêmes droits aux autres c’est que le musulman ne veut pas du même droit que les autres.

Il serait temps que les juges occidentaux en général et français en particulier en tirent conséquence : il n’y a aucune discrimination à traiter à part la communauté musulmane mais simple réciprocité et comme en arithmétique où moins plus moins fait plus, discriminer un discriminant revient à annuler toute discrimination, c’est bien de l’égalité de traitement.

Et c’est pour tout ce que j’ai développé que le vivre ensemble avec la communauté musulmane est impossible pour toute communauté non musulmane, les deux ne ressortent pas du même droit, pour l’une c’est Allah qui commande la vie de tous les jours, pour l‘autre ce sont les Droits de l’Homme et la liberté de croire ou non qui prévalent : comment voulez-vous bien vivre ensemble si on n’a pas les mêmes règles, droits et devoirs ?

Bien entendu, je suppose qu’il faut un peu de gymnastique intellectuelle pour me comprendre, pas sûr que les magistrats et politiciens occidentaux soient prêts à un tel effort devant des conséquences tellement cartésiennes qu’elles leur paraîtront contre intuitives tant ils se tortillent de la coupole et du bulbe pour essayer de faire entrer de force dans la communauté du genre humain tolérant les musulmans qui clament partout qu’ils ne le veulent pas jusqu’à inventer des Droits de l’Homme islamiques.

Je pense qu’un bambin logique de 6 ans me comprendrait facilement, et à tenter de résoudre l’insoluble les magistrats et politiciens vont finir par devenir dingues schizophrènes.

La solution sera de les enfermer sans doute.

Et vous ?

Vous croyez que c’est moi qui ne comprends rien et qu’il faudrait enfermer ???

Expliquez-moi alors….

Jean d’Acre

Doc de référence « La déclaration Islamique des Droits de l’Homme suivie de leurs spécificités dans la charia islamique » téléchargé sur le site Islamhouse après renvoi du site Humanrights .ch. Document rédigé par l’OCI, Organisation de la Conférence Islamique, 19eme Conférence du 5/8/1990.

 [1] Inspirés de la Déclaration Islamique Scientifique des Droits de l’Homme.

[2] Sourate 45, verset 13.

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Jean Peuplus

Cher Jean, Bravo pour cette magnifique démonstration, d’une logique implacable. Votre article mérite la diffusion la plus large. Il faudrait l’envoyer à tous les merdias, à tout le gouvernement actuel et à tous les parlementaires. Mais ces gens-là sont-ils capables de logique ? On peut en douter.

Lisianthus

Bravo, magnifique article ! Un vent de fraîcheur inonde mes neurones grâce à vous.

grougnach

Je trouve que l’on parle trop des musulmans ici comme ailleurs; Ç’est leur donner trop d’importance, ils sont importants par la quantité, pas par la qualité.

dufaitrez

Suite de syllogismes irréfutables ! Bravo !!
Il semble que le Coran soit mieux connu que l’algèbre ! Faut-il s’en plaindre ?

R. Ed.

moins + moins fait +, ce n’est pas de l’arithmétique mais de l’algèbre.

patphil

blabla habituel des musulmans qui une fois majoritaires appliquent le coran à la lettre!
non musulman = inférieur
femme = inférieure
tout le monde il est beau tout le monde il est gentil!
lisez le coran plume en main!

Brouillon

Merci Jean d’Acre pour cet article. Toutefois, un petit rectificatif : – + – = -, et – x – = +

Gillinoui

Cher ami, moins plus moins ne fait pas plus. C’est moins PAR moins qui fait plus! C’est la règle des signes de la multiplication.

Pierre Bleven

Moi, mes valeurs à moi, qui sont le résultat de ma réflexion, de mon éducation, des valeurs de ma famille, de mon pays et faut le dire de la civilisation à laquelle j’appartient c’est qu’on ne voile pas les femmes, on ne tue pas des gens sous des prétextes à la con surtout pour des idées d’un autre age, on n’aliène pas la vie des gens avec un prêt à penser sur comment manger, comment se marier, comment bais.. et même qui détester. Et donc la conséquence c’est que je ne fréquente pas ces « gens là ». Je ne leur parle… lire la suite

barillon

cher monsieur avec votre raisonnement vous allez vite vous rendre compte que dans quelques années ces gents là que vous ignorez vont êtres majoritaires et vous subirez leurs courroux ,alors il vaut mieux les combattre pendant qu’il est encore temps au lieux de sens foutre ????

Lorong

Ce qu’un bambin logique de 6 ans comprendra facilement c’est que vous n’ave pas le début de compréhension de ce qu’est le droit, specialemen en France où le juge ne crée pas le droit, il l’applique, il y est soumis. Ce qu’un bambin logique de 6 ans comprendra aussi, c’est que vous ne savez pas distinguer les pronoms « les » et « des ». Oui car pour vous, si « des » musulmans » font ceci, alors « les musulmans font ceci ». Vous êtes au niveau de réflexion de la féministe débile pour qui « les » hommes et non « des » hommes violent et tuent « les » femmes et non… lire la suite

Asma bint Marwan tuée par Mahomet

Pourquoi ces insultes ? L’article « les » signifie « la majorité des « .Tout le monde le comprend ainsi et c’est un article très intéressant .Quand à la féministe débile dont j’ai l’honneur de faire partie, elle veut dire qu’il n’y a « que » les hommes qui tuent et violent.
Mais vous avez raison sur un point.Désormais ,il faut dire « des » au lieu de « les » car cela coûte beaucoup moins cher au tribunal.Simplement, dans la conversation, « des »,c’est très réducteur alors que « les » désigne un grand nombre.

jane

Lorong ce que votre bambin de 6 ans ignore c’ est qu’ en France le juge crée du droit en usant de son pouvoir d’ interprétation.Cela s’ appelle la jurisprudence.C’ est ainsi que le conseil d’ Etat se réfère lui même à des normes qu’ il a lui même créés : les fameux « principes généraux du droit ».De même le Conseil constitutionnel exerce son contrôle en se servant des « Principes fondamentaux reconnus par les lois de la République » qu’il a établis et placés dans le bloc de constitutionnalité.

Dorylée

« … le juge ne crée pas le droit, il l’applique… » On dit que  » la justice dit le droit « . En pratique, elle l’interprète ce qui donne naissance à la jurisprudence et quand elle l’interprète de manière abusive, la jurisprudence qui en découle créer un droit abusif. C’est ainsi que Christine TASIN a été poursuivie pour  » incitation à la haine bla bla bla…  » pour avoir dit que l’islam c’est de la merde alors que le blasphème n’est pas une infraction mais la jurisprudence en a créé une…Mais pour l’islam seulement ; sur les catho et les juifs, on… lire la suite

Simone GUTIERREZ

à Dorylée ,
Un magistrat ne juge qu’ en fonction de ce qu’ il croit salutaire pour l’ avancement de sa carrière professionnelle .

Dorylée

Je partage complètement votre point de vue

Lisianthus

à Lorong : la question n’est pas là, le problème c’est le contenu du coran (je l’ai lu !) qui est absolument incompatible avec la civilisation occidentale, ses lois et ses valeurs : femmes inférieures aux hommes en droits et en intelligence, droit des hommes à battre les femmes, exhortations à tuer tous les non-musulmans, à amputer les voleurs, les juifs et les chrétiens y sont traités de singes et de porcs, etc etc etc… je veux bien croire qu’l y a des immigrés qui sont de braves gens, amis je ne comprends pas comment ils peuvent rester musulmans. C’est… lire la suite

Lisianthus

à Lorong : la question n’est pas là, le problème c’est le contenu du coran (je l’ai lu !) qui est absolument incompatible avec la civilisation occidentale, ses lois et ses valeurs : femmes inférieures aux hommes en droits et en intelligence, droit des hommes à battre les femmes, exhortations à tuer tous les non-musulmans, à amputer les voleurs, les juifs et les chrétiens y sont traités de singes et de porcs, etc etc etc… je veux bien croire qu’l y a des immigrés qui sont de braves gens, amis je ne comprends pas comment ils peuvent rester musulmans. C’est… lire la suite

France

Zut, le téléphone a corrigé et je n’ai pas vu la coquille. Lire VRP et non GROS. Merci.

France

Soyons honnêtes, bien sûr qu’il existe -parfois- (la précision est important) une discrimination vis à vis des musulmans, des noirs (musulmans ou non) tout comme il existe une discrimination à l’égard des seniors, des jeunes et même désormais, des blancs (la fameuse discrimination positive). Parfois c’est du racisme, souvent c’est au contraire pour éviter des problèmes à l’entreprise. Immaginez une société qui recherche un gros : Entre un blanc bien de chez nous, tatoué de la tête aux pieds, bourrés de piercings, au langage fleuri et un maghrébin en costume 3 pièces, rasé de frais, poli et au langage châtié,… lire la suite

JILL

Les Français d’abord ,c’est ce qu’avait proclamé JMLP,au grand dam de la bien-pensance .

JILL

Si on veut avoir la paix dans une boite,une règle : ne pas y intégrer des musulmans .
quand ils sont en nombre,ils se croient autorisés à ramener sur le tapis…si je puis dire
leurs préceptes religieux,avec le ramadan comme point d’orgue …sans compter qu’on risque de se faire couper la tête .

jane

Puisque la Constitution interdit la discrimination fondée sur  » l’origine, la race, la religion, les croyances et le sexe » on peut donc considérer qu’ un homosexuel pratique illégalement une discrimination à l’ encontre des personnes du sexe opposé et réciproquement pour un hétérosexuel qui exclurait de sa vie sexuelle les personnes de son sexe…

Lucie

Jane, on ne parle évidemment pas de choix de partenaire! En suivant votre logique, on couche avec tout le monde pour ne pas discriminer.

jane

Lucie j’ ai voulu par l’ absurde aller au bout du raisonnement du principe de non-discrimination qui est potentiellement applicable à nombre de situations de la vie courante.

saintongeais

Depuis trente ans c’est la discrimination positive qui règne en maître en France. C’est profondément injuste.

Sylvie Danas

Très belle démonstration, Jean. Il est à craindre, malheureusement, que pratiquement personne dans le gang politico-médiatique ne vous suive

jan le Connaissant

Le principe de Réciprocité est un grand principe
Nous patriotes, nous devrions l’inclure à notre combat, puis à la Constitution, à notre devise républicaine
Et il a droit à la première place !
Réciprocrité, Liberté, Egalité, Fraternité
Ce principe, appliqué, sauverait la France !
Pour moi il est inclus à ma philosophie

Mordicus

La discrimination c’est la vie, la sélection c’est la vie, pourquoi ne pas l’admettre ?

jane

Tout à fait Mordicus.Nous passons notre temps à discriminer c’ est à dire choisir : dans une boulangerie je choisis du pain complet au dépens de la baguette, devant le maire mon mari au dépens des hommes ( peu nombreux ! ) qui ont voulu m’ épouser,etc,…