1

Disons quelques mots du fameux Omicron 

Toute la camarilla des vaccinocrates et des injectolâtres pousse des cris d’orfraie, des hurlements de panique, destinés, une nouvelle fois, à jeter le trouble et la terreur dans les cœurs, anesthésier les esprits, faire accepter, comme un noble sacrifice, les caprices bureaucratiques et les nouvelles limites concernant la vie familiale des anciens.

De Macron à Veran et quelques autres qui se reconnaîtront – on s’emploie à faire peur, avec le « variant » Omicron. Les médias, à la suite des ministres, ne tiennent aucun compte du communiqué du ministre de la santé d’Afrique du sud, indiquant : (que) si ce variant se répand plus facilement, ses effets pathogènes sont moins importants que ses devanciers. Hier, sur Cnews, le docteur Sandra Milhaud donnait des chiffres : pour 59 millions d’habitants, en Afrique du sud, on ne comptait que 21 décès attribués à ce variant du C19.

Pour la France, cela correspondrait à 23,84 décès : une horrible pandémie y a pas de doute, messieurs Martin Hirsch/Rémy Salomon, vous qui appelez à passer à la population de nouvelles camisoles de force bridant la vie sociale (économique et familiale)…

Reparlons du Japon: j’ai signalé que le ministère de la santé de ce pays de 125,8 millions d’habitants exigeait : qu’il soit mentionné, sur les doses des prétendus vaccins, que ces produits expérimentaux avaient des effets secondaires graves, ce que continuent de nier l’encore ministre Veran et son toujours chef, Emmanuel Macron, et ce que les ARS cachent aux médecins de ville…

Au Japon toujours: le docteur Tabuchi a décidé de s’engager en politique, pour obtenir la légalisation et la préconisation de l’ivermectine pour le traitement précoce du covid. Le Japon se caractérise aussi par 15% de décès de moins qu’en France, attribués au covid ; pas d’obligation de port du masque, où que ce soit, et pratiquement aucun décès attribué au covid depuis juillet 2021.

Parlons « vaccins »

Le produit expérimental voit, vendredi passé, deux joueurs de football allemands s’écrouler, de « façon soudaine et inattendue », à l’issue du match, juste après le coup de sifflet final. Avaient-ils des problèmes de santé graves, ces deux joueurs, qui pourraient expliquer ce double drame ? Il ne semble pas. Affaire à suivre…Rajoutons aussi :

  • Qu’en 2009, les usiniers de Pfizer ont été condamnés pour des tests du produit « trovan» menés sur des enfants. 11 enfants, sur les 200 testés, étaient décédés. Coïncidences ? Saisie, la justice ne l’a pas entendu de cette orielle : elle a condamné Pfizer à verser 75 millions d’USD pour l’indemnisation des familles victimes de ces tests
  • En 2012, les usiniers injectolâtres ont été condamnés à 60 millions d’USD pour corruption; pour corruption de…médecins et de représentants de gouvernements. Fini, juré, Pfizer ne le fait plus ; l’achat des consciences, c’est terminé ; tous les enthousiastes de la 3ème, 4ème, 5ème, 6ème, 7ème dose (je pense notamment à cette charmante Mme Von der Leyen) saluent les vertus du produit expérimental uniquement par esprit civique.
  • 2016, apportera un bémol à l’enthousiasme de Mme Von der Leyen et des sénateurs du PS réclamant cet été la « vaccination obligatoire » anti-covid.

Souvenons-nous en effet des malheurs du ministre Cahuzac, indiquant devant les magistrats que le compte illégal ouvert en Suisse n’était destiné qu’au financement de son parti et que le noble contributeur n’était autre que le champion de l’action humanitaire…le mécène Pfizer.

Les manifestations continuent

En Allemagne, 1000 avocats et dix mille médecins réclament un Nuremberg2, pour entendre et juger, pour crime de masse, les dirigeants de l’OMS et ceux du Forum de Davos.

En France, les Manifestations (hexagone et Outre-mer) continuent : pour que la France redevienne un pays libre, un pays comme 27 des 29 Etats de l’Union indienne, un pays comme le Japon, un pays comme 80% des USA..

Liberté !

Alain Rubin