Disparition prochaine du quotidien algérien El Watan

Le principal quotidien algérien El Watan est en dépôt de bilan, il ne paraîtra plus et c’est bien dommage car, avec ses 100 000 exemplaires en langue française et ses 500 000 exemplaires en langue arabe et le courage de son opposition (rare mais présente) au pouvoir en place, il n’hésitait pas à publier certaines de nos réponses aux élucubrations de quelques farfelus universitaires algériens.

Ainsi, par exemple, en décembre 2020, après qu’un « universitaire » algérien, Seddik Larkeche, avait écrit à Emmanuel Macron, dans le quotidien El Watan, et repris par Valeurs Actuelles, affirmant, avec sérieux, que la France devrait à l’Algérie une somme qu’il estimait à cent milliards d’euros « pour les crimes commis pendant la colonisation ».  

Il estimait que la France ne pouvait pas échapper à son obligation de dédommager l’Algérie puisque Emmanuel Macron, lui-même, avait reconnu ces « crimes commis contre l’humanité et de vraie barbarie » au cours de la colonisation française et qu’il ne pouvait, dans le même temps, tourner le dos aux réparations des préjudices subis et, pour cela, il plaçait la France devant ses obligations vis-à-vis de l’Algérie.

Cet universitaire prenait en exemple l’occupation allemande de la France durant les deux guerres mondiales, pour comparer la colonisation française et les milliards que l’Allemagne avait dû verser à la France.

Cette somme, évaluée à cent milliards, pour les crimes commis entre 1830 et 1962, concernait la spoliation de millions d’hectares de terres, l’analphabétisation de la quasi-totalité de la population, les conséquences dramatiques sur les vies humaines et sur la nature, suite aux effets des essais nucléaires et chimiques pratiqués par la France jusqu’en 1978 et le génocide pratiqué sur la population entre 1830 et 1962 : plus de 10 % sauvagement décimée « par des crimes qui furent ceux du nazisme » comme le soulignait la célèbre ethnologue Germaine Tillon. (À noter la présence de moins de deux millions d’Arabes en 1830 et de plus de dix millions lors de l’Indépendance en 1962, comme génocide on pouvait faire beaucoup mieux !)

Le quotidien El Watan n’avait pas hésité, à l’époque, à publier ma réponse à cet « universitaire » :

**Que Seddik Larkeche permette à un simple journaliste et écrivain de présenter à l’Algérie la facture de ce qu’elle doit à la France colonisatrice.

« J’estime à plus de 500 milliards l’ensemble des infrastructures abandonnées par la France en 1962 : 80 000 km de routes, 4 ports internationaux et 10 ports modernes, 12 aéroports importants et 32 aérodromes, 4 500 km de voies ferrées, 150 hôpitaux (dont les lits étaient occupés par 9 musulmans pour un Européen et qui sont actuellement les seuls à vous soigner de la covid), plus des milliers de maternités et de dispensaires, 16 000 km de lignes téléphoniques, 31 centrales hydroélectriques ou thermiques, avec une production de 950 millions de kW/heure, des infrastructures pétrolières et gazières qui vous font vivre depuis 1962.

Ajoutons à cette liste les dizaines de villes modernes (immobilier et commerces), à la place des casbahs dans lesquelles vous viviez. Des milliers de bâtiments administratifs, des ponts, des viaducs, des tunnels, des églises (devenues des mosquées), des milliers d’écoles qui apprenaient à vos enfants à devenir des hommes et dans lesquelles vous avez assassiné 91 instituteurs et directeurs.

Une agriculture exportatrice que vous avez entièrement détruite : céréales : 600 000 quintaux de grains et 700 000 de semoule, 200 000 tonnes/an de fruits (oranges), 120 000 quintaux de figues, 50 000 quintaux d’olives et 100 000 hectolitres d’huile d’olive et plus d’un million de quintaux de légumes, sans oublier 372 000 hectares de vignoble.

L’industrialisation de la zone de Colomb-Béchar avec ses importants gisements de charbon, de fer, de manganèse et de cuivre et les immenses gisements sahariens (le seul gisement de fer de Tindouf avec plus de dix millions de tonnes annuelles et, enfin, les réserves de pétrole du Sahara, plus importantes que celles du Venezuela, pourtant 5e producteur mondial.

Je ne suis pas un universitaire aussi distingué que vous, Seddik Larkeche, mais je sais faire une soustraction, donc plus de 500 milliards moins les 100 milliards que selon vous nous vous devons, je crois que le résultat est de au moins 400 milliards, que l’Algérie doit à la France.

Je suis certain que vous n’êtes pas d’accord, n’est-ce pas ? »

Je n’ai jamais reçu de réponse à ma réponse, je n’en attendais d’ailleurs aucune et ce n’est pas avec la disparition du quotidien El Watan que, dorénavant, nous pourrons répondre à ceux qui nous réclament des « comptes » !

Manuel Gomez

image_pdfimage_print
17

8 Commentaires

  1. Ben Macron n’a qu’à augmenter sa participation. Un petit milliard de plus ou de moins ça ne change pas grand chose .

  2. Il faudrait aussi, a contrario, calculer ce que doit l’Algérie ( qui n’existait pas) , à la France , pour les crimes multiples, rapts , esclavage , viols , commis lors des siècles ayant précédé l’année 1830.

    les pirates barbaresques de la ville d’alger, quel est le coût réel de leur terrible criminalité , sur les rivages d’Espagne,France, ItaLie , entre ( par exemple )1500 & 1830 ?
    Il serait intéressant que de vrais historiens essayent d’en chiffrer le coût massif.

  3. Cancel Culture = Cancel France = Cancel Francophonie…par un Perruqué poudré..Élu majoritairement par son peuple….Ahahahah ! je désespère !

  4. salopiaux de français qui influencent les algériens à faire comme eux, ne plus acheter de journal, ne plus les lire

  5. Perruque mitée aurait donné 666 millions à nos mierdias, Il pouvait en donner un peu là-bas (à savoir s’il ne l’a pas fait en douce, depuis des années)…

  6. En partant les PN auraient due faire comme les israëliens en laissant les territoirs faire sauter toutes les infrastructures ….l’Algérie etait un bijoux laissée a des porcs ( mon pere a navigué l’hivers sur les bateaux de commerce faisant l’Algérie de 1948 à 1962…..il en gardera un tres beau souvenir)

    • N’insultons pas les porcs ! J’opterais plutôt pour le qualificatif de HYÈNES.

Les commentaires sont fermés.