Dispatch International, un nouveau média libre

Deux journalistes européens et un canadien, constatant la détérioration des médias pour couvrir les menaces contre la vie et contre la liberté, ont décidé de relever un défi qui est celui de créer en Europe une revue libre à vocation internationale.

Les médias sont supposés œuvrer par un regard indépendant face aux puissances législatives, exécutives et judiciaires. En réalité, ils sont devenus les serviteurs de la classe dirigeante. Ils considèrent maintenant qu’il n’est plus de leur devoir de laisser la place à la critique, d’exposer les mensonges, les crimes même de la classe dirigeante. En procédant de la sorte, ils vont à leur perte.

Face à cette démission des médias et de la presse en particulier, deux journalistes européens, Ingrid Carlqvist, ancienne éditrice au quotidien suédois Kvällsposten, présidente de la Société Suédoise de la Presse Libre et Lars Hedegaard, ancien éditeur en chef du journal danois Information, membre de la Société Danoise de la Presse Libre, ont été rejoints par le canadien Bjorn Larsen, ardent défenseur de la libre expression et membre du bureau de la Société Canadienne de la Presse Libre, pour lancer officiellement un journal en version numérique, un journal libre de toute influence, qui ne se laissera pas acheter, ne dépendant d’aucun don du public ni de la publicité. Il se protégera de toute opération d’un prédateur hostile qui chercherait à en prendre le contrôle.

Page 1/8

Le lancement de cette revue a été annoncé le 9 juillet 2012 lors de la Conférence Internationale organisée par l’association internationale ICLA (International Civil Liberties Alliance) au Parlement Européen à Bruxelles, qui a réuni 120 participants  engagés dans la lutte contre les atteintes à la libre expression. A  l’issue de cette conférence, la Déclaration de Bruxelles a été approuvée par les présents et a ouvert  la voie au « Processus de Bruxelles ». Tous les patriotes sont invités à y adhérer afin de contrer la Déclaration du Caire, fondée sur la charia, élaborée par les 57 États Islamiques pour refuser la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948.

Les trois fondateurs considèrent cette revue comme un porte-parole des élites. Son seul but est de vous tenir au courant de toutes les informations, non celles qui sont  « concoctées » pour être diffusées par les principaux médias mais celles qui sont vitales, qui méritent d’être publiées mais qui le sont rarement. Le slogan de Dispatch International reprend le célèbre mot du président américain Thomas Jefferson : « La liberté de la presse ne peut être limitée sans qu’elle ne soit perdue ». Dans sa présentation de Dispatch International, Lars Hedegaard  titre : La vérité et rien d’autre.

Le premier numéro a été publié le 30 août 2012. Ce numéro-spécimen est accessible à tous par téléchargement. La publication sera effective en janvier 2013, tous les jeudis, en quatre langues, d’abord en anglais, puis en danois, en suédois et en allemand.

On relève tout particulièrement des articles originaux qui donnent le ton et l’orientation que veut prendre la revue :

La population musulmane en Suède et au Danemark a doublé en 14 ans

Tarik Ramadan ment de plus en plus

Mohammad, un seigneur de guerre, en train de disparaître

Les cent jours de François Hollande, Président de la non-action

Les Suédois sont fatigués de la discrimination

Les immigrants sont responsables de 78% des viols en Suède

La Constitution suédoise change en secret

La charia est déjà là

Le multiculturalisme génocidaire

Voici comment défendre la liberté d’expression

Le mystérieux cas de l’identité d’Obama

Enchaîné à un cadavre.  L’Union Européenne : l’aveugle guide l’aveugle

Les Vikings étaient des commerçants avisés

Israël une petite superpuissance …

Dispatch International publie aussi un thriller en plusieurs épisodes de Nicolas Bredefelt Chapel Ten ainsi que de multiples informations sur l’art.

L’abonnement annuel (50 numéros) est proposé à 98 € (55 € pour six mois).

A ceux qui maîtrisent la langue de Shakespeare, j’adresse une chaleureuse recommandation pour aider ce nouveau média qui ne manie pas la langue de bois. De plus, il est ouvert à toutes les plumes et compte sur une diffusion européenne et mondiale.

Aidons Dispatch International.

  Bernard DICK

 

 

image_pdf
0
0