Diviser pour régner, un mauvais calcul

Publié le 17 juillet 2021 - par - 19 commentaires - 759 vues
Traduire la page en :

L’intervention du président de la République le 12 juillet, par les annonces présentées et le ton utilisé révèle une dérive autocratique dans la conduite des affaires du pays. Elle permet, en outre, de mettre en lumière ses véritables intentions pour les mois à venir. En réalité, M. Emmanuel Macron, grisé par le pouvoir après son élection en 2017, mais ayant perdu toute capacité d’action et de réforme du pays dès le début de l’année 2019 avec la situation insurrectionnelle des Gilets jaunes qu’il avait lui-même créée, n’a de cesse de vouloir montrer que c’est lui le chef, d’autant plus qu’il a l’intention de se représenter en 2022.

Pour cela, il n’a pas l’intention de traiter les vrais problèmes et en particulier les menaces évoquées dans la tribune dite des généraux. Cela veut dire que le président de la République, non seulement n’entreprendra pas la grande réforme promise des retraites, suicidaire aujourd’hui pour lui, mais qu’il n’a pas l’intention de lutter, ni contre l’immigration de peuplement, ni contre l’islamisme et l’islamisation du pays, ni contre le séparatisme, ni contre le communautarisme qui mènent la France vers le chaos. Ce renoncement devrait être un motif sérieux de rejet d’un Président qui ne veut pas protéger le peuple français. Mais l’aubaine, pour lui, c’est la crise sanitaire qui dure et qu’il veut faire durer car elle constitue un outil entre ses mains qui doit occulter tous les autres sujets pour préparer sa réélection en se présentant dans quelques mois comme le sauveur de la France.

On a pu constater comment il a verrouillé le débat politique avec une gestion de cette crise sanitaire axée sur l’instillation de la peur, voire de la panique dans les esprits qui peu à peu se soumettent. Il n’hésite pas, d’ailleurs, à ne pas respecter notre Constitution dont il est en principe le garant mais qu’il utilise en fonction de son propre intérêt. En effet, l’instauration de ce Conseil de défense à répétition, n’est-ce pas l’application complètement dévoyée de l’article 16 de la Constitution lui donnant les pleins pouvoirs, dans le cas présent sans aucun contrôle ? Il l’a bien compris et, pour occuper l’espace médiatique avec l’épidémie du covid-19, il est prêt à tout, notamment avec l’annonce de mesures tyranniques en contradiction totale avec ses propres déclarations précédentes. De surcroît, il sait que les mesures annoncées ne peuvent que diviser les Français. C’est pour cela qu’il les prend, appliquant ainsi de façon machiavélique la formule « diviser pour régner », son objectif étant de gagner du temps. Il est prêt à manquer à son premier des devoirs, celui d’assurer la cohésion de la Nation. Mais en procédant ainsi, en provoquant, il faut bien l’admettre, une déchirure perverse au sein du peuple français, avec une telle arrogance et un tel mépris, ne prend-il pas un risque inconsidéré qui l’empêcherait finalement d’être réélu, voire l’empêcherait de se représenter comme son prédécesseur ? Eh bien, nous allons l’aider à quitter le pouvoir en 2022 pour le bien de la France et des Français ! En début d’année, un an après le début de la pandémie, je concluais mon intervention en disant : nos dirigeants auraient tort de penser que le peuple continuera de tout accepter sans réagir. Je crois que le signal vient d’être donné par un président de la République clivant, provocateur et complètement déconnecté de toute humanité. Alors, ne le décevons pas. Il faut lui montrer que nous ne sommes pas dupes de sa manœuvre, qu’il a juridiquement tort et qu’il devra donc reculer face au droit qu’il se doit de respecter. Sauf à sortir de la légalité, ce qui justifierait la mise en œuvre d’une procédure de destitution (article 68 de la Constitution). Pourquoi sera-t-il obligé de faire marche arrière ?

Tout d’abord, prenant acte du travail accompli dans la mise au point des vaccins contre le Covid-19 par les scientifiques, l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, dans son texte adopté le 27 janvier 2021 (cf. pace.coe.int/fr/files/29004/html), demande aux États membres et à l’Union européenne de respecter et de garantir un certains nombre de mesures. Parmi celles-ci, il faut noter l’obligation d’informer les citoyens que la vaccination n’est pas obligatoire et que personne ne doit subir des pressions pour se faire vacciner s’il ne le souhaite pas. Par ailleurs, personne ne doit être victime de discrimination pour ne pas avoir été vacciné en raison de risques potentiels pour la santé ou pour ne pas vouloir se faire vacciner (articles 7.3.1 et 7.3.2). En voulant imposer le passe sanitaire, le président de la République exerce bien un chantage et donc des pressions inacceptables rendant, de fait, la vaccination obligatoire. Il établit ainsi une discrimination entre les vaccinés et les non vaccinés. Il ne respecte donc pas le droit qu’il doit lui-même appliquer.

Ensuite, il faut rappeler que le Code civil dans son chapitre II (Du respect du corps humain) précise en son article 16 (16.1 à 16.9) que notre corps est inviolable. Personne ne peut donc nous imposer une vaccination sans notre accord. Mais le président de la République, dans son délire totalitaire, ne semble pas vouloir tenir compte du Code civil.

Enfin, en analysant les autorisations de mise sur le marché délivrées pour les vaccins et le droit positif appliqué, il n’est pas possible juridiquement de rendre la vaccination anti-covid obligatoire car, malgré le caractère exceptionnel de la situation sanitaire créée par le covid-19, on ne peut pas occulter le caractère inédit des procédés vaccinaux utilisés. En conséquence, l’autorisation de mise sur le marché donnée en procédure accélérée par l’Agence européenne des médicaments (EMA) est conditionnelle en raison de l’absence de données cliniques suffisantes qui doivent être complétées. Il n’y a donc aucun doute sur la nature expérimentale de la vaccination en cours. D’ailleurs, la formule « essai clinique » utilisée par l’EMA confirme bien le caractère expérimental de la vaccination qui oblige à recontextualiser son usage. Et dans ce domaine, le droit interne comme le droit international ont depuis longtemps construit le principe de consentement du sujet comme garde-fou pour empêcher toute dérive (consentement libre et éclairé recueilli par écrit après délivrance de l’information prévue – Code de la santé, article 112-1-1). Ainsi, ce principe du consentement du sujet établi constitue un obstacle à l’obligation vaccinale aussi longtemps que les phases de tests cliniques ne seront pas terminées (le rapport final de l’étude clinique de Pfizer sera remis en 2023, celui de Moderna fin 2022, celui d’AstraZeneca mi-2022, celui de Johnson & Johnson fin 2023). Pour résumer, une obligation vaccinale dans un contexte d’expérimentation se heurtera assurément à la sanction du juge d’autant plus que le droit français est fondé sur le principe de l’inviolabilité du corps humain.

Le président de la République est bien conscient de l’impossibilité d’imposer l’obligation vaccinale. C’est la raison pour laquelle il veut – pour mener son dessein à terme – mettre en place le passe sanitaire, un instrument liberticide, un moyen de pression contraire au droit et aux obligations pour l’État de respecter les règles édictées par l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, un moyen de chantage infâme pour forcer les non vaccinés à se soumettre pour pouvoir vivre et circuler, comme les vaccinés, à présent en semi-liberté, tous contrôlés par un système de surveillance des masses qui se met en place. C’est la liberté et les droits de l’homme et du citoyen qui sont niés par un président de la République déconnecté de la vie quotidienne et des souffrances des Français et dorénavant engagé dans une dérive tyrannique contraire au bien commun et à l’intérêt de l’État et de la Nation. Il serait bien avisé d’évaluer les conséquences de sa démarche anti-démocratique. Il n’a probablement pas pris la mesure de la colère d’une grande partie des Français qu’il néglige avec arrogance et mépris. Attention à l’effet boomerang ! Comme me l’écrivait, en 2017, Jean Raspail dans un échange de courrier dans lequel nous évoquions la situation de la France : « Tout cela finira très mal, c’est-à-dire bien ».

le 15 juillet 2021 Général (2s) Antoine MARTINEZ

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Lupin

Je sens que ce président, “élu par effraction”, fera tout pour conserver le pouvoir qui le grise tant.
Quitte à faire sauter l’élection présidentielle de 2022, par un prétexte bidon ou plutôt un coup pourri qu’il utilisera pour prendre les pleins pouvoirs

Chassaing Jacques

Pas de Messiha, de Zemmour, de Onfray, de Gl Martinez et de Marion Maréchal le Pen dans la rue contre la vaccination Covid et le pass sanitaire obligatoires.

a.hourquette d'arre

Bonnes vacances à toutes les personnes citées par l’auteur.

Patapon

Les mots sont justes,mais ce sont juste des mots.General,soldats de France,notre Peuple est en grand danger.Faites votre devoir.

Jacques B.

malgré le caractère exceptionnel de la situation sanitaire créée par le covid-19

Permettez-moi de ne pas être d’accord avec cette assertion. Dans plusieurs pays européens ayant mieux géré l’épidémie que nous, la hausse du taux de mortalité générale en 2020 est NULLE. Même en France, cette hausse est modérée (3,66% chez les +65 ans) comme l’a bien démontré, entre autres, le chercheur INSERM L. Toubiana.
Le problème vient moins de ce virus que de l’interdiction faite aux médecins de soigner les malades, de la faiblesse structurelle de l’hôpital, de la mise à l’écart des cliniques privées durant l’épidémie.
Tout indique que le Covid a remplacé (probablement temporairement) les virus hivernaux habituels, grippe et autres. Même sa ‘cible prioritaire’ est la même (les vieux, en gros).

Mantalo

Disperser, éparpiller les candidatures de notre camp ça s’appelle “diviser pour ne pas régner”…

Filouthai

En Europe centrale et dans les pays où le peuple compte encore de vrais hommes, Macron serait immédiatement arrêté , condamné à mort pour son œuvre de destruction et empalé !
Comme cela lui ferait trop plaisir, les français lui ont réservé un autre sort … L’avenir nous dira lequel et s ‘ils ont eu raison …

patphil

et cependant on sait que les romains savaient qu’il fallait diviser pour régner,
et machiavel l’a remis au gout du jour

stentor

Procédure de destitution ? Mais qui la déclencherait ? des députés ? des sénateurs ?
Non-réélection ? ce n’est même pas si sûr, et si c’est le cas, c’est un variant sans doute déjà choisi dans le vivier LR-LREM qui prendra la place !

emmanuel macron ne tombera pas tout seul.

Emilie

Le ‘Conseil de Défense’ n’a pas d’autre vocation que de donner une apparence d’action militaire à une question sanitaire qui relève d’un tout autre domaine. Ce subterfuge sémantique permet de détourner l’article 16 de la constitution de le 5e qui relève exclusivement d’une situation de guerre. C’est une violation flagrante de la Constitution, un coup d’état, transformant le Président en autocrate.
Les manifestations populaires telles celles d’aujourd’hui ne pourront jamais rétablir la constitution si elles ne sont pas appuyées par l’Armée.

Patrick Verro

Le général Marinez a certes bien fait les contours de la situation ; mais de mon humble point de vue il n’a pas suffisamment pris conscience de la perversité et du machiavélisme de la personne du président de la république et des équipes, dont il s’est entourées, en étroites liaisons avec cette oligarchie mondiales dont connait aujourd’hui assez précisément les buts… et les moyens.
Nous savons comment les élections peuvent être manipulées avec le jeu des combinaisons politiques par les théories du “cordon sanitaire”, du “plafond de verre”, des alliances contre nature, de la capacité à diviser les vraies forces de droite et des promesses mensongères ; le tout relayé par des moyens financiers et médiatiques formidables !

Patrick Verro

Mais le plus grave, et je n’ai de cesse de le répéter, dans cette opportunité de garder le pouvoir indéfiniment, par l’utilisation infâme de la situation sanitaire pour imposer le vote par correspondance et le vote électronique; dont il ne faut pas être grand clerc pour en comprendre les dangers a-démocratiques ; d’ailleurs le porte-parole du gouvernement a déjà avancé, du bout des lèvres, ces nécessités de la modernité. Quant aux forces de l’ordre intérieur, nul n’a vu de déclaration de quelques hauts gradés en retraite pour attirer l’attention des électeurs sur ce risque e t’on sait que les effectifs ont été bien embrigadés, entrainés et dotés de moyens de répression pour mettre au pas toute manifestation de contestation dans rue, le reste se faisant par la censure tous azimuts…

Patrick Verro

LIRE : … cette oligarchie mondiale dont on connait aujourd’hui…

Chassaing Jacques

À cette époque, les tribunes de militaires étaient suivies d’effet.
17 juillet 1936, début du soulèvement nationaliste contre le gouvernement de Frente popular – Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), Unión General de Trabajadores (UGT), Parti communiste d’Espagne (PCE), Confédération Nationale du Travail (CNT), Parti ouvrier d’unification marxiste (POUM) – et la multiplication des exactions, grèves, incendies d’églises plongeant l’Espagne dans le chaos révolutionnaire rouge et noir.
 Soutenue par la Phalange et les organisations carlistes, l’armée d’Espagne prend ses responsabilités. Au delà des seules tribunes: http://synthesenationale.hautetfort.com/archive/2021/07/17/17-juillet-1936-l-espagne-se-leve-pour-en-finir-avec-la-dict-6327559.html

Chassaing Jacques

Encore une poésie du général. Heureusement que Florian Philippot a annoncé sa candidature pour 2022.

Emilie

Je vous trouve bien insolent dans vos propos et je ne crois pas que Florian Philippot puisse les cautionner en aucune manière.

Chassaing Jacques

À Emilie:
Je dis ce que je veux et, contrairement à vous, je ne me planque pas derrière un pseudonyme pour l’écrire. D’autre part je n’ai besoin de l’imprimatur de personne pour le dire.

Chassaing Jacques

À quand le général Martinez dans la rue contre la dictature sanitaire ?

bernard

ouep, ça serait un minimum !

Lire Aussi