Dix ans après, en finir une fois pour toutes avec la théorie complotiste !

Publié le 9 septembre 2011 - par - 2 965 vues
Share

Le 11 septembre 2001, des attentats furent réalisés par un groupe de
19 terroristes musulmans, la plupart originaires d’Arabie Saoudite ( 1 ). Les faits étant parfaitement connus, résumons les brièvement :
Quatre avions de lignes furent détournés. Deux d’entre eux furent projetés sur les tours jumelles du World Trade Center, provoquant un gigantesque incendie dans chacune de ces tours, et secondairement leur écroulement. Un autre s’abattit sur le Pentagone et en détruisit une partie. Les passagers du 4 ème avion furent mis au courant des autres attentats, se révoltèrent contre les pirates et tentèrent de reprendre le contrôle de cet avion. Il en résulta son crash en Pensylvanie, au sud-est de Pittsburgh. ( 2 ) Les faits et leurs chronologie , ainsi que les noms des 19 terroristes ayant commis ces attentats sont parfaitement connus et l’ensemble des événements a fait l’objet d’un rapport officiel. ( 3 ) Or, bizarrement, depuis le onze septembre 2001, une curieuse secte est apparue, dont le passe-temps principal consiste à soutenir contre toute évidence la thèse selon laquelle ces attentats n’ont pas été organisés par des fanatiques musulmans, mais par un hypothétique complot dans lequel aurait trempé ( les opinions varient à ce sujet ) le gouvernement américain, les néo-conservateurs, le gouvernement israélien, la CIA, le Mossad et autres services secrets.

Les adeptes de cette secte se qualifient eux-mêmes de  » truthers  » ou parfois de
 » Reopenistes « . Le grand promoteur de cette théorie, un certain Thierry Meyssan, a écrit, en 2002 quelques mois après les attentats un livre contestant les résultats de l’enquête. Selon lui, les attentats ne seraient pas l’œuvre de terroristes, mais un  » inside job  » du complexe militaro-industriel américain ourdi dans divers buts machiavéliques. Selon cette théorie, d’une part aucun avion ne s’est écrasé sur le Pentagone, d’autre part, en ce qui concerne les attentats du WTC, l’auteur, s’il ne nie pas que les tours aient été percutées par des avions, prétend démontrer que la vitesse d’effondrement des tours prouverait qu’elles ont été démolies par un réseau d’explosifs préalablement installés dans le WTC, dans le but, selon lui, d’ amplifier l’effet de terreur causé par le crash des avions. Si l’on en croit son opinion, elles n’auraient pas pu s’effondrer avec le seul impact des avions.

L’un de ses arguments est l’effondrement de la tour du WTC 7 qui n’a pas été touchée par des avions, mais s’est quand même effondrée. Cet effondrement du WTC était donc, selon Meyssan, causé par des explosifs installés préalablement dans l’immeuble.
Les idées de Thierry Meyssan ont eu une certaine popularité, qui varie toutefois selon les pays. Ainsi, selon un sondage de 2008 ( 6 ) si, dans les pays occidentaux, la version officielle ( attentats musulmans organisés par Al Qaïda ) est largement majoritaire, on ne sera pas surpris du fait que c’est l’opinion de Thierry Meyssan ( attentats américains et éventuellement  » sionistes  » ) qui prévaut dans les pays musulmans.
Examinons de façon critique ces théories qui s’affrontent sur le
11/9/2001 / Nous avons vu qu’elles étaient au nombre de deux :

1°) la théorie du complot ( théorie selon laquelle ces attentats sont sensés avoir été ourdis par des éléments néoconservateurs américains assistés par la CIA ou autres officines gouvernementales américaines ) ,

2°) la théorie d’attentats islamiques ( théorie à laquelle j’adhère personnellement ), théorie selon laquelle ces attentats sont des attentats islamiques, commis par des musulmans commandités par Al Qaïda, au nom de la religion mahométane, en raison, entre autres, des nombreux versets du coran appelant les musulmans à massacrer les « infidèles  » et à se livrer au djihad  » .

Il faut de toute façon choisir, il n’y a pas de théorie alternative . En effet, rien n’indique qu’il pourrait s’agir d’attentats bouddhistes, hindouistes, mormons, shintoïstes, vaudous, caodaïstes, raéliens, animistes , taoïstes , ni même communistes ou nord-coréens ! Il n’y a d’ailleurs personne pour soutenir l’une quelconque de ces hypothèses ! Donc, parmi les deux théories , il suffit de choisir la plus vraisemblable et nécessitant le moins de difficultés ! C’est ce que l’on appelle l’application du principe du rasoir d’Occam ( 7 ).

Pour ce qui est de la théorie du complot islamique , rien n’est plus facile à imaginer : on connait la propension qu’ont les fanatiques de cette religion à se faire exploser ou à massacrer n’importe qui pour un oui ou pour un non dans n’importe quel coin du monde au nom du coran. Endoctriner 19 jeunes fanatisés au point de leur donner une vocation de kamikazes, leur faire prendre quelques leçons de pilotage ne paraît pas d’une difficulté ou d’un coût insurmontable, entrer dans un avion avec un cutter à l’époque était sûrement très facile, et l’est encore sans doute maintenant, et l’ensemble de cette procédure paraît fort peu coûteux.

Par contre , la théorie d’un complot néoconservateur est beaucoup plus difficile à imaginer. En effet tout le monde a pu voir qu’il y a eu impact d’avions sur les tours, donc l’idée de tours détruites de façon redondante par des charges explosives pré-installées est contestable à la base, alors qu’il y avait déjà une cause évidente à cet effondrement ! En effet , pour faire une  » destruction contrôlée  » de tours de la taille du WTC, il aurait fallu installer des centaines de charges explosives, d’un tonnage déjà respectable, soigneusement réparties, et reliées entre elles par des kilomètres de câblerie électrique pour les synchroniser.

Tout ceci aurait nécessité la collaboration de dizaines de techniciens en explosifs spécialisés dans la destruction contrôlée des immeubles, travaillant pendant de nombreuses semaines. Croyez-vous que la présence de ces techniciens n’aurait pas été repérées par les milliers d’usagers du WTC , et que personne ne se serait inquiété de l’installation bizarre de boites au contenu douteux reliées entre elles par quantité de câbles, et placées sur des piliers et autres endroits stratégiques ? Comment imaginer qu’aucun de ces techniciens, pris de remords, n’aurait révélé l’affaire à la presse ?

Par ailleurs, à quoi bon détruire les tours par des explosifs alors que, de toute façon, l’effet psychologique de l’impact des avions aurait été presque aussi important en l’absence d’effondrement des tours. (C’est comme si l’on guillotinait quelqu’un après l’avoir pendu : une redondance inutile !) . Ou bien, d’un autre point de vue, si les hypothétiques comploteurs américains avaient été capables de truffer le WTC de bombes, hypothèse que soutiennent les  » truthers « , à quoi bon y envoyer des avions ? Il suffisait d’actionner à distance les explosifs et, une fois les tours effondrées, de soutenir la thèse selon laquelle des terroristes déguisés en plombiers avaient installé subrepticement et ingénieusement des tonnes d’explosifs dans les immeubles et les avaient déclenchés par télécommande ! A vrai dire, le nombre de morts déclenché par une pareille procédure aurait été bien plus élevé que dans l’attentat tel qu’il s’est déroulé, parce que personne n’aurait eu le temps de sortir à temps des tours ….

Sachant qu’il y a eu impact d’avions sur les tours, il a bien entendu fallu quelqu’un qui pilote ces avions vers les tours. Certains ont allégué toutefois que des dispositifs de télécommande avaient été installés sur les avions pour en prendre le contrôle de l’extérieur. L’installation de tels dispositifs, à supposer qu’ils existent, aurait nécessité l’immobilisation d’avions de ligne pendant plusieurs jours. On voit mal pourquoi des compagnies aériennes auraient accepté d’immobiliser leurs avions pour qu’ il y soit mis en œuvre des modifications illégales. Soit les kamikazes étaient les pilotes des avions, mais on imagine mal des pilotes américains, vivant une vie aisée, avoir envie de la sacrifier pour satisfaire aux exigences d’ un plan machiavélique ultra- conservateur. Soit les auteurs de ce plan machiavélique hypothétique ont convaincu un membre ultra-conservateur de l’armée américaine, de la CIA ou autre de liquider ces pilotes en vol, et de sacrifier ensuite sa vie en projetant ces avions sur ces tours.

Mais là, on se trouve confronté à de formidables difficultés, car qui, de nos jours, à part des musulmans , accepterait de mourir pour ses idées ? Des chrétiens convaincus seraient probablement persuadés d’aller en enfer après de pareilles actions, des athées n’ont aucune envie de perdre leur vie qu’ils savent bien être unique, restent donc des musulmans, que l’on aurait eu bien du mal à convaincre d’entrer dans une combine machiavélique du complexe militaro-industriel.
Enfin , entre autres difficultés , il aurait fallu créer de toutes pièces les nombreuses conversations téléphoniques indiquant l’origine arabo-musulmane des pirates de l’air, conversations entretenues avec leur entourage par les futures victimes sur leur portable dans les minutes précédent leur passage de vie à trépas, conversations largement racontées par la presse. Il aurait donc fallu donc obliger ( comment ? ) les membres des familles de victimes à prétendre aux journalistes avoir reçu de tels messages.

Dernières difficultés , même à la CIA ou à la NSA , il y a quand-même des gens ayant une vague éthique, et qui auraient vendu la mèche de ce complot à la presse avant qu’il n’ait été réalisé ! Pour qu’un complot ait la moindre chance de rester secret, il ne doit être connu que d’un petit nombre de personnes. Et enfin, Georges W Bush est bien trop imbécile pour avoir imaginé un plan aussi tortueux …

Donc, nous venons de démontrer, en utilisant simplement le principe du rasoir d’Occam, que la théorie complotiste ne tient pas la route, car un tel complot aurait été d’une complexité totalement invraisemblable, le rendant impossible à réaliser.

Essayons maintenant de pulvériser définitivement les arguments pseudo- scientifiques des conspirationnistes ( ou truthers ).

L’un des grands arguments de ces conspirationnistes est que la chaleur dégagée par les vingt tonnes ( ou 30 000 litres, selon certaines sources ) de kérosène contenu dans chaque chaque avion n’était pas suffisante pour faire fondre les poutres métalliques du WTC, et donc n’explique pas la chute de l’immeuble . Cet argument est facilement balayé. En effet aux vingt tonnes de kérosène s’ajoute le combustible présent dans les bureaux intéressés par l’impact. Prenons l’exemple de mon bureau qui fait environ 6m x 4m soit 24 mètres carrés. Il comprend un bureau en bois de 30 kg , un meuble de rangement en bois de 70 kg, rempli de dossiers, papiers, revues, et livres. Il y a au moins 200 kg de papiers dans l’ensemble de ces meubles , plus deux chaises en bois et un fauteuil en matière synthétique genre polymère quelconque soit trente kg pour s’asseoir. Donc , tout ceci fait 330 kg de bon combustible. Arrondissons à 300 kg .
Sachant qu’à chaque étage du WTC, il y avait au moins cent bureaux de la taille du mien (et peut-être plus), cela fait un minimum de trente tonnes de combustible par étage, auquel il faut rajouter les faux plafonds, moquettes, papiers peints, plastiques d’ordinateurs, gaines de fil électriques et autres gaines plastiques, on peut imaginer cent tonnes de combustibles par étage, que multiplient la vingtaine d’étages intéressés par l’incendie quand on observe les documents filmés , on aboutit à deux mille tonnes de combustibles divers, bien aérées par le gouffre laissé par l’impact de l’avion , et là on ne s’étonne plus du tout que l’acier se déforme, même s’il ne fond pas. l’acier commence à être malléable et à se déformer à une température bien inférieur aux 1300 degrés qui le font fondre (après tout, il fallait beaucoup moins de combustible que cela aux hommes de l’âge du fer pour fabriquer des outils en fer !). Or, dès l’instant que la déformation dépasse un seuil critique, l’équilibre des forces censés s’appliquer à ces structures métalliques est rompu, provoquant la rupture du métal.

Lors de l’impact , l’énergie cinétique d’un avion à plusieurs centaines de km/h , égale à 1/2 mv 2 , selon une formule bien connue (je vous laisse calculer l’énergie considérable que ça représente pour un avion de ligne), s’est transférée instantanément aux infrastructures de l’immeuble, selon la loi de conservation de l’énergie. On imagine bien le nombre de rivets et autres soudures instantanément affaiblis, voire détruits, par ce transfert d’énergie cinétique ! Par ailleurs , la dilatation des métaux par la chaleur du brasier a du largement dépasser les capacités de résistance d’autres soudures, rivets et autres fixations entre poutres. Dès lors que les dernières poutres soutenant les étages de la tour situés au dessus du point d’impact eurent cédé sous l’effet du déséquilibre des forces, ce sommet de tour se comporta comme un marteau géant de plusieurs milliers de tonnes descendant à la vitesse de la pesanteur sur ce qu’il y avait en dessous, avec une énorme énergie cinétique non prévue par les concepteurs de la tour. On comprend aisément que le reste se soit écroulé comme un château de cartes.

Par ailleurs, l’argument du point de fusion de l’acier ne tient pas debout pour une raison supplémentaire : combien de fois voit-on à la télévision ou dans les journaux des actualités concernant des incendies de hangars métalliques, dont, après extinction du feu, on peut voir que toutes les poutrelles sont tordues ou déglinguées !
Quasiment tous les mois ! Pourtant ce sont de bien plus petits incendies que ceux du WTC…

Quant à la prétendue absence d’avion crashé sur le Pentagone, édifice qui aurait, selon les conspirationnistes, été partiellement détruit par des explosifs ou un missile, il aurait fallu, soit que quelqu’un fasse venir un lance-missile de bonne taille non loin du pentagone et le mette en position de tir en direction de celui-ci sans que qui que ce soit ne s’en aperçoive, soit que quelqu’un ait pu faire venir quelques centaines de kg d’explosifs dans un bâtiment ou l’on ne doit pas pouvoir rentrer facilement, même en étant de la CIA.

Il aurait fallu également que le gouvernement américain ou l’armée choisisse de sacrifier délibérément des dizaines d’officiers supérieurs, que les militaires choisis pour cette opération acceptent d’assassiner délibérément leurs collègues, tout cela ne tient évidemment pas debout ! Il aurait ensuite fallu convaincre une compagnie aérienne d’accepter de prétendre avoir perdu un avion, et de contraindre au silence les employés de ladite compagnie aérienne, trouver quelques dizaines de  » fausses familles de fausses victimes  » acceptant de raconter des bobards à des meutes de journalistes, trouver un moyen de les financer et d’empêcher les bavardages inéluctables de ces  » fausses familles de fausses victimes « . Tout cela n’a évidemment aucune possibilité d’être réalisé dans le monde réel !

Les deux arguments utilisés par ceux qui nient l’impact d’un avion sur le Pentagone est que aucun débris d’avion n’étaient visible sur les photos, et que l’orifice d’entrée est plus étroit qu’un avion. Il se trouve que, dans l’histoire de l’accidentologie aérienne, on a un exemple tout à fait démonstratif de l’aspect d’un impact d’avion sur un immeuble. Il s’agit du fameux crash de Bijlmer, près d’Amsterdam, en 1992 : un avion devenu incontrôlable avait percuté un immeuble d’habitation, les photos générales du site d’impact ne montraient pratiquement aucun débris d’avion ( celui-ci avait été en grande partie pulvérisé par l’impact ). Dans ce crash, l’ouverture provoquée dans l’immeuble est également plus étroite qu’un avion ( normal, la zone d’attache de chaque ailes se déchire au moment de l’impact,et les ailes pénètrent l’édifice plaquées contre la carlingue, ce qui explique l’étroitesse relative de la zone d’impact) (8) (9) (10). Il est remarquable de constater la ressemblance étonnante des photos de ces deux crashs : même cause, mêmes effets ! (11) (12). Par ailleurs , il existe bel et bien des photos des débris d’avion à côté du Pentagone. (13)

Les partisans de la théorie conspirationniste ressortent comme argument le fait que la troisième tour à s’effondrer, celle du WTC 7, nettement plus petite que les deux autres , est tombée sans recevoir d’avions ce qui est pour eux la  » preuve  » d’une destruction contrôlée. C’est pourtant le plus fort argument anticonspirationniste !
Pourquoi des officines gouvernementales américaines prétendument organisatrices de ces attentats se seraient amusées à mettre des explosifs de démolition dans cette troisième petite tour alors qu’elle était totalement hors de portée d’un avion ( trop difficile à viser, trop basse, trop petite taille ) et qu’en plus elle n’avait aucune valeur symbolique ! Tant qu’à choisir une troisième tour, il eut été plus symbolique de s’attaquer à l’Empire State Building, par exemple.

Il serait fort étonnant que l’avion qui s’est écrasé en Pennsylvanie ait été destiné à la destruction de cette petite tour WTC 7. Cet objectif n’avait en effet strictement aucune valeur symbolique. Vraisemblablement, ce dernier avion était plutôt prévu pour percuter le Capitole ou la Maison Blanche.

En plus, à supposer même qu’il eut été prévu la destruction de cette tour dans cette supposée conspiration américaine, un avion seul aurait suffit pour la détruire complètement, point n’était besoin de rajouter d’hypothétiques explosifs pour achever de l’abattre, totalement superfétatoires vu sa petite taille ! En outre, les hypothétiques comploteurs, ne voyant pas arriver le quatrième avion, n’auraient eu aucun intérêt à déclencher à distance ces hypothétiques explosifs censés aggraver les dégâts qui auraient du être causés par l’arrivé de ce quatrième avion sur cette petite tour, à partir du moment où celui- ci ne s’est pas présenté comme  » prévu  » !

Dernier point : que peut on dire des adeptes des thèses conspirationnistes ? J’en vois plusieurs sortes :

1°) Des gens d’une certaine gauche, post soixante-huitarde, déçue par le prolétariat qui ne vote plus pour elle, et qui s’est cherché chez les musulmans un prolétariat de substitution. Cette gauche est adepte et d’un antiracisme tellement dénaturé que nombreux pour ces idéologues, prétendre que ces attentats étaient le fait de terroristes musulmans est déjà du racisme ! ( C’est le genre de « gauche  » qui a protesté contre les lois sur les signes religieux à l’école et sur le voile intégral, qui subventionne l’édification de mosquées au mépris de la loi de 1905, qui présente une candidate voilée aux élections, ou qui traite Charlie-Hebdo de  » raciste  » pour avoir publié les caricatures de Mahomet…). Dans cette mouvance , il y a aussi des antiaméricains extrémistes de principe, qui trouvent dans la thèse complotiste un argument supplémentaire contre leur cible favorite ( comme s’il était besoin de ce genre d’arguments foireux pour critiquer les USA !). A cette « gauche » on peut rajouter la mouvance la mouvance islamo-gauchiste bien connue.

2°) Des gens d’une certaine droite extrême, antisémites par tradition ou par conviction, et qui soutiennent le monde musulman selon le principe  » les ennemis de mes ennemis sont mes amis  » ! On peut d’ailleurs noter avec intérêt que Jean Marie Le Pen a exprimé des « doutes » sur ce qui s’est passé le 11 septembre ( 14 ) il est piquant d’observer des convergences de vue entre lui et la gauche complotiste !

3°) Et enfin des musulmans qui sont sincèrement horrifiés par ces attentats, mais qui, par déni, refusent d’admettre que leur religion puisse être à l’origine d’actes aussi monstrueux, et qui donc, pour éviter de remettre en question ce sur quoi ils fondent leur existence, vont les attribuer à leurs bêtes noires traditionnelles, les américains et les israéliens.

C’est cette attitude de déni qui explique le haut degré d’adhésion à cette théorie complotiste dans les pays musulmans (6 ). Ce déni reste toutefois relatif, si l’on en juge par les manifestations de joie qui furent enregistrées en Palestine après les attentats du 11 septembre, et par les inscriptions  » vive Ben Laden  » qui fleurirent à cette époque sur les murs des banlieues  » sensibles  » , toutes manifestations qui paraissent peu cohérentes avec la croyance en un complot américain ! Une sorte de  » double pensée « , en somme …

Docdory

( ) http://fr.wikipedia.org/wiki/Attentats_du_11_septembre_2001

(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Chronologie_des_attentats_du_11_septembre_2001

(3) http://www.onze-septembre.com/lexique_46.php

(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Thierry_Meyssan

(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Effroyable_Imposture

(6) http://www.worldpublicopinion.org/pipa/pdf/sep08/WPO_911_Sep08_pr.pdf

(7) http://fr.wikipedia.org/wiki/Rasoir_d’Ockham

(8) http://lawrenceofcyberia.blogs.com/news/2006/10/specialty_chemi.html

(9) http://www.dutchaviationpage.nl/other/oldies/elal_b747-200.htm

(10) http://crashrecovery.org/911/route.html

(11) http://www.onze-septembre.com/photo_3.php

(12) http://membres.multimania.fr/wotraceafg/11_9.htm

(dernière photo )

(13) http://library.kiwix.org:4212/A/Vol%2077%20American%20Airlines.html

(14) http://www.lepost.fr/article/2009/09/29/1717097_jean-marie-le-pen-et-le-11-septembre-2001-on-se-moque-de-nous.html

A lire également deux excellents dossiers ce mois ci :

– Celui consacré par  » Science & Vie  » de septembre 2011 réfutant avec force détails scientifiques chaque argument des complotistes,

– Celui consacré par  » Sciences & Avenir  » à l’explication scientifique détaillée du processus qui a fait que les tours ont fini par s’ effondrer après l’impact.

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.