Dix ans de militantisme à Génération Identitaire, pour défendre mon peuple

Publié le 18 juin 2020 - par - 61 commentaires - 1 820 vues
Traduire la page en :

Le samedi 13 juin dernier, Génération Identitaire effectuait une action de grande ampleur lors du rassemblement du collectif  “Justice pour Adama” sur la place de la République. Je reviens pour les lecteurs de Riposte Laïque sur cette action au fort retentissement médiatique, ainsi que sur la genèse de mon engagement militant au sein de Génération Identitaire.

À l’âge de 15 ans, je tombe à la sortie du collège sur des autocollants – collés aux poteaux qui jouxtent mon établissement – aux slogans tels que « Kebabs, mosquées : assez », « Stop au racisme anti-Blanc » et « Pas de mosquées chez moi ». Ces slogans m’interpellent, me choquent, me parlent. En tant que jeune Français confronté quotidiennement à l’immigration, à l’insécurité et à l’islamisation de mon quartier, ces paroles résonnent en moi et me montrent que certains Français, conscients de leur identité, se dressent contre le remplacement de leur peuple. Très rapidement, je les contacte, les rencontre, et m’engage au sein de ces jeunes défenseurs de l’identité française et européenne.

Le 18 juin 2010, j’apprends que le Bloc Identitaire et Riposte Laïque organisent l’apéro saucisson-pinard, happening réussi qui alerte la société française sur l’islamisation de notre pays. Très rapidement, je participe à ma première manifestation au sein des Identitaires. Il s’agit de manifester à Béziers pour la libération de René Galinier, un pauvre grand-père ayant tiré à la carabine sur ses cambrioleurs, entrés par effraction dans son domicile. Nous réclamons le droit à légitime défense, le droit de nous défendre, le droit de vivre en sécurité dans notre propre pays.

En octobre 2012, notre mouvement devient Génération Identitaire et réalise sa première grande action, l’occupation du chantier de la grande mosquée de Poitiers. Je fête mes 18 ans sur le toit de cette mosquée cathédrale, tenue par les islamistes, symbole de l’islamisation de notre pays. Notre action est à son tour le symbole d’une jeunesse qui se dresse contre l’invasion de la France et de l’Europe. Cette action, fortement médiatisée, est le point de départ de la reconquête de notre terre. Notre mouvement se fait connaître, se développe dans d’autres pays européens tels que l’Autriche, l’Italie, l’Allemagne. Au fil des années, les grandes actions de notre mouvement se poursuivent : occupation du siège du parti socialiste, occupation des axes de communication entre Calais et la jungle de Calais, missions “Defend Europe” en Méditerranée et dans les Alpes, occupation des locaux de SOS Méditerranée, de la Caf de Bobigny dans le 93…

Je participe à la plupart d’entre elles et devient l’un des cadres du mouvement, tandis qu’il acquiert toujours plus de notoriété et qu’il se développe au Danemark et en Hongrie. Malgré la censure et les nombreux procès, Génération Identitaire est en première ligne pour défendre notre peuple. Plus que jamais, Génération Identitaire était en première ligne ce samedi pour défendre notre peuple face à ceux qui, profitant de l’actualité internationale, déversent leur haine des Blancs dans la plus grande impunité. Face à 20 000 racailles rassemblées sur la place de la République afin de demander « justice » pour Adama, nous avons réclamé « Justice pour les victimes du racismes anti-Blancs ». Accompagnés du hashtag « White lives matter », ce sont ces mots qui étaient inscrits sur l’énorme banderole de 10 x 6m déployée par les militants identitaires, à une hauteur de 30 mètres, face à la foule en délire qui nous insultait de « sales Juifs » et de « sales Blancs », nous donnant raison dans l’instant.

Les militants francophones de la mouvance “Black lives matter” ont montré leur vrai visage, face caméra, suite à l’action des Identitaires qui, une fois de plus, ont recentré le débat politique sur les thématiques qui comptent pour le peuple français et ont tourné en ridicule la mobilisation de leurs adversaires politiques. En témoigne l’attaque des « antifascistes » sur le toit de l’immeuble que nous occupions, repoussée en seulement quelques secondes par les militants de Génération Identitaire. Contre toute attente et à seulement 14 contre 20 000, la victoire médiatique, symbolique et politique revenait ce jour-là à cette jeunesse qui a fait le choix de la résistance. Cette victoire, nous la dédions à toutes les victimes du racisme anti-Blancs, ces victimes qui n’intéressent ni les médias ni les politiques, qui ne suscitent ni compassion ni émeutes, celles dont on oublie l’existence, celles dont on s’est souvenu quelques heures ce samedi, place de la République.

Partout où notre peuple, notre histoire et notre identité seront en danger, vous nous trouverez !

Jérémie Piano

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi