Djihad judiciaire : des clowns aux ordres !

Publié le 11 février 2020 - par - 12 commentaires - 1 176 vues
Share

1 : « Bah moi cette audace, comme il l’appelle lui, Gérard Boyadjian, c’est ce que je poursuis aujourd’hui »
2 : « Et donc, si on s’attaque à l’islam, on s’attaque à qui ? Bah, aux musulmans, hein » par le PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE (BAC + 8)

(Bah accroche-toi, « mémère », parce que là, tu vas être servie… Le documentaire « Djihad judiciaire » en cours.)

« Ils ne peuvent pas délivrer leur véritable positionnement, car dans la mesure où ils oseraient le faire, ils révèleraient ouvertement et immédiatement leurs mensonges caractérisés, leur inclinaison politique manifeste, leur lâcheté et leur traîtrise. Ils dévoileraient, au final, ce qu’ils sont vraiment : des clowns aux ordres. »

Extrait du « DJIHAD JUDICIAIRE »
Le « Djihad judiciaire » est le dévoiement des institutions judiciaires françaises qui consiste à menacer, museler et condamner tout propos critique vis-à-vis de l’islam sur le territoire national.
Cela représente une composante cruciale de la structure permettant et organisant l’islamisation de la France.
Suite à la condamnation par la cours d’appel de Paris du cinéaste français Gérard Boyadjian, pour son film « Chameau Pas d’Amalgame », ce dernier est à l’initiative du documentaire DJIHAD JUDICIAIRE, œuvre majeure sur un sujet capital qui expose comment la magistrature, soumise à l’agenda politique de nos dirigeants, dans sa collaboration volontaire active ainsi que dans son inclinaison idéologique incontestable, pourchasse et persécute désormais des intellectuels, écrivains, historiens, artistes, etc., tous français… qui osent la critique de l’islam.
« La Justice n’a jamais eu vocation à rendre la justice.
Sa seule et unique fonction est de maintenir l’ordre social.
Et cela repose, sur une profonde injustice. »

Gérard Boyadjian
https://paypal.me/pools/c/8fODcnX6xc
#BOYADJIANFILMS2020
#DJIHADJUDICIAIRE

Print Friendly, PDF & Email
Share

12
Poster un Commentaire

800
9
3
0
 
10
   
Notifiez de
yvank

En France être condamner pour avoir dit « œil pour œil », mais ne pas l’être pour prêcher qu’il faut tuer tous les incroyants. C’est la justice. Les charlatans en robe noire, à l’écoute du gouvernement, c’est l’indépendance de la justice.

.Dupond1
POLYEUCTE

Pour ceux qui ont regardé le « Goulag » hier à la Télé …
La « Justice » idéologique est un Crime contre l’Humanité !
On y vient doucement… mais sûrement !

Robert Le Priellec

Contrairement à ce qu’on lit dans l’article, un procureur n’a pas et ne peut pas avoir un niveau bac+8, tout comme ses congénères de la magistrature. Le niveau exigé pour entrer à l’école nationale de la magistrature est bac+4, ce qui correspond aujourd’hui à une première année de master. Le fait que certains candidats se présentent avec une master complet (bac+5) ou un doctorat (bac+8) ne change rien au niveau de la « formation », qui reste à bac+4. Les 31 mois de dressage du cursus de l’ENM n’ont pas grand chose d’académique, puisqu’ils consistent essentiellement en stages, où les futurs magistrats sont dressés à la soumission, à la compromission, à la mythomanie, et à l’art de ramper devant les « puissants » du jour. A l’arrivée, pas de diplôme, mais uniquement un classement de sortie.

gautier

Et encore vous êtes généreux car si vous prenez par exemple l’annuaire de la magistrature vous verrez que nombre d’entre eux (assez anciens j’en conviens) ne possèdent qu’une simple licence de droit. Ensuite, on gravit les échelons à l’ancienneté ou selon qu’on a adhéré à la franc-maçonnerie ou non.

Eric des Monteils

La « justice » ? L’arme la plus utilisée des dictatures. La loi, c’est celle du plus fort, du plus combinard, des plus riches pour payer une police à leur service exclusif.

jeannot

Respect à vous M. Boyadjian pour votre courage.
Ces petits fouquier-tinville vous avaient condamné d’avance. Un véritable déni de justice. Sauf erreur, on a (encore) le droit de critiquer une religion surtout lorsque ce n’en est pas une.

Nikitaratata

On a (encore) en effet le droit de critiquer librement toutes les religions, SAUF UNE (je vous laisse deviner laquelle). Délit de blasphème sélectif. La condamnation inique de Gérard confirme de fait que tout le système judiciaire français est déjà entièrement inféodé à cette même religion. Cela n’augure rien de bon pour l’avenir de nos enfants…

patphil

ils n’ont plus besoin d’ordre !
ils savent comment espérer une promotion au mérite, condamner sévèrement les gaulois réfractaires, laisser tranquilles les islamogauchistes

Nikitaratata

Face à cette situation monstrueuse et ubuesque qui semblait il y a quelques années encore inimaginable dans un pays supposé démocratique comme la France, Gérard a opté pour la seule option par défaut pour préserver sa liberté: l’exil. Espérons qu’il pourra bénéficier dans son nouveau pays d’accueil du statut de réfugié politique. Tous les autres persécutés tels que Christine, Pierre, Renaud (et bon nombre d’autres) n’auront bientôt plus d’autre alternative pour échapper à la prison ferme et continuer leur salutaire action à distance. Tous ces valeureux combattants seront un jour accueillis en héros lors de la libération, si toutefois celle-ci a encore lieu lors de leur vivant. Bon courage et soutien inconditionnel à tous…

François Desvignes

Point de vue d’un ex praticien : boycottez la justice.

– Vous lui rendrez service
– Vous serez moins sévèrement condamné qu’en lui demandant ce qu’elle n’a pas l’intention de vous donner : être juste.

Pour le magistrat de la république le justiciable est là pour justifier son poste et permettre son avancement de carrière.

Ça change la perspective.

gautier

Il y a pas mal d’années je connaissais une fille dont le père était magistrat (prescription désormais !). Elle me racontait que l’occupation principale de son père était de vérifier, le soir avant de se coucher, les états de service et les promotions de ses collègues ainsi que les siennes à venir. Voilà qui en dit long sur la mentalité de ses affreux. Je ne suis pas certain que cela ait beaucoup évolué en 2020.