Djihad nazi : point commun et différence entre le Dr Raoult et le Dr Rodenwaldt

Publié le 3 septembre 2020 - par - 8 commentaires - 1 270 vues

1944 • Soldats allemands auprès d’une musulmane à Mostar, Herzégovine

Le Dr Raoult et le Dr Rodenwaldt présentent une similitude : ils ont tous deux de vastes connaissances en médecine tropicale. Mais la comparaison s’arrête là : tandis que le Français est salvateur, l’Allemand était islamisateur.

Dans les années 1930, Ernst Rodenwaldt fut l’un des plus brillants spécialistes allemands des maladies tropicales. Bien avant la Seconde Guerre mondiale, il œuvra en terre d’islam et ses recherches ont préparé le terrain de l’idéologie nazie en matière d’hygiène raciale.

À la demande du haut-commandement allemand, Rodenwaldt rédige en 1941 la brochure Islam, une introduction au monde religieux des peuples islamiques, à glisser dans le Tornister ou havresac de la Wehrmacht. Il s’agit là de directives et de règles de conduite envers les musulmans des pays occupés par les nazis.

Recto : « Destiné à la diffusion et non à la vente »
Verso : « Lignes de conduite des Européens sur les terres mahométanes »

Quelques recommandations issues du manuel

« Restez conscient que l’islam est une religion avancée, en rien inférieure au christianisme dans sa conception de Dieu »

« Toute rencontre avec des musulmans doit être menée dans le même respect que celui porté envers les chrétiens »

« Lorsque le soldat frappe à la porte d’un ménage musulman, il est indiqué de tourner immédiatement le dos à la porte pour ne pas regarder la femme qui l’ouvre »

Rodenwaldt met en avant le degré de tact et de tolérance requis pour traiter avec des musulmans « voyant le monde sous un angle différent ». En réalité, cette formation au comportement correct n’est que le reflet d’une prudence militaire dictée par les nazis et ce manuel n’est rien d’autre que du savoir-vivre préfabriqué. Compte tenu de la position non critique de Rodenwaldt à l’égard du régime nazi, il est bien étrange qu’il considère tact et tolérance comme des valeurs à honorer puisque les populations juives sont totalement exclues de ce traitement de faveur.

Paradoxe des paradoxes, avec une petite remise au goût du jour, la quasi-intégralité du manuel du sympathisant nazi Rodenwaldt pourrait faire office aujourd’hui d’argumentaire islamo-bobo contre l’islamophobie européenne. À titre d’exemple, le manuel indique que la perception d’un islam répandu par le feu et l’épée par les Arabes et les Turcs est totalement erronée. Cette approche historique est évidemment à l’opposé d’un Thilo Sarrazin ou de néo-nazis pourtant régulièrement accusés d’employer des stéréotypes apparentés à ceux de l’idéologie du Troisième Reich. La belle antinomie…

Ernst Rodenwaldt (Berlin 1878 – Ruhpolding 1965)

La fin justifie les moyens

L’intérêt croissant du Troisième Reich pour l’islam découle de la mutation de certaines régions peuplées de musulmans en zones de guerre et surtout de la dégradation de sa situation militaire dès 1942. Les stratèges nazis – désolé de l’oxymore – ont dès lors cherché des coalitions plus larges en faisant preuve d’un pragmatisme atypique. Certains de leurs interlocuteurs musulmans estimaient d’ailleurs que l’Allemagne nazie gagnerait la guerre autour de 1942-1944 et que le nouvel ordre mondial favoriserait leur libération de la domination britannique. Les ennemis communs du pacte faustien sont l’Empire britannique, l’Union soviétique, l’Amérique du Nord et surtout les Juifs.

Si Mein Kampf proclame la supériorité de la race aryenne, le discours nazi se fera ensuite plus pragmatique : Turcs, Iraniens et Arabes non juifs seront officiellement dispensés de toute discrimination raciale auprès des ambassades du Caire, de Téhéran et d’Ankara. Ainsi, les discours d’Hitler et de Himmler iront dans le sens de la perception d’un islam guerroyant, fort et agressif, comme Nietzsche l’avait évalué au XIXe siècle. Nous sommes là dans un cadre purement géostratégique et non idéologique.

En 1941-42, lorsque les troupes allemandes pénètrent sur les territoires musulmans à savoir Afrique du Nord, Balkans, Crimée et Caucase, la Wehrmacht et les SS paramilitaires recrutent des dizaines de milliers de musulmans, ce qui évite également de gaspiller le sang allemand. Ils se battent sur tous les fronts et se voient accorder certaines concessions religieuses comme la levée de l’interdiction de l’abattage rituel, pratique interdite par la loi sur la protection des animaux promulguée en 1933 par les nazis pour des raisons antisémites. Les motivations de ces recrues musulmanes sont diverses : ferveur idéologique antibolchevique pour certains, motifs plus triviaux pour d’autres comme la recherche d’un héroïsme rémunérateur.

En Afrique du Nord, dans les Balkans et en URSS, les divisions SS rencontrent parfois des difficultés à différencier Juifs, musulmans et Juifs convertis à l’islam et abattent des milliers de musulmans, pensant que leur circoncision est signe de judaïsme. Dès lors, Heydrich donnera ensuite des instructions de plus grande prudence. De plus, dans ces régions occupées, juifs et musulmans cohabitent depuis des siècles et il n’est pas rare de voir un musulman héberger en cachette son voisin juif, interconnexion sociale oblige.

Sur le front de l’Est, afin de saper le bras de levier soviétique, les occupants nazis ordonnent la restauration de certaines mosquées, de salles de prières et de médersas (écoles coraniques) détruites par les Soviets, de même que la restauration des rituels et des cérémonies religieuses.

Les nazis déploient également des efforts considérables pour recruter des dignitaires islamistes, comme le mufti de Jérusalem partageant la haine nazie des Juifs. Ils « politisent » les textes issus du Coran ainsi que le concept de djihad. La thématique antisémite y un rôle majeur de propagande, notamment en mettant en exergue la migration sioniste vers la Palestine, une question centrale des discours politiques arabes.

 

1943 • Le Grand Mufti Mohammed Amin al-Husseini

Waffen SS musulmane
https://www.youtube.com/watch?v=anDBMyNhVVs

La prémonition du XXe siècle est française

Lors de la rédaction sur commande de son manuel, Rodenwaldt ne pouvait évidemment prévoir ni la montée en puissance de l’islam politique à l’échelle européenne ni l’immigration massive musulmane en Allemagne. En 1965, année de son décès, ils ne furent que très peu nombreux à l’avoir prédit. Le général de Gaulle en 1959 : « Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante ? » et « Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées ». Bingo !

Second et dernier point commun entre le Dr Raoult et le Dr Rodenwaldt ? Comme son homologue allemand le fit au Togo au début du XXe siècle, le microbiologiste et infectiologue français s’est comporté comme un médecin de campagne militaire devant sauver à la hâte un grand nombre de blessés face à un ennemi inconnu en Gaule, en fonction de son expérience de terrain. Il a AGI au service des autres selon ses propres convictions étant donné l’absence de mode d’emploi Der Korona fourni par la Macronie. Une telle détermination est hélas fort rare auprès de ses contempteurs.

La critique est aisée, l’art est difficile ? La critique médisante est aisée, l’art médical est difficile.

Richard Mil+a

« L’islam est le fascisme de notre époque », Alice Schwarzer, 11 mai 2016

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
poiropardix

On résume ,les nazis ont fait leur danse du ventre aux muzz et s’ils avaient gagné la guerre ,ils remettaient vite fait tout le monde au pas ,tout ce qui était un peu bronzé.
Juste du business! De bonne guerre quoi!

L'Ange Gardien

En conséquence de quoi, chers Croisés Francais, il conviendra dès la mise en place de la réforme de notre si beau pays Chrétien, de ne retenir en rien le texte relaté, sinon cet extrait modifié : Lorsque le Croisé frappera à la porte d’un ménage musulman, il sera recommandé de rester impassible face à la porte qui s’ouvre, et ce, afin de savourer le regard de la femme qui viendra la déverrouiller. Elle comprendra immédiatement de quoi il s’agit et par conséquent, il conviendra de ne la laisser en aucune manière alerter la vermine terrée dans son logis. Toutes les méthodes que vous jugerez appropriées seront les bienvenues, dès lors que le résultat escompté sera obtenu.
Vive les Croisés Francs ! Mort à la racaille qui idolâtre le pseudo prophète baiseur de chèvres mahomet ! ! !

Anonyme

L’alliance des nazis avec certains musulmans, peu en réalité, était une stratégie purement opportuniste, comme celle des alliés avec les bolcheviques.
Les tentatives de certains auteurs du site pour occulter le fait que les mondialistes, donc certainement pas ” nazis”, sont main dans la main avec les muzzs, sont vraiment très lourdes.

patphil

bel exemple qui prouve que l’histoire peut nous enseigner quelque chose

evain

Dois je rappeler que 100 000 mischlings ont combattu sur le mur de l’atlantique pour eux on a pas fait tant d’histoire…Dois je rappeler que le droit des peuples a disposer d’eux même n’a pas été respecté au lendemain de première guerre mondiale …Persécution, humiliation,dénigrement comme par exemple en Bretagne il était écrit “interdiction de parler Breton et de cracher par terre” comme récompense d’avoir sauver cette république de merde à Verdun.Hitler était perçu par les minorités culturelles comme un don du ciel déferlant sur des états prisons de Yougoslavie, Tchécoslovaquie, Pologne, URSS.Les musulmans ont le dos large comparons ce qui est comparable et remettons les choses dans le contexte.Il y a une vision manichéenne de la deuxième guerre mondiale insoutenable.

evain

Et si on parlait de 3 pays de merde: France, Angleterre et URSS qui en 1939 contrôlaient de vastes colonies(2/3 de l’humanité) sans le consentement des peuples indigènes et qui sans honte critiquaient au même moment l’impérialisme allemand…
Au lendemain du 8 mai 45 ces mêmes états justifièrent les bombardements homicides, famines organisées, les déplacements de populations et crime suprême la justification de la deuxième guerre mondiale au nom de la défense du “camp du bien”…et tout le tralala démon-cratique.
Musulman ou pas Musulman était il nécessaire de les prendre pour des demi-esclaves sans s’attendre à une volonté de revanche?

François BLANC

article fort interessant

evain

Non, c’est du parti pris sans aucun recul!

Lire Aussi