Donald Trump, le héros des patriotes

Publié le 27 septembre 2019 - par - 20 commentaires - 1 200 vues
Share

Ne nous y trompons pas, l’avenir n’est pas rose, mais il appartiendra toujours aux audacieux, et sera exaltant. Et Donald Trump est peut-être le dernier grand audacieux à la barre d’un grand pays.

Qu’on réfléchisse aux trois dernières années :

En 2016, les mondialistes semblaient assurés d’installer rapidement un gouvernement mondial. Aux États-Unis, Hillary Clinton était donnée vainqueur de la présidentielle à la veille de l’élection. En Angleterre, le référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne était donné perdu pour les tenants du Brexit. En Allemagne Angela Merkel, sans consultation ni du peuple allemand ni des autres peuples de l’Union européenne, avait lâché les loups sur le continent. Puis, le 23 juin, le Brexit était choisi par une majorité nette d’électeurs, et le 8 novembre, Donald Trump était élu président des États-Unis d’Amérique. La table semblait renversée.

En 2017 et 2018 furent élus des souverainistes en Italie et en Autriche qui formèrent un gouvernement avec des alliés de droite en Autriche, et… de quelque part ailleurs en Italie. Mais les succès de 2016 furent l’objet d’une guerre larvée aux États-Unis comme en Grande-Bretagne. Cette guerre larvée se mua en chasse aux sorcières et guerre civile froide aux États-Unis où pas une semaine ne s’écoula sans qu’il fût question « d’Impeachment » ou destitution du Président.
L’année 2019 fut aussi celle de l’éviction de Salvini, empêché de mener la politique de sauvegarde de l’Italie par les fonctionnaires de la justice, l’Église et les ministres, à lui opposés… Et ceci en dépit des sondages et du risque de disparition de l’Italie. Le président du conseil, Conte, qui se moque des patriotes avec Angela Merkel, est aux anges et ouvre toutes grandes les portes des ports italiens.

Alors que Trump avait vaincu ses adversaires lors de la divulgation du rapport Mueller, on pensait que la terrible affaire Epstein – dans laquelle tant de Démocrates ont trempé – leur ferait comprendre que la guerre était perdue et qu’il leur restait à mener le combat politique dans le respect des institutions.

Et bien non ! Un espion écoutant – on ne sait comment – les entretiens téléphoniques du Président avec ses homologues du monde, décida de déposer une plainte contre le contenu de la communication du 25 juillet 2019, entre le Président Trump et le nouveau Président ukrainien Zélensky.

Dans ce contexte, on tente de comprendre :

Qui donne aux services de renseignements le pouvoir de censurer puis de divulguer le contenu des conversations du Président élu avec un autre chef d’État élu ?
Qui est ce fonctionnaire qui se permet de porter un jugement personnel et politique sur un entretien diplomatique ?
Que deviennent dans cette occurrence, et la diplomatie, et le pouvoir en politique étrangère du Président choisi par les Américains ? si :

Il est écouté et que des fonctionnaires destinés à le protéger peuvent divulguer des propos destinés à demeurer secrets ?
Comment pourrait-il y avoir un pouvoir politique, et donc une démocratie, dans un pays où des fonctionnaires affiliés aux parties adverses de celui au pouvoir rompent leur devoir de réserve ?

Ces questions auraient dû tout autant intéresser les Démocrates que les Républicains, destinés qu’ils sont à tenir chacun les rênes du pouvoir et risquant donc de subir un jour les mêmes attaques. Mais non, ces traîtres siègent à l’Onu plutôt qu’au Congrès, à l’Onu plutôt qu’à Westminster, à l’Onu plutôt qu’au palais Bourbon, et se sentent déliés de toutes règles constitutionnelles, législatives ou morales, adonnés qu’ils sont au golem mondialiste. Ils ne se reconnaissent dans aucune appartenance ni ne respectent aucune allégeance autre que mondiale.

Donald Trump fit cette semaine un magnifique discours dans cette cour des Miracles qu’est devenu le « Machin », où il a lâché à cette engeance la vérité des peuples libres :

Le socialisme est une maladie mortelle à laquelle l’Amérique se refuse de succomber
L’avenir appartient aux patriotes et pas aux mondialistes
L’Iran est dangereux mais il est prêt à parler avec ses représentants
Chaque pays a la charge et le devoir de veiller sur son peuple et de le respecter dans ses mœurs, ses goûts et sa croyance.

Cette vérité s’appuie sur trois mots : identité, droit national et liberté.

Les temps sont peut-être venus de détruire ceux qui méprisent le droit chez eux ou au-dehors, qui n’ont que la morale de leur puissance et qui piétinent allègrement la liberté des peuples et les libertés individuelles.

Cette rupture est partout tangible :

Aux États-Unis où le processus d’impeachment est lancé sans fondement par une majorité provisoire et très faible, faisant fi de la Constitution et fabricant les griefs dont elle a besoin et dont elle sera seule juge.
En Angleterre, où une « Cour suprême », instituée par Tony Blair et sans légitimité, se substitue à la Reine pour entraver la mise en œuvre de la décision populaire de 2016.
En Italie, où des minoritaires rétablissent ce que des lois votées ont interdit.
Ailleurs, où à coup de complots on détruit des gouvernements légaux et légitimes. (Autriche)

Qui croyait qu’un combat entre le monstre mondialiste et les peuples se déroulerait à la loyale ? Les naïfs qui font décidément plus de mal à leurs peuples que les Machiavel patriotes.

La démocratie ne fonctionne que si un consensus absolu règne sur l’intégrité du territoire, la langue, les mœurs et les croyances, et qu’il se situe au-delà des votes. La France ne peut être mise aux voix. Elle le fut malheureusement il y a 50 ans et le mal fait, le ver introduit poursuit son œuvre.

Donald Trump se dresse contre la corruption des bien-pensants (Biden, Kerry et Clinton) et c’est lui qu’on accuse de violer les règles et les lois !

Nous ne devons plus leur faire confiance et ne devons compter que sur nos propres forces.

Georges Clément
Président du comité Trump France
Le 26 septembre 2019

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Solot

C’est bien curieux, ou c’est fait pour, mais je ne trouve pas le discourt de Trump sur le net, à l’exception de début du discourt ou il nous est affirmé que tous se moquent de lui!!… Les mondialistes comment à trembler, et ça me régale.

Lotus bleu

Je cite l’auteur de l’article: «Un espion écoutant – on ne sait comment – les entretiens téléphoniques du Président…» Mais M. Georges Clément, des agents secret de la CIA sont postés à la maison blanche depuis longtemps, bien avant Nixxon. Et même si une équipe n’était pas postée à la MB, ils sont partout et leur rôle est d’écouter, est d’espionner et Trump le sait. Arrêter avec vos propos complotistes.

Lotus bleu

Au final, Trump ne sera pas destitué, car le Sénat rejettera la destitution, jamais le vote n’obtiendra les 2/3 des sénateurs.
Mes prédictions en vue de l’élection présidentielle: Premièrement, ce n’est pas sûr que ce soit Joe Biden qui soit élu chef du Parti démocrate, car Elizabeth Warren monte en puissance, elle pourrait donc le battre sur le fil d’arrivée. Si c’est elle qui devient la cheffe, jamais les démocrates ne gagneront l’élection présidentielle. Avec Joe Biden, les démocrates ont plus de chance, mais ça va être serré, voilà pourquoi Trump a cherché à lui nuire avec l’affaire ukrainienne. Ce qu’il a fait était risqué et ce que font les démocrates, c’est également risqué, ça peut se retourner contre eux. Les jours et les mois à venir vont être déterminant, mais aussi savoureux.

Lotus bleu

À propos du lanceur d’alerte, nouveau mot pour dire le dénonciateur. C’est un officier de la CIA (cad, un agent secret bien placé dans la hiérarchie) qui travaille à la maison blanche. Ce gars-là doit certainement être un démocrate, mais n’oublions pas, Trump, dès son arrivée à la maison blanche avait critiqué durement le travail de la CIA. Trump avait même congédié le chef de la CIA en 2017 (John Brennan), c’est dire l’énorme conflit qui existait entre la CIA et Trump. Bref, Trump s’est mis à dos la CIA, ce n’est vraiment pas un bon coup, comme s’il n’avait pas assez d’ennemis.

Lotus bleu

Aujourd’hui, arrive un papier, une petite bombe, qui rapporte les propos de Trump avec le président ukrainien où Trump lui demande une faveur pour nuire à Joe Biden. Tout de suite les Démocrates se jettent sur cette aubaine pour de nouveau attaquer Trump et là, ils se disent: Avec ça on peut lancer une enquête en vue de la destituer. On n’aura pas l’air ridicule ni vengeur. Car n’oublions pas, en 1998/1999 les républicains avaient commencé une procédure de destitution contre Bill Clinton (voir l’affaire Monica Louishy) et avaient réussi à aller jusqu’au Sénat. On connaît la suite, pas de destitution, mais les Clinton n’ont jamais digéré ni pardonné aux Républicains d’avoir osé utiliser l’arme ‘atomique’ la destitution. Donc les Clinton et les Démocrates jouent le même tour aux Républicains.

Lotus bleu

Écoutons les ténors politiques démocrates comment ils crachent sur Trump: Ocasio Cortez (d’origine mexicaine) n’arrête pas de cracher sur Trump avec méchanceté, elle l’a même traité de raciste, c’est grave comme insulte et ça sème l’inquiétude chez les électeurs américains. Allez l’écouter sur ABC ou CNN. Rashida Tlaid a traité Trump de fasciste, c’est grave comme insulte, elle aussi veut voir Trump tomber. John Lewis, un afro-américain, député à la Chambre des représentants (notre Assemblée nationale) lui aussi est déchaîné lorsqu’il parle de Trump, la bave lui sort de la bouche. Rares sont les élus démocrates à parler avec modération envers Trump.
Et cette histoire de destitution, ça fait longtemps que le noyau le plus dur chez les élus démocrates voulait en lancer une contre Trump, mais Pelosi et qq. autres autour d’elle avaient toujours refusé.

Lotus bleu

Aux USA, il va y avoir en novembre 2020 une élection présidentielle et les démocrates (qui haïssent Trump) cherchent à lui nuire au maximum avant l’élection, car ils savent que leur chance de gagner l’élection est faible. Quoi de mieux que de lancer une ‘enquête’ en vue de destituer Trump avant l’élection? Ça va brasser de la merde, ça va mettre Trump sur la défensive, ça pourrait nuire à son image, ça pourrait l’affaiblir, ça pourrait le faire craquer, perdre les pédales et dire des grosses conneries, au final, ça pourrait amener des électeurs indécis à voter démocrate. Le Parti Démocrate veut reconquérir la maison blanche et tous les coups sont permis.

Lotus bleu

Woh, woh, woh! ne mélangeons pas tout, ce qui se passe présentement aux USA et ce qui se passe en Europe, ex. le brexit, Salvini éjecté (mais il participa à sa chute) et toutes les autres magouilles en Europe n’ont aucun rapport avec les problèmes que vit Trump.

POLYEUCTE

« Trump n’a rien compris au Korrect ! Ouf !
Nous, nous méritons une Korrection ! »

zéphyrin

Pour l’instant, tant mieux pour les usa . Mais
le balancier électoral (effet placebo) qui empêche la désespérance changera à nouveau la donne tôt ou tard.
Pour l’europe en général et la France en particulier, ça roule, nous sommes toujours en guerre médiatique (pour l’instant) contre nous même. Il faut croire que le monde sera plus beau après notre disparition comme peuples et coutumes.
ça doit être vrai, on pourrait aider le brésil à accepter quelques millions de musulmans pour prouver définitivement que tout est possible, tout est réalisable…c’est le jeu de la vie (rire)

Anne-Marie G

La maison « nation et démocratie » brûle a alerté le grand Donald à l’ONU, mais il semble (selon Dreuz) que l’opinion publique américaine adhère à l’impeachment qui titre ce jour « l’impeachment de Trump monte en puissance ». Les peuples ont-ils le cerveau complètement lessivé ?

Candide

La Fayette s’est battu pour l’indépendance des Etats Unis. Trump se bat pour la conserver.

Laurent Droit

Bravo Georges et félicitations.
Cordialement.
Laurent Droit (autre contributeur).

Antikon

A 100% avec Donald Trump face aux enragés nazislamo-gaucho-mondialistes. Il y a cependant un point sur lequel je ne suis d’accord. L’Iran est beaucoup moins dangereux que l’arabie séoudite qui, avec le concours du muzz obama, a crée le féroce état islamique. Son chef al bagdadi, véritable fléau de Dieu court toujours. Pourquoi, avec tous les moyens technologiques existants, n’a t’il pas été éliminé comme bin ladin ?
Incompréhensible.

Georges S

Le lanceur d’alerte est une employee du CIA qui a de nombreux liens avec le machiavelique george soro. Si ces liens qui sont etudies par le DOJ (departement de la justice un peu comme le bureau de la garde des sots) sont prouves ca sera peut-etre le debut de la fin pour les financements des mondialistes

patphil

trump aurait découvert un vaccin contre le cancer que les « démocrates » l’accuserait de mettre les médecins au chomage
ils ont rebeloté en réaccusant le juge cavanaugh d’agression sexuelle, suite à un article bidon du n.y.times qui a reconnu ensuite son montage mensonger
on a les mêmes ici

Dragon Rouge

Les mondialistes n’ont jamais autant conspiré que maintenant, je suis presque sûr qu’un coup d’État menace les leaders de la Hongrie et du Brésil. Quant aux Italiens je les plains autant que les pays contaminés par la dictature caviar à venir.

La_Soupape

Vous avez totalement raison, M. Clément, Trump est un vrai sauveur de l’Amérique. Je suis totalement satisfait de son action politique sauf sur un point qui m’échappe totalement, qui est cette tension et cette défiance à l’égard de la Russie. Je me dis qu’on ne doit pas être au courant de tout et heureusement du reste et qu’il a sans-doute de bonnes raisons, mais je crains fort que ce ne soit que des raisons économiques et je pense que c’est une erreur qui pourrait nous mener au pire.
Pour finir, je me rejouis de penser que depuis ia fin de la dernière guerre mondiale, tout ce qui se passe aux US arrive ensuite chez nous avec un petit temps de retard, normalement d’ici une paire d’années, ça devrait être bon, hé hé…

Absarokee

Ah ça fait plaisir, les US ne sont pas encore remplacés; eux au moins peuvent encore se défendre !
Après la procédure de destitution contre Trump, les dons à sa campagne bondissent
https://www.fdesouche.com/1268251-apres-la-procedure-de-destitution-contre-trump-les-dons-a-sa-campagne-bondissent

YUCA

Le fait est que ce triste spectacle nous fait comprendre que l’idée politique de bien commun est plus que jamais une lointaine utopie. Plutôt que des idées, on voit des entreprises se battre à mort pour atteindre l’hégémonie ideologique.