Donc la régulière de Quatennens s’est pris une baffe…

PHOTO Blanche neige

Bien entendu, je lis RL. Je ne fais pas que m’extérioriser sur le blondin famélique qui se prend pour Jackie Kennedy….et ce soir, j’aimerais reprendre de larges extraits d’un article de Jean d’Acre. J’ai beaucoup aimé !

Le voilà, l’original :

https://ripostelaique.com/reflexions-sur-la-gifle-recue-par-madame-quattenens.html?unapproved=1561369&moderation-hash=38e85c3cca99df46393421ad834cd629#comment-1561369

En 1667, la marquise de Montespan est la maîtresse de Louis XIV. Au même moment, le marquis, Louis-Henri de Pardaillan de Gondrin, combat pour la France au-delà des Pyrénées. Gravement blessé et rapatrié d’urgence, il retrouve sa femme… enceinte alors qu’il ne l’a pas vue depuis bientôt un an. Fou de rage, il lui allonge une beigne devant toute la cour. Le cocu devra quitter Versailles pour se replier dans ses terres de Gascogne.

En Macronie, les gifles volent. La plus célèbre, celle à qui j’attribuerai le MACRON D’OR, est la tapette de Tain, inutile de la rappeler, le monde entier s’est bidonné, mon petit-fils de 8 ans, qui vit en Suisse me racontait que toute sa classe se tirebouchonnait !

La seconde, celle de Quatennens ? Huit jours qu’on en bouffe, de cette baffe : la régulière à Quatennens se ramasse une talochette… L’enquête en cours nous renseignera-t-elle si elle n’était pas méritée, mais on nous en ressasse Matin Midi et Soir sur les ondes, dans les journaux et à la TV, tandis que personne ne s’émeut dans les médias et chez les politiciens aux grandes heures d’écoute d’un viol par trois Soudanais d’une Nantaise.
Tiens, pas entendu… tu as lu cela où ?

En France, quand on s’affole de la flambée de la violence, il s’agit bien entendu de la malheureuse légitime du député insoumis qui, au moment même où j’écris, doit se trouver chez son psy pour tenter de faire le deuil de sa torgnole et certainement pas à l’agression en Seine-Saint-Denis, où une femme et sa fille se sont fait agresser au couteau pour avoir osé contrarier des dealers.
Tiens, pas entendu ? Mais il y a toujours eu des agressions, en France, ce n’est pas nouveau…

Ni à la justice du Gigantopithèque à la Maserati : à Toulouse, un ancien militaire, devenu paraplégique, fait fuir les dealers en bas son immeuble en les menaçant de son arme à feu, il est condamné à 1 an de prison avec sursis. Les dealers, eux, sans être parfaitement informée, je suppose qu’ils ont pu rejoindre la kasbah pour partager le couscous en famille.
Non, je n’en savais rien…..tout de même, menacer d’une arme, où va-t-on ?
Ni à l’altercation entre sept délinquants, dont 6 mineurs, ni mineurs ni isolés, du reste – le seul mineur, 15 ans avait une arme à feu – en plein centre de Rennes.

On en tire une leçon de morale et de réalité que les hyper-émancipées devraient prendre en compte illico : vu les débats et durées d’antennes comparées dévolues à ces faits divers, la gifle de Céline Q. est infiniment plus gravissime que le viol par des Grands Remplaçants (GR), également appelés Chances pour la France CPF) d’une Française : on peut conclure qu’un GR/GPF a droit de viol car l’affaire est bénigne, un de souche blanc est interdit de gifle sous peine de mort sociale.
On voit toute un faisceau politique se mobiliser, monter dans les tours, alerter la CPI et l’ONU, tous les journaleux autorisés par l’État en faire leurs choux gras du matin au soir : la gifle Quatennens est une AFFAIRE D’ETAT, mais en bas de l‘échelle, tout le monde s’en branle les deux nougats, pour reprendre ici, avec toute sa vulgarité, le mozart de la fourberie, « ça m‘en touche une sans faire bouger l’autre ».

Avec la Caste, tout est toujours à sens unique, personne ne se demande : et si elle l’avait méritée, cette beigne, la légitime ?
Tous les jours qu‘Allah fait, des tas de particuliers se font souffleter le portrait, qui par la régulière, qui par l’irrégulière, pour un manquement, un baiser volé à l’autre sans le consentement de l’une, un RDV manqué, et tous ces individus ne vont pas pour autant crier au crime contre l’humanité.

On veut nous cacher les choses. Vous voyez bien que l’interdiction de statistiques ethniques a pour objectif de nous masquer la réalité.
On se demande même si la gifle de Quatennens n’est pas un complot ourdi par la Caste pour masquer le viol d’une Nantaise par trois Soudanais et taire le Grand Remplacement en cours : c’est que tout est imaginable quand 25 heures sur 24 on nous bassine médiatiquement avec cette affaire, comme si on était tombé sur une nouvelle affaire des Poisons.
Pour un camouflet, La France Insoumise a organisé une conférence de presse le 20 septembre, elle fut retransmise en direct sur BFMTV.

Le Parquet de Lille s’est saisi de l‘affaire alors même que Céline Q. avait demandé explicitement qu’aucune poursuite ne soit faite ? (Les mains courantes n’ont pas vocation à ouvrir une information judiciaire)

Rien n’explique que la procédure se soit immédiatement retrouvée dans la presse. Il y a matière à réflexion.
Il y a des baffes qui se perdent, dit-on dans le langage populaire…..Celle de Céline, en tous cas, n’est perdue pour personne.

Anne Schubert

image_pdfimage_print

5 Commentaires

  1. Je trouve absolument délirante, démesurée, la réaction de rousseau et de ses complices pour une simple gifle, acte isolé, non renouvelé depuis un an qu’il a eu lieu, dans un contexte certainement houleux de divorce et sans qu’on sache non plus ce qui a provoqué ce geste d’énervement. Peut-être une « violence psychologique » de la part de la giflée ? D’autres font pire, ils violent des femmes et les mêmes néoféministes leur trouvent des excuses, ou égorgent et n’ont pas droit à la haine de ceux qui s’acharnent sur un gifleur. Ces néo connes pratiquent le deux poids deux mesures. :Néanmoins je trouve jubilatoire l’effet boomerang sur ces tartuffes donneurs de leçons, pris à leur propre piège.

  2. une baffe et elle dépose une main courante (enfin main baladeuse), une seule ?
    les islamogauchistes reçoivent en pleine gueule de boumerang qu’ils ont joyeusement distribué

  3. Si c’était l’inverse, un homme giflé par une femme,on n’en parlerait pas. L’homme n’irait pas chouiner à la police.
    Un jour une femme colérique m’a giflé. Au nom de l’égalité homme/femme, elle a reçu en retour une gifle du même calibre !

Les commentaires sont fermés.