1

Donner la préférence aux nôtres plutôt qu'aux autres…

sanspapiersOù veut-on en venir avec le fol accueil des migrants ? Pourquoi taxe-t-on des pires adjectifs toute mise en question de l’invasion migratoire dont l’Europe est l’objet ? Jusques à quand va-t-on se laisser faire ? Pourquoi les pays musulmans n’ouvrent-ils pas leurs portes à leurs frères en détresse ? Le Qatar n’est-il pas richissime ? Pour quelles raisons confond-on volontairement les immigrés portugais, espagnols, italiens, qui se sont intégrés parce qu’ils étaient tous chrétiens, avec les immigrés musulmans, qui ne s’intègrent pas parce qu’ils sont musulmans (1) ? Allons-nous continuer longtemps à célébrer un impossible « vivre-ensemble » ? Ne voyons-nous pas que l’islam grignote l’Europe comme Hitler en 1938 ? En 1938, Chamberlain n’avait rien vu venir, et Daladier n’avait rien pu faire : allons-nous leur ressembler, et revivre la même Histoire ?

La puissance d’un pays, c’est sa force de résistance à toute force voulant le soumettre, non sa capacité à capituler ! En clair, nous devons imposer nos règles et nos lois sur notre propre territoire. Ce n’est quand même pas bien compliqué, que je sache ! Or, nous faisons le contraire ! Pourquoi ? Pour satisfaire aux exigences des « Droits de l’Homme », alors que ces mêmes exigences sont oubliées sitôt qu’il s’agit des Français ? Pour garder les mains blanches aux yeux de la Communauté internationale ? Pour ne pas perdre les élections ? C’est oublier que notre lâcheté (car c’est bien d’elle qu’il s’agit) sera balayée par un ennemi implacable, sûr de son droit et de sa force, qui n’hésitera pas à détruire ce que nous n’avons pas su défendre – et que nous n’avons pas su défendre pour avoir donné la préférence aux autres plutôt qu’aux nôtres !

Maurice Vidal

(1) L’islam punit de mort les apostats.