Qui met dans la tête des migrants que les Suissesses veulent qu’ils les baisent ?

Publié le 25 juin 2015 - par - 9 340 vues

 

Voici une vidéo très intéressante de pravda ch :


Rencontre avec un requérant débouté en colère… par LaPravdaCH

http://www.dailymotion.com/video/x2u3c3s

En la regardant, on est tout de suite sous le charme et « au parfum » des migrants. Un foyer d’accueil à Genève a décidé de séparer les célibataires des familles, pour donner plus de place à celles-ci, qui en manquent. Les célibataires vont être logés dans un bunker de la protection civile. Les immigrés, soutenus bien sûr par une association, font une sorte de manif pour protester.

Un célibataire est interviewé. Il est furieux et en quatre minutes il va expliquer pourquoi. D’abord, si toutefois on entend bien, il explique qu’il est là parce qu’il a volé. Il est furieux d’être séparé de son groupe pour le ramadan, il dit qu’il ne peut pas faire le ramadan dans un bunker de la protection civile. Il veut faire le ramadan là où il est, et cela lui semble une raison péremptoire : il ne faut pas gêner les musulmans dans leur ramadan et celui qui a pris cette décision ne peut qu’être islamophobe. Le journaliste insiste et cela ne plaît pas à l’immigré, qui s’emporte et le traite de raciste. Islamophobe, raciste : la panoplie semble complète. Le dialogue reprend, ou plutôt le monologue. On ne comprend pas tout, tant le niveau de français de ce tunisien est bas. Mais l’immigré parle de salaire. Pour lui, l’aide sociale est un salaire, c’est un droit, c’est en toute normalité qu’il doit toucher de l’argent à ne rien faire, et si on le lui refuse, c’est encore de l’islamophobie et du racisme, et cela pousse les gens au vol, dit-il. Il annonce que tout le monde va être obligé de voler. On croirait du Zola.

Devant les questions du journaliste, il finit par s’emporter tout à fait. Il dit qu’il a un sexe et qu’il s’en sert, qu’il pourrait baiser une femme Suisse de 47 ans (il le répète deux fois, il doit penser que c’est un créneau à prendre). Il la baiserait au chaud toute la nuit, et toutes les nuits, le lendemain elle lui donnerait de l’argent (ben voyons). On ne sait jamais, étalons nos rêves les plus surréalistes, ça peut toujours marcher, puisque nous les Occidentaux sommes tombés sur la tête et en donnons la preuve tous les jours. Hidalgo en autorisant sur les murs de Paris une affiche proclamant « les Françaises aux Africains »(affiche tout de suite rectifiée par une patriote), a permis que cette merveilleuse idée se fraie un chemin jusqu’au cerveau caverneux de cet homme : les Suissesses aux Tunisiens.

Les Suissesses ne pourront qu’apprécier les prouesses érotiques des Tunisiens, n’en doutons pas. Devant la fresque de Paris en train d’être rectifiée, un diversitaire bien coloré a piqué une « sainte » colère de totale incompréhension : comment les Françaises ne pourraient-elles pas vouloir être « aux » Africains ?…(simple malentendu, voyons !)…Avant de lâcher un “n…. ta race” éloquent.

A la place des Suisses et des Suissesses, je n’apprécierais pas trop. Mais la vraie question est : qui donc met ces idées dans la tête des « migrants » ?…

Les exigences de ces clandestins sont claires : être logés selon leurs désirs, recevoir un salaire sans avoir rien fait et sans compétence, baiser les femmes suisses (qui ne demandent que cela) et même être payés pour cela. C’est le même genre de fantasme que le coran donne aux musulmans sur le paradis : y trouver de belles femmes éternellement vierges créées uniquement pour être baisées par eux. Et pour la terre, où s’emparer de la femme de l’ennemi est un butin normal que le « beau modèle » a d’ailleurs appliqué lui-même. Notamment en violant le soir même l’épouse d’un chef qu’il avait tué dans la journée.

Notons que ces immigrés se montrent de plus en plus exigeants. La gazette s’enrichit tous les jours de leurs hauts faits. A Calais, un migrant est entré dans une maison avec une lame de 21 centimètres de long et s’est dirigé directement vers le frigidaire, qu’il est allé ouvrir. Toujours à Calais, les migrants ont refusé un repas parce qu’on leur offrait du riz pas assez chaud et pas assez pimenté :

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/10/07/01016-20141007ARTFIG00280-calais-le-coup-de-gueule-d-un-associatif-apres-le-refus-de-migrants-d-un-repas.php

En Italie, ils refusent certains hôtels s’il y a des femmes mariées qui y logent aussi, parce que c’est haram. Ils demandent des voitures, car c’est contraire à leur dignité d’aller prendre leur repas gratuit à pied !… A Marseille, un clandestin trouvait normal de dormir dans une mosquée. Le responsable, plutôt accueillant, lui a dit qu’il pouvait tout faire dans une mosquée sauf dormir. En revenant voir, il a trouvé le clandestin, l’ayant pris au mot, qui se douchait avec…l’eau des ablutions ! Le responsable lui a dit sa manière de voir, le clandestin est allé chercher un couteau et l’a planté dans le poignet du responsable. Félicitons-nous de voir que la diversitude ne réserve pas ses extraordinaires bienfaits aux seuls kouffars…

Notons que Le pape François, non content de sa sortie de Lampedusa, a récemment dit que « ceux qui refusent d’accueillir les migrants doivent demander pardon ». On se demande pourquoi il ne propose pas à ces migrants les jardins du Vatican, ou Castel Gandolfo ?… (et Hollande, les jardins de l’Elysée ?…) Simple peur de devoir leur fournir aussi des limousines ou de la cuisine congolaise ou malienne peut-être pas suffisamment épicée ?… Mgr Nunzio Galantino, chef de la conférence épiscopale italienne, renchérit : ne pas accueillir les migrants après ce que nous leur avons fait pendant la colonisation, est plus qu’une honte. On peut se demander ce qui est plus fort que la honte, qui est déjà quelque chose d’assez fort en soi. Et oui bien sûr ce qu’on leur a fait est terrible, on leur a donné des routes, (précisément ce qui fâche Mgr Galantino!) des écoles, des hôpitaux, et pour finir le sens d’une nation.

On doit tout donner aux migrants et aux clandestins, le confort douillet, nos frigidaires, notre chemise, nos lits, le beurre, l’argent du beurre, l’or du pays s’il y en a encore, les honneurs et bien sûr les femmes, ça va de soi. Après, nous n’aurons plus qu’à partir sur les routes, nous aussi. N’hésitez pas ! Donnez tout ! Tout. Par amour. Cela fait penser à Fabrice Luchini expliquant sans rire qu’on doit tout donner à François le rondouillard et cette vidéo a gardé toute sa fraîcheur depuis trois ans :

https://www.youtube.com/watch?v=LhH6IMJjQlA

Ainsi socialos et dignitaires de l’Eglise se rejoignent contre nous. Que dire de plus ? En arriver à faire comme ici :

http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/06/23/tirs-contre-un-bateau-de-migrants-en-mediterranee-2-500-personnes-secourues_4659550_3214.html ???

Qui nous défendra ? Ni nos gouvernants, qui ne pensent qu’à garder le pouvoir, ni les hommes d’Eglise dont on croyait que c’était un peu la vocation (à part quelques uns qui sortent du troupeau). Nous sommes vraiment tous seuls. Non, pas tous seuls, nous sommes si nombreux à nous scandaliser que nos voix, d’abord un murmure, enflent en ce moment à tel point que bientôt on n’entendra plus qu’un grondement assourdissant. Ce grondement, comme un fleuve en colère, emportera tout.

Sophie Durand

 

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi