1

D’origine turque, menacée de mort parce qu’elle aime trop la France

https://cdn-s-www.dna.fr/images/EC22399B-8215-4F60-93A1-3EB3C818090F/NW_listE/l-ancienne-cronenbourgeoise-claire-koc-originaire-de-turquie-livre-dans-un-ouvrage-aux-editions-albin-michel-son-itineraire-contrarie-pour-s-integrer-dans-son-pays-de-coeur-la-france-photo-dr-1612905857.jpg

La France peut s’énorgueillir d’avoir offert, depuis des siècles, hospitalité et protection à bien des réfugiés fuyant les persécutions de tous ordres. Depuis la Révolution notre pays n’a jamais failli dans son rôle de nation protectrice des déshérités et a toujours fait honneur à son titre, largement mérité, de « Patrie des droits de l’homme ».

Juifs fuyant les pogroms des pays de l’Europe de l’Est, Arméniens fuyant le génocide de 1915, réfugiés russes chassés par la révolution de 1917, antifascistes italiens, républicains espagnols fuyant le franquisme, boat-people vietnamiens fuyant le communisme, chrétiens d’Orient persécutés, ils sont des millions à s’être réfugiés en France, pour y trouver liberté et sécurité.

Tous se sont parfaitement intégrés dans leur nouvelle patrie, allant parfois jusqu’à donner leur sang dans les tranchées de 14-18 ou lors de la Seconde Guerre mondiale.

Aimer la France, pour des millions d’étrangers, a toujours été le sentiment le mieux partagé et le plus naturel qui soit, dans un monde en ébullition permanente.

Mais que de changements en l’espace de deux décennies ! La France n’est plus que l’ombre d’elle-même, apeurée et incapable de protéger sur son sol ceux qui l’aiment et lui demandent asile.

En 2021, un étranger peut être harcelé pour aimer trop la France !

C’est ainsi que Claire Koç, journaliste et fille d’immigrés turcs, subit insultes et menaces de mort pour avoir clamé son amour de la France !

https://www.programme-television.org/news-tv/Menacee-de-mort-sur-les-reseaux-sociaux-la-journaliste-de-Franceinfo-Claire-Koc-porte-plainte-4670861

Défendant l’assimilation à la française, sans pour autant renier ses origines, elle est victime d’un harcèlement permanent pour avoir vanté sa liberté acquise.

Ses ennemis ? Des militants pro-Erdogan qui n’apprécient pas ses interviews dans le Figmag.

Accusée de renier son pays d’origine et même d’être une terroriste kurde, cette journaliste bénéficie d’une protection policière.

« Ces dingues ultranationalistes m’ont collé une cible dans le dos », dit-elle.

Elle a compté plus de 1 500 messages de haine, provenant de Turcs de France, mais aussi d’immigrés maghrébins et africains.

Elle a porté plainte et son avocat, Me Gilles-William Goldnadel, suit l’affaire.

Voilà ce qu’est devenue notre France en 2021, une terre dangereuse où un réfugié peut être menacé de mort par des étrangers qui ne partagent pas  les mêmes conceptions politiques.

Que fait Macron, lui qui déteste tant le nationalisme dès lors qu’il est gaulois, pour combattre les ultranationalistes étrangers qui profèrent des menaces de mort ?

Rien. Il est tellement plus facile de s’attaquer aux jeunes patriotes de Génération Identitaire, qui n’ont jamais menacé de mort qui que ce soit.

Jacques Guillemain