1

Dorothée harcelée par un musulman dans une école catholique : silence !

Le harcèlement dans les écoles est un grave problème dont on ne parle pas assez, surtout quand ces écoles sont catholiques, la harcelée catholique aussi, et que le haceleur est… musulman. Soudainement cela n’intéresse plus personne. Comme c’est curieux.

Dans ce cas plus que dans tous les autres, cela peut aller jusqu’à l’omerta et la victime peut être condamnée à une mort sociale.

La totale couardise, l’absence de solidarité entre eux, la coupable naïveté des catholiques sont absolument stupéfiantes.

Ce sont des Bisounours auxquels on a appris que tout va bien et qui le répètent comme des perroquets.

On me raconte qu’à Tours, à Saint Grégoire, école primaire, collège, lycée, tous fondés par les jésuites et de nos jours dirigée par le diocèse, une gamine de CM1, appelons-la Dorothée, a été harcelée pendant plusieurs mois par un « camarade » de classe musulman. Appelons-le Mamadou.

Cette affaire n’a transpiré nulle part.

Insultes, crasses diverses et variées, menaces, tout cela parce qu’elle est française et catholique avec des parents engagés, sa maman faisant la catéchèse.

C’est allé très loin. D’abord, Dorothée a perdu ses anciennes copines et a été entièrement isolée. Interrogée, l’une d’entre elles a avoué : j’aime bien Dorothée, mais je ne peux plus lui parler ni jouer avec elle, car on me ferait la même chose… Mamadou régnait par la terreur.

Ensuite, personne n’a pris la défense de Dorothée. Et surtout pas la direction, ni les professeurs. Pour eux « tout va bien, on n’a rien vu de spécial ».

Mamadou a fait le vide autour de Dorothée. Quand on lui a demandé pourquoi, il a répondu que c’était parce qu’elle était française et catholique.

Mamadou a même créé une boîte à idées, dans laquelle toutes sortes de menaces ont été proférées contre Dorothée, y compris des menaces de mort.

Mais cela ne s’est pas arrêté là. Le directeur a détruit la boîte à idées, détruisant ainsi (volontairement ?) des preuves.

Le père de Dorothée a porté plainte. Aussitôt la porte de sa maison a été peinturlurée et on a déversé des excréments sur le seuil. Le père de Mamadou, connu pour être violent, a menacé le père de Dorothée.

On ne sait pas où en est la plainte.

Ce qui est remarquable dans l’abjection, c’est que l’école n’ait pas levé le petit doigt pour défendre Dorothée. Selon mes informations, les professeurs auraient joué les Ponce Pilate et dit qu’ils ne savaient pas.

Pourtant il est noté dans le règlement intérieur que le manque de respect de l’autre et la violence verbale peuvent être sanctionnés par une exclusion.

L’équipe éducative n’a donc pas respecté son propre règlement intérieur, qui note que seront sanctionnés :

«  » »la violence verbale ou physique,
le manque de respect envers autrui,
Il est permis d’isoler de ses camarades, momentanément et sous surveillance, un enfant difficile dont le comportement peut être dangereux pour lui-même ou pour autrui.
Dans le cas de difficultés importantes affectant le comportement de l’élève, sa situation est soumise à examen d’un conseil de discipline, notamment après 3 avertissements portés à la connaissance des parents.
Un contrat écrit sera éventuellement établi entre l’enseignant, le directeur, l’enfant et les parents avant de recourir si nécessaire à l’exclusion temporaire voire définitive. » » » »

https://www.saint-gregoire.net/index.php/reglement-interieur-ecole

Sans même parler de l’Évangile et de la phrase « ce que vous avez fait au plus petit d’entre les miens… »  l’Évangile, dans cette école catholique, on ne doit pas connaître.

Sans parler non plus du blog d’une classe de primaire, sur lequel figure :

Il s’est même trouvé des élèves catholiques pour dire que Dorothée avait sûrement fait quelque chose de travers pour être harcelée ainsi. C’est classique : le pervers fait porter le chapeau par sa victime, qui est rendue coupable de ce qui lui arrive, coupable d’une faute obscure et indéterminée.

Finalement, Dorothée a fini par en tomber très gravement malade. Elle a dû être hospitalisée. Ses parents n’ont pas eu d’autre solution que de la changer d’école. Elle va probablement être marquée pour très longtemps par ce harcèlement.

Mamadou, lui, n’a eu aucune sanction et continue à plastronner et à emm… terroriser tout le monde. Pourtant en entrant dans cette école, il a dû s’engager à respecter le règlement intérieur.

L’exclusion de facto de Dorothée est une très grave injustice, et extrêmement inquiétante pour notre avenir à tous.

Les cathos lâches qui n’ont pas soutenu Dorothée et par là même ont laissé faire Mamadou n’ont pas compris qu’ils ne perdent rien pour attendre et que peu à peu eux aussi seront exclus de la société. Ils n’ont pas compris qu’en se levant tous ensemble pour défendre Dorothée, c’est leur propre défense qu’ils auraient prise.

Les catholiques sont totalement anesthésiés et lobotomisés par une doctrine mal comprise et mal enseignée et comme de plus ils ont voté massivement Macron, ils sont devenus des moutons bêlants qui ne savent même plus où est leur intérêt.

Or leur intérêt est de défendre leurs enfants, ça paraît une évidence et il est confondant de devoir le répéter. Une société qui ne défend pas ses enfants est une société qui va mourir.

À force de croire qu’on doit tendre la joue gauche après la joue droite, alors qu’il n’est nullement interdit de se défendre, et que l’Évangile parle aussi de justice, les catholiques sont devenus totalement décérébrés et soumis. Ils signent leur arrêt de mort.

Ils seront égorgés à leur tour sans avoir rien compris et sans avoir le temps de faire ouf.

Tant pis pour eux. Mais ce faisant ils nous entraînent dans leur suicide collectif et cela, nous n’en voulons pas.

Sophie Durand