Double de mosquées, et bientôt réquisition de 300 églises vides !

Publié le 17 juin 2015 - par - 6 943 vues

vallscazeneuverireSuite à l’article paru ce matin dans le Figaro, et intitulé ” Une nouvelle instance pour le dialogue avec l’Islam de France “, ma réaction à chaud sur cette information dont je m’aperçois qu’elle suscite de nombreux commentaires allant dans le même sens. Et je suis d’autant plus révoltée de cette nouvelle reculade de l’Etat que Boubakeur prétend transformer 300 églises inoccupées en mosquées !

Mes commentaires à l’article sont en italiques. Je joins en fin de texte les commentaires que quelques lecteurs ont laissés sur le site du Figaro.

Quatre chantiers prioritaires
En premier lieu, «la sécurité des lieux de cultes, la lutte contre les actes antimusulmans et l’image de l’islam». Les actes islamophobes ont été plus nombreux au mois de janvier 2015 que pendant toute l’année 2014.

Nous exigeons que la même diligence soit apportée à la sécurisation des écoles juives, des lieux de culte juifs, des personnes de religion juive vivant en France, mais également aux français non musulmans en général voire de confession chrétienne. Car, que je sache, ce sont des enfants juifs qui ont été assassinés par M. Merah à Toulouse, ce sont des juifs qui ont été assassinés à l’hyper Kachker, ce sont des français athées ou de confession non musulmane qui ont été assassinés dans les locaux de Charlie Hebdo. PAS DES MUSULMANS!!! Autrement dit, il est question de protéger cette communauté musulmane qui abrite en son sein des assassins potentiels, qui constitue le terreau d’une majorité des repris de justice de notre pays mais pas seulement, la protéger donc de la bienveillance notoire et quelque peu naïve ( plus pour très longtemps… ) des autres communautés?

Le second chantier abordera «la construction et la gestion des lieux de cultes». 2 500 mosquées et salles de prières existent en France – dont 1 000 ont été édifiées en quinze ans – mais la communauté musulmane forte de cinq millions de personnes, estime qu’il en faudrait le double, soit 5 000 unités.

Nous exigeons que les chrétiens d’Orient, les chrétiens d’Egypte, tous ceux qui se réclament de quelque religion non musulmane que ce soit puissent bénéficier des mêmes avantages sans y risquer leur vie. Car que je sache, ce sont des églises chrétiennes qui sont démolies partout dans le monde par l’islam imbécile et conquérant, ce sont des milliers de chrétiens qui sont persécutés, décapités, contraints à l’exode, ce sont des convertis d’origine arabe ou maghrébine qui sont assassinés et ne voient jamais leurs requêtes d’un lieu de culte conforme à leur foi aboutir. Autrement dit: deux poids deux mesures?

Troisième atelier du jour : «La formation et le statut des aumôniers et des cadres religieux». L’enjeu est de former à la laïcité deux mille imams travaillant en France mais dont très peu parlent français.

Nous exigeons que soit régularisée rapidement la situation de ces imams entrés on ne sait comment sur notre territoire et qui y prêchent la violence et la haine, et que ces fauteurs de trouble incultes et décérébrés soient renvoyés illico presto au pays d’origine. Nous n’allons tout de même pas voir consacrés nos impôts de républicains laïques à former des clercs qui ne sont pas demandeurs. Car que je sache, en Arabie saoudite ou même au Maroc, il est interdit d’importer la Bible, interdit à un prêtre catholique de faire du prosélytisme. Autrement dit : notre bonté d’âme est-elle recevable, légitime, souhaitable, étant donné la fermeté sans nuances de nos soi disant amis musulmans quand ils se trouvent dans leurs propres pays et la législation rigoriste à laquelle ils soumettent hommes et femmes non musulmans ?

Dernier atelier, les «pratiques rituelles» avec des sujets comme la viande hallal, la fête de l’Aïd, les carrés musulmans dans les cimetières, et le pèlerinage à la Mecque.

Nous exigeons que l’abattage des bêtes se fasse sur tout le territoire dans le respect de l’animal, la conscience de sa souffrance et le respect de la législation européenne. Car que je sache, notre civilisation n’a pas à tolérer sur son sol des pratiques d’un autre millénaire incompatibles avec notre conscience du droit.

Paradoxalement, la question de la radicalisation de certains jeunes musulmans n’a pas été retenue pour ce premier ordre du jour alors qu’elle est à l’origine – après les attentats de janvier – de la création de cette instance.
L’État, qui tente de réguler l’expansion de cette religion, ne peut toutefois enfreindre la frontière de la laïcité qui lui interdit d’intervenir sur le contenu de la théologie musulmane.

Nous espérons que le gouvernement prendra rapidement la mesure de l’indigence de sa démarche, et de ses contradictions internes. Car que je sache, vouloir limiter l’expansion de cette religion dont le but dogmatique est justement de s’épandre, en lui construisant chaque fois davantage de lieux de culte, cela n’est pas très cohérent.

Dans l’entourage du ministre, on explique aussi que le gouvernement ne souhaite pas aborder ce thème «pour ne pas stigmatiser» cette religion dont les fidèles se plaignent des amalgames avec la violence des islamistes djihadistes.

Nous aimerions que le ministre et son entourage cessent de tomber dans le piège des pleurnicheries de l’islam et de ses fidèles. Et lisent sans préjugés l’intégralité des hadiths et du Coran, pour leur édification. La plainte fait partie de la stratégie de conquête afin de diviser les peuples à conquérir.
Ces populations veulent à tout prix nous imposer leurs coutumes et la visibilité de plus en plus grande de leur religion? Retrait de la nationalité française et renvoi au pays d’origine des ancêtres , dans un esprit strictement humaniste, afin qu’ils puissent enfin vivre leur religion dans la paix et la sérénité.

En attendant, les responsables de cette communauté semblent dépassés par le départ de jeunes français musulmans candidats au djihad dans les rangs de Daech. Recrutés sur internet ou conditionnés en prison, ils échappent le plus souvent aux réseaux des mosquées.

Donc ce n’est pas en construisant davantage de mosquées que l’on réglera le problème. C’est en appliquant une loi stricte et sans appel contre les délinquants qui se conditionnent à l’islam radical, en les écartant du territoire national pour toujours, et en obtenant de ceux qui veulent rester la stricte obéissance à la loi.

Quelques commentaires maintenant, trouvés sous l’article:

Gunfighter
“L’État, qui tente de réguler l’expansion de cette religion, ne peut toutefois enfreindre la frontière de la laïcité qui lui interdit d’intervenir sur le contenu de la théologie musulmane.” … Ah oui ? À la lecture de l’article, on a même plutôt l’impression que l’État met tout en place pour favoriser la progression de cette religion en France. Les ‘quatre chantiers ” évoqués le montrent clairement. D’ailleurs, pourquoi s’interdire d’intervenir dans la “théologie” musulmane (c’est déjà un bien grand mot …) alors que cette religion s’appuie intégralement sur le coran et les haddiths de Muhammad pour régler la vie de leurs adeptes et des autres d’ailleurs (les “infidèles”). Toute la question est là et on s’aperçoit encore une fois que personne n’ose affronter le problème de face. Dans l’énoncé des 4 chantiers, on constate encore une fois les ravages de la victimisation panneau dans lequel le gouvernement tombe sans grand effort…. Quoi ? les mosquées sont visées par des actes anti-musulmans ? Combien d’églises et de cimetières (chrétiens puisque les tombes ont des croix) sont vandalisées au regard des “attaques” contre des mosquées ? Pourquoi des carrés musulmans dans nos cimetières ? Ils sont à ce point supérieurs aux autres hommes pour ne pas partager la même terre de l’ensevelissement ? Quant aux imams qui ne parlent pas français, que font-ils en France ? Personne ne s’est jamais posé la question de ce qui se dit dans les mosquées depuis des années …

gure62
Si on sélectionne des interlocuteurs loyaux à la république, ceci veut dire qu’il y en pas mal qui sont différents !

guidon15
“Réunies une fois par an autour du premier ministre et du ministre de l’Intérieur, elles devront exprimer à l’État les questions adressées par cette communauté.”
si je comprends bien, ce n’est pas un dialogue mais un lieu de récolte des doléances d’une communauté religieuse. l’allégeance à la république et les devoirs que cela implique ne sont donc pas à l’ordre du jour?
la république n’a pas à s’adapter à une religion c’est l’inverse qui doit se produire.

Sam008
Quand nos idéologues fumeux envisagent de “Dialoguer” avec les musulmans, il faut comprendre qu’ils vont en réalité faire un pas de plus vers la soumission.

Raymond LEPUY
Le second chantier : 2 500 mosquées et salles de prières existent France estime qu’il en faudrait le double, soit 5 000 unités.
Ils n’ont pas besoin de Mosquées pour croire ; ils ont besoin de Dieu ; je crois en Dieu.
Où il est Dieu le souffle de Dieu, pas dans une Mosquée !

Klaüs Doublure
Le dialogue est facile ;
 le contribuable paye et se fait mettre à l’amende ensuite.

ADM
Ce matin j’ai entendu sur Europe 1 le recteur de la mosquée de Paris , parler des ” citoyens musulmans de France”, M. Elkabach, n’a pas relevé cette expression-
Curieux – ces citoyens, ils sont français ou musulmans ???
DANGER- relisez le Coran SVP-

Viviane Lamarlère

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi