Dounia Bouzar se moque du monde, le djihad c’est l’islam !

Publié le 28 avril 2014 - par - 2 499 vues
Share

voiléedrapeauPeut-on continuer d’ignorer le danger que fait planer l’islam sur le destin de la France? Un destin qui sera, sans aucun doute, sombre, si le peuple de France et de Navarre ne prend pas les mesures adéquates pour faire face à la déferlante islamique qui guette son avenir immédiat. Malheureusement, la pensée dominante des médias et des intellectuels atteints par le syndrome de la takkia fait qu’il est pratiquement impossible de critiquer l’islam de nos jours en France qui reste pourtant une terre chrétienne quoi qu’en pensent les uns et les autres. Les djihadistes de nationalité française qui sont actuellement en Syrie ne sont que l’arbre qui cache la forêt. Le pire, ça sera pour demain, car le virus islamique est coriace, mutant, rusé, versatile et difficile à combattre. Sans une prise de conscience de l’ensemble de la société française, des lendemains douloureux l’attendent au tournant. Car le djihad fait partie du corpus de l’islam et tout musulman qui se respecte, doit participer à l’expansion de sa religion selon ses moyens ( par le prosélytisme, par ses biens, par sa foi, par sa personne en faisant la guerre aux mécréants dans le sentier d’Allah).
C’est un devoir religieux que de se lancer dans le djihad selon le coran et la sunna pour que les valeurs de la oumma triomphent partout à travers le monde.
L’islam ne laisse pas de libre-arbitre à ses ouailles ; il les emprisonne dans des dogmes d’où il leur est quasiment impossible de s’y échapper, et c’est la cause principale du refus des musulmans de France de condamner le djihad.
Quand Mme Dounia Bouzar durant une des émissions C’est dans l’Air de France 5, n’aborde pas le sujet du djihad du point de vue canonique, c’est uniquement pour disculper l’islam. Elle préfère parler de radicalisation des jeunes ou de sectes pour noyer le poisson dans l’eau. Mais l’islam, n’est-il pas radical depuis l’an 622 de l’ère chrétienne ? Quelle différence y-a-t-il entre islam et islamisme ? Un jeu de mots sans plus, car la finalité est la même : la victoire d’Allah sur les infidèles. Aura-t-elle le courage de demander publiquement l’abrogation des versets coraniques et des hadiths qui incitent les musulmans au djihad ? Aura-t-elle le mérite de demander au cheikh Youcef Karadaoui, le président des oulémas mondiaux dont le siège se trouve à Doha (Qatar) de mettre entre parenthèses les textes religieux qui appellent au meurtre de tous ceux qui ne sont pas musulmans ou apostats ? Aura-t-elle l’audace de demander l’interdiction des écrits de l’imam Ahmad Ibn Hanbal ( 780-855, fondateur de la quatrième école du sunnisme), de l’imam Ibn Taymiyya (1263-1328) et de l’imam Mohamed Ibn Abdelwahhab( 1703-1792) les pères fondateurs du salafisme guerrier et sans oublier ceux de Hassan Banna, le créateur de la secte des frères musulmans en 1928? Elle sait pourtant que les monarchies pétrolières du Golfe Persique sont les grands pourvoyeurs en argent sonnant et trébuchant et surtout la matrice religieuse du terrorisme islamique à travers le monde et dont la doctrine officielle est l’islam conquérant salafiste-wahhabite.
Chiche qu’elle le fasse si elle est réellement sincère.
Durant cette émission, toute honte bue, elle a osé avancer que les djihadistes mineurs français partis décapiter les infidèles syriens sont des victimes au même titre que les otages qui sont aux mains des adeptes radicaux de Mahomet.
Elle oublie sciemment d’avouer à l’opinion publique française que le djihad est le sixième dogme de l’islam. Sa manœuvre de dissimulation et de victimisation devient lassante avec le temps et n’arrive plus à convaincre. C’est un plat réchauffé qui ne donne plus envie de le goûter.
Mme Dounia Bouzar, ne prend-t-elle pas les Français pour des incultes, des incrédules et à la limite des attardés mentaux en faisant cette comparaison ? Mais comme elle est habitée par la takkia, sa stratégie consiste à affirmer que l’islam n’est pas responsable du djihad, pour le dédouaner. Alors au nom de qui et de quoi, les français musulmans, soit disant ‘radicalisés’ partent faire le djihad en Syrie ? Ce n’est pas au nom de Yahvé, ni de Bouddha et encore moins de Jésus mais au nom d’Allah et de son prophète.
Mme Dounia Bouzar sait mieux que quiconque qu’Allah et son Envoyé n’aiment pas les lâches ceux qui refusent de combattre dans son sentier.
Dans le coran, n’est-il pas écrit pour inciter les musulmans à se lancer dans le djihad, sourate 9 ( le repentir ) versets 38 et 81 ?
« Ô vous qui croyez ! Qu’avez-vous ? Lorsqu’on vous a dit : « Elancez-vous dans le sentier d’Allah », vous vous êtes appesantis sur la terre. La vie plus présente vous agrée-t-elle que l’au-delà ? -Or, la jouissance de la vie présente ne sera que peu de chose, comparée à l’au-delà !
« Ceux qui ont été laissés à l’arrière ne sont réjouis de pouvoir rester chez eux à l’arrière du Messager d’Allah, ils ont répugné à lutter par leurs biens et leurs personnes dans le sentier d’Allah et ont dit : « ne partez pas au combat pendant cette chaleur ! » Dis : « Le feu de l’enfer est plus intense en chaleur. » S’ils comprenaient ! »
Mme Dounia Bouzar oublie d’avouer délibérément que la majorité religieuse ( légale) dans le droit musulman ( charia) est fixée pour les hommes à 15 ans et pour les femmes à 9 ans. Et pourquoi ne demande-t-elle pas aux dignitaires religieux islamiques un moratoire pour changer cette majorité comme avait proposé, il y a quelques années M. Tariq Ramadan pour la polygamie qui était en fait une manœuvre de diversion dont seuls en sont capables les intellectuels musulmans qui se posent en donneurs de leçon et qui se croient détenteurs de la vérité suprême, parce qu’ils pensent qu’ils sont les légataires officiels d’Allah sur terre.
Les djihadistes français hommes ou femmes, ceux qui partent en Syrie, savent ce qu’ils font : ils ne font que suivre pas à pas le beau modèle de Médine ( Yathrib).

Dans la sourate 33 ( les coalisés) verset 21, il est écrit :
« En effet, vous avez dans le Messager d ’Allah un excellent modèle ( à suivre), pour qui espère en Allah au jour du jugement Dernier et invoque Allah fréquemment. »
Mahomet, en son temps, n’avait-il pas participé à plus de 80 razzias ?
N’avait-il pas dit selon des hadiths ( rapportés par Bukhari et Muslim ) ?
« Sache que le paradis est à l’ombre des épées. »
« L’exemple d’un combattant dans la cause d’Allah- et Allah sait mieux que quiconque qui combat vraiment pour sa cause- est comme une personne qui jeûne continuellement. Allah garantit qu’il admettra au paradis le combattant pour sa cause s’il est tué, autrement, il le renverra chez lui en sécurité avec des récompenses et un butin de guerre. »
Alors de qui se moque Mme Dounia Bouzar ? Est-elle amnésique au point d’oublier que l’islam considère la démocratie et la liberté comme une hérésie( kofr)? Mais pour les besoins de la cause islamique, rien ne l’empêche d’en abuser à outrance…
La théorie qui consiste à dire que ces djihadistes sont des laissés pour compte et des coupeurs de route, ne tient pas la route, car le coran est clair. Pour avoir un aperçu, il suffit que les Français lisent les explications concernant le djihad et le butin de guerre, données par les théologiens islamiques qui ne sont pas avares sur les qualificatifs élogieux qu’ils attribuent aux combattants d’Allah et aux martyrs.
Français, réveillez-vous, quittez votre léthargie, car le djihad n’est pas une invention de Ben Laden (le fondateur de la Qaeda), ni du cheikh Youcef Karadaoui, et encore moins d’Ayman Zaouahri ( l’actuel chef de la Qaeda) mais c’est le fondement même de l’islam qui s’est propagé par la guerre sainte. C’est le Messager d’Allah qui l’avait institué et pratiqué à grande échelle, au nom de ce même Allah. Et ceux qui s’en réclament actuellement, ne font que perpétuer la tradition du beau modèle de Médine ; ils n’ont rien inventé…
Français, sachez que l’islam met en coupe réglée n’importe quelle société qu’il soumet alors réfléchissez avant votre asservissement.

Jusqu’à quand les médias continueront à mentir et à déformer la réalité de l’islam ? Pourtant, il leur suffit d’ouvrir le coran et la sunna pour s’apercevoir que le djihad fait partie intégrale des dogmes de l’islam au même titre que la prière ou le ramadan. Et c’est là où le bât blesse…

Hamdane Ammar

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.