Dr Abdelkhaleq Hussein : Les islamistes contribuent à enterrer l’islam

Publié le 11 janvier 2021 - par - 6 commentaires - 886 vues

Observateur intransigeant du monde arabo musulman, le chirurgien irakien Dr. Abdelkhaleq Hussein a toujours dénoncé l’hypocrisie politique et religieuse en islam. Dans le dernier article sur Sotaliraq.com (La Voix de l’Irak) le 17.12.2020, il n’hésite pas à mettre en lumière la contribution des islamistes à l’effondrement progressif de l’échafaudage de l’islam. Voici une synthèse de ses propos. La plupart des fondateurs et dirigeants des partis politiques islamiques et leurs milices dans le monde musulman ne sont pas des clercs. Ils viennent plutôt de professions civiles, comme le journalisme, l’enseignement, l’ingénierie, la médecine, etc. Leur stratégie d’action consiste à exploiter l’islam et les sentiments religieux des gens pour prendre le pouvoir.

Ces islamistes s’octroient, au nom de la religion, le droit absolu de gouverner sous prétexte de protéger la doctrine, la croyance en Allah : la vertu, la dignité, la morale, l’identité religieuse et confessionnelle. Ainsi prétendent-ils pouvoir combattre l’athéisme et l’immoralité qui menacent nos normes, nos traditions et notre culture sociale que nous avons héritées de nos ancêtres. Ils cherchent à nous faire comprendre que la mondialisation et la civilisation occidentale, qu’ils qualifient de diverses obscénités, menacent nos valeurs religieuses, sociales et humaines.

Ils affirment que la coalition des « croisés-sionistes » cherche à violer notre honneur et à piller nos richesses. Puis, à une longue liste de palabres, ils ajoutent la question palestinienne. Ils préconisent que la seule solution à ce conflit c’est la disparition d’Israël et la libération de la Palestine du fleuve à la mer. Cette stratégie a, en effet, porté un coup de massue à cette cause tragique et a fourni un cadeau gratuit à la droite israélienne et au mouvement sioniste mondial. Les islamistes détestent les pays occidentaux, leur civilisation et leur démocratie, mais ils n’hésitent pas à s’y réfugier et y vivre quand ils se trouvent en danger. Ils savent très bien que ce sont ces pays – et non les régimes islamiques qu’ils souhaitent établir – qui respectent la loi, les droits de l’homme, et leur garantissent une vie décente. Pour atteindre leurs objectifs annoncés et d’apparence « noble », les islamistes mélangent religion et politique. Sur cette base, ils ont créé leurs partis politico-religieux et lancé leurs slogans : « Pas de solution en dehors de l’islam, le Coran est notre constitution, le Messager est notre chef, la mort est notre voie. » Ils recrutent des jeunes musulmans désœuvrés et les envoient à la mort.

Profitant de leur ignorance et de leur misère, ils lessivent leurs cerveaux et les transforment en robots pour exécuter les ordres, s’adonner au terrorisme et commettre les crimes les plus abjects contre l’humanité au nom d’Allah et de l’islam. Ces islamistes prétendent malicieusement qu’ils sont favorables à la démocratie et au transfert pacifique du pouvoir. Ils sensibilisent ainsi les masses et les influencent avec leurs motifs religieux, sectaires et idéologiques. Les gens de bonne volonté et des laïcs ont cru, à un moment donné, à leurs objectifs. Ils ont voulu leur donner une chance, car les nationalistes, les laïcs, les gauchistes et les faux prétendants à la démocratie ont échoué à fournir du pain et de la dignité à leur peuple.

Les masses ont naïvement cru que les islamistes y parviendront peut-être. Pourquoi ne pas les essayer et leur donner l’occasion ? C’est ainsi que l’islamisme sunnite a pris le pouvoir, de diverses manières, dans certains pays musulmans, en Égypte, à Gaza, au Soudan et même en Afghanistan. Même l’islamisme chiite prit le pouvoir, d’abord en Iran grâce à la révolution populaire contre le régime du Shah, ensuite en Irak suite à des élections démocratiques après la chute du régime de Saddam Hussein. Mais quel fut le résultat ? Arrivés au pouvoir dans ces pays, les islamistes ne réalisent rien de leurs promesses Les conditions de vie des peuples se dégradent plus qu’auparavant. La corruption s’exacerbe. L’immoralité se répand. L’athéisme, l’aversion de l’islam, la superstition, la fraude, la sorcellerie, la prostitution, la consommation de la drogue prennent une dimension surprenante. Les générations actuelles subissent des événements sanglants et des expériences tragiques et amères. Les quatre dernières décennies n’augurent d’aucune perspective pour sortir du sombre tunnel dans lequel les islamistes ont engouffré leurs pays. Le taux d’athéisme en Iran a atteint plus de 30%, un des taux les plus élevés au monde. L’aversion des gens à l’encontre de l’islam s’aggrave de jour en jour.

Le même phénomène est à observer en Irak et en Arabie saoudite en raison de pressions religieuses des islamistes qui empêchent les gens de mener leur vie comme ils le souhaitent. Cette coercition est le facteur le plus important du rejet de l’islam que nourrit l’islamisme. Dans une étude qui remonte à 2009, intitulée « Trente ans de révolution islamique et 30% d’athéisme en Iran », le penseur tunisien Al-Afif Lakhdar signale que « la plupart des croyants, en particulier dans les villes, ont abandonné les rituels de l’islam. La mosquée dans laquelle trois à cinq mille fidèles avaient l’habitude de prier sous le règne du Shah, n’accueille plus que 15 fidèles le matin et 25 à midi. Pour la première fois dans son histoire, l’Iran connaît le phénomène des mosquées vides. En 2000, l’adjoint au maire de Téhéran, Hojat al-Islam Ali Zam, a révélé dans le rapport annuel de la municipalité que 75% de la population et 86% des étudiants désertent la prière. À la fin de son mandat, le président Khatami a reconnu devant l’ambassadeur d’Allemagne à Téhéran que le pourcentage de ceux qui jeûnaient le Ramadan n’était que de 2%, alors qu’à l’époque du Shah, ce taux dépassait 80%. » (https://www.ahewar.org/debat/show.art.asp?aid=182339) En Égypte, le niveau d’athéisme fut estimé en 2014 à plus de trois millions. L’institution islamique Alazhar a sollicité la coopération de l’Église copte pour combattre ensemble ce fléau très inquiétant pour l’islam et qui s’amplifie dans tout le monde musulman.

(https://www.alhadath.ps/article/6595/) Les réseaux sociaux The Black Dock (Le réseau des Athées arabes) et le Free Mind e-channels diffusent à partir de l’Égypte. Ils soutiennent les athées à travers des émissions critiquant l’islam, ses fondamentaux et ses légendes. Lors de la diffusion de ces données factuelles, les islamistes les attribuaient à une propagande mensongère fomentée par « les croisés-sionistes » pour souiller l’image du régime islamique. En revanche, ils ne compatissaient point avec le peuple iranien qui subissait les affres de son gouvernement totalitaire depuis cinquante ans. En Irak, la presse a publié récemment un rapport intitulé : « La sécurité nationale a démantelé les cinq réseaux de trafic de drogue les plus dangereux à Najaf ». Oui, à Najaf, la ville religieuse la plus sacrée pour les chiites. Si cela se produit dans cette ville présumée « sacro-sainte », qu’en est-il alors dans les autres villes moins « saintes » ? Ce rapport a-t-il également été fabriqué par les médias « croisés-sionistes » pour déformer l’image de l’islam politique en Irak ? C’est hallucinant ! Quel est l’avenir des régimes islamiques ? En Égypte, les Frères musulmans, profitant de la révolte populaire du printemps arabe, ont pris le pouvoir en 2012. Ils ont aussitôt entamé un processus d’islamisation de la société et persécuté les adeptes d’autres religions ainsi que leurs adversaires politiques. L’aggravation de tous les problèmes de la vie a poussé environ 30 millions d’Égyptiens à descendre dans les rues pour réclamer la fin de la domination islamique. Heureusement, l’armée a libéré en juillet 2013 le pays du régime « frériste » qui s’est avéré plus dangereux, plus barbare et plus raciste pour l’humanité que celui des nazis allemands. Le même processus eut lieu au Soudan après plus de 30 ans de règne des Frères musulmans. Leur régime a provoqué la division du pays en deux et exacerbé les multiples crises politiques et économiques ainsi que la propagation de la corruption, de la pauvreté et de la destruction. L’armée, qui s’est enfin ralliée aux côtés du peuple, a renversé à jamais ce régime le 11 avril 2019. Quant au régime islamique en Iran, sa survie n’est assurée jusqu’alors que par la répression sanguinaire des masses qui s’insurgent régulièrement contre les aberrations de l’autorité religieuse.

Il en va de même en Irak, où la corruption, le chômage, la terrible détérioration des services et la crise financière sont si endémiques que le gouvernement s’est déclaré incapable de payer les salaires de ses employés. Une insurrection populaire généralisée s’est déclenchée à Bagdad et dans les provinces du centre et du sud à majorité chiite contre les partis islamistes chiites au pouvoir. Les révoltes populaires continuent et ne s’arrêteront qu’avec la chute du régime actuel. En conclusion, les régimes islamiques ont heureusement échoué partout et involontairement favorisé l’athéisme et l’aversion contre l’islam. Ils ont provoqué une destruction totale de leurs pays. Pire encore, la plupart d’entre eux croient qu’ils détiennent le monopole de la certitude absolue, et que quiconque remet en cause le discours d’Allah est un blasphémateur. Cependant, ce sont eux qui ont démasqué la vérité de leur Allah et l’ont mis en cause. Ils ont montré que le Coran qu’on attribue à leur divinité regorge de tant de contradictions, d’invraisemblances, de violences, d’absurdités et de propos obscurantistes.

S’opposer aux lois naturelles et au cours de l’histoire contribue également à leur échec. Ils ignorent totalement que la révolution technologique de l’information rapproche les peuples, facilite l’acquisition de connaissances et la diffusion de la culture des lumières et fait de notre monde un petit village mondial. Les problèmes graves, tels que le terrorisme, les épidémies et les crises, ont acquis un caractère universel, donc les efforts de la communauté internationale doivent être conjugués pour parvenir à les résoudre. Un adage sage dit : « Les êtres humains ne suivent les bonnes méthodes pour résoudre les problèmes qu’après avoir épuisé toutes les mauvaises. » Cette méthode est coûteuse et exorbitante, puisqu’elle accroît la souffrance des peuples. Certes, le temps des idéologies et des régimes totalitaires prendra fin, et peu importe le retard. Les islamistes ne font que l’accélérer.

Texte traduit par Maurice Saliba

 

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Antoine FITIPALDI

Rien à discuter avec eux, car leur LOI vient de dieu et n’est donc pas réformable
Qu’une seule solution : les isoler. La France doit prendre le flambeau :
1- Protéger les apostats, les seuls à pouvoir obtenir la nationalité française ;
2- Tous les muzz pratiquant ne pourront JAMAIS acquérir la nationalité française ;
3- Interdire le droit du sol.

lionel malein

Les islamistes croient résoudre leurs problèmes en employant la violence. C’est l’équivalent de l’alcoolique qui croit résoudre les siens en se biturant deux fois plus.

HERVE

Les Occidentaux sont largement responsables de la propagation de cette idéologie mortifère…Qui a favorisé la victoire de Khomeini en Iran en lui offrant une base logistique en France? Qui a favorisé les Talibans en Afghanistan sous le fallacieux prétexte de contrer la présence soviétique? Qui a détruit l’Etat irakien en 2003, afin d’imposer la ‘démocratie’ et de détruire les armes de destruction massive de Saddam, un mensonge odieux? Qui a contribué à déstabiliser l’Algérie en offrant l’asile politique aux assassins du FIS? Qui a favorisé l’assassinat au Pakistan de Ali Bhutto, soi-disant marxiste, et de sa fille Benazir? Qui a encouragé cette imposture des ‘Printemps arabes’? Qui a détruit l’Etat libyen et favorisé l’essor du djihadisme dans le Sahel? Qui a voulu détruire la Syrie?

patphil

encore un qui s’insurge
mais hélas une hirondelle ne fait pas le printemps
la grande masse se soumet aux préceptes coraniques
4:90 ne prenez pas d’amis parmi les mécréants, s’ils tournent le dos, tuez les où que vous les trouviez
60:4 entre vous et nous que la haine et l’inimitié soit à jamais déclarées

Maurice

M. Patphil, vous dites “encore un qui s’insurge”. Effectivement, on ne veut pas voir ni entendre les insurgés. On en parle seulement en cachette. Nos médias ne veulent pas nous les montrer. Ils préfèrent rester immobiles et totalement hypnotisés devant les imposteurs qui squattent les plateaux de nos chaînes de télévision. Quel programme ouvre la porte aux contestataires au sein de l’islam, et Dieu sait qu’ils sont si nombreux ! Qui leur donne l’occasion de débattre avec les marchands du temple de l’islam et les manipulateurs professionnels? Qu’avons-nous fait pour les aider à diffuser leurs idées?

Irina

Encourageante analyse, qui rejoint d’autres sources d’information.

En Iran, les mollahs organisent des soupes populaires le vendredi dans les mosquées pour pouvoir publier des photos de mosquées – pas vraiment – pleines. Les indigents étant très nombreux (grâce à qui, dans un pays dont le niveau de vie en 1978 avait dépassé celui de l’Espagne ?), ça a beaucoup de succès. Mais ce n’est pas la prière qui les y attire, même s’il faut prier devant la caméra pour avoir droit à un pain et un bol de soupe…

Lire Aussi