1

Dresde : 40 000 manifestants derrière Pegida pour sauver l'Allemagne

Manif-Pegida-DresdePegida Dresde a réuni jusqu’à 40 000 manifestants le 19 octobre pour la journée anniversaire. Un manifestant Pegida a été gravement blessé par une barre métallique des contre-manifestants. Sinon la manifestation s’est déroulée dans le calme. Les passages faisant accès à Pegida ont été bloqués par des « Linke » mais sans plus. Des Pegida de Pologne, de Tchéquie, Tommy Robinson du British Defence League… et un écrivain turc ont pris la parole. Des drapeaux allemands étaient portés en grand nombre par les manifestants. Pegida a célébré son premier anniversaire avec succès et aussi consolidé son orientation européenne pour libérer l’Europe entière.
Oppression
Malgré l’immense oppression exercée contre das Volk, Pegida a gagné contre la dictature du pouvoir officiel et contre « le cartel des partis politiques » (expression employée par  Björn Höcke, chef AfD de Thuringe, lors d’une émission politique de l’ARD dimanche dernier, où ce dernier a sorti un drapeau allemand de sa poche, scandalisant le ministre fédéral de la justice et les autres invités) et contre le cartel de la justice. Le ministre fédéral de la justice Heiko Maas, SPD, véritable chien de garde de l’ordre établi, avait demandé par médias interposés aux Allemands de ne pas se rendre aux manifestations Pegida en les menaçant de représailles du bout des lèvres.
Comme les manifestations Pegida se sont toujours depuis un an déroulées dans le calme malgré les attaques de la justice, des intimidations de la police, de la désinformation des médias officiels, les 3 organes, qui doivent fonctionner de manière autonome dans une démocratie, se sont relayés pour dénoncer d’une même voix de manière constante la présence d’une minuscule potence apportée par un simple ouvrier dans la Pegida du 12 octobre et pour dénoncer la présence d’une affiche montrant Merkel en officier du Reich Euro portant l’insigne de l’euro sur un brassard ce soir du 19 octobre.
Bild, Focus, qui s’empressent de voir Merkel dans un uniforme nazi et d’y trouver un symbole nazi, écrivent, « le nazi qui portait l’affiche a été arrêté par la police » en parlant de l’arrestation du manifestant qui ressemblait plus à un élément du peuple qui ne demande qu’à pouvoir vivre décemment. Les médias, la justice, font une fixation sur la petite potence et sur une affiche que même les manifestants grecs avaient montré dans leurs manifestations pour dénoncer l’austérité voulue par Berlin. Lutz Bachmann, le fondateur de Pegida a ouvert la manifestation par, « nous sommes venus pour rester. Et nous restons pour vaincre ! Lutz Bachmann a annoncé un dépôt de plainte contre le ministre de l’intérieur, Thomas de Maizière, CDU pour l’avoir traité d’extrémiste de droite et pour avoir émis des menaces à la participation de Pegida. Les plaintes au pénal contre l’élite corrompue ne cessent pas de pleuvoir. Merkel, Gauck (le président fédéral) et le ministre de l’Intérieur sont attaqués juridiquement.
Pegida Dresde a commencé dès 16 heures à se remplir. A 18h50 Lutz Bachmann lance, « Bienvenue au premier anniversaire de Pegida. J’ai la chair de poule ! Personne parmi nous n’aurait pu penser que nous deviendrions aussi nombreux. D’une simple protestation nous sommes arrivés à une manifestation de masse jamais vu sous cette forme. Nous avons été menacés de mort. Des attentats ont eu lieu contre nos voitures et contre nos maisons. Mais nous sommes toujours là. Nous sommes venus pour rester et pour vaincre. Nous le faisons pour notre pays, pour notre culture et pour l’avenir de nos enfants ».
Tommy Robinson, fondateur de l’English Defense League, a déclaré, « l’Europe s’oriente actuellement dans une charia ou dans un marxisme total ». Tommy a rappelé les destructions des deux Guerres mondiales en Europe et les croisades qui durant 6 siècles furent nécessaires pour chasser l’invasion musulmane. « L’Europe est de nouveau menacée. Nous devons prendre exemple sur le passé et nous souvenir des combats victorieux qui ont sauvé l’Europe. Avec les croisades les Européens se sont unis pour contrer la menace qui est venue avec l’islam et pour aider les chrétiens menacés dans le proche orient. Nous sommes un mouvement et chaque pays du monde a le droit de se protéger tout comme Israël. Naturellement tous les pays en Europe et aussi l’Allemagne. J’aimerai vous donner la force pour refuser ce jeu de la honte, refusez de vous sentir coupable ! L’Allemagne n’est pas obligée de résoudre la question des réfugiés. Tous nos progrès sociétaux sont en danger. Ne laissez pas l’Allemagne tomber dans le chaos, dans la violence et dans la destruction. Les médias comparent la crise des réfugiés à la Seconde Guerre mondiale mais nous sommes souvent tenus au silence et obligés de nous taire sur les dangers du terrorisme et sur les dangers de l’idéologie de l’islam sauf durant les manifestations Pegida. Ces manifestations Pegida sont nécessaires dans toute l’Europe car les gouvernements refusent de s’occuper de la sécurité des peuples. Nous devons nous réunir pour écrire un programme qui défende les intérêts de la majorité de nos compatriotes. Des pays dont les frontières n’existent plus ne sont plus des pays. L’islam exige des régions sous sa dominance la charia. Ceux qui ne veulent pas le comprendre sont aveugles ou si ils le savent ils sont des traites. Tous les manifestants Pegida doivent demander la démission de leurs responsables politiques ! »
Après les interventions de plusieurs orateurs dont l’écrivain turc Pirincci qui dénonce la menace de l’islam, la transformation de la société par les homosexuels (il faut comprendre le culte et le diktat du Gender dans la société, de l’éducation de la féminisation des hommes et la masculinisation des femmes) et après le discours de Tommy Robinson, les manifestants ont entamé l’hymne national allemand en allumant des torches de sorte qu’un halo lumineux s’est formé au dessus de la foule.
Olivier Renault