Droit dans le mur : Jean-François Kahn à côté de la plaque

Publié le 16 mai 2021 - par - 15 commentaires - 1 753 vues
Traduire la page en :

J’ai entamé il y a plus de trois semaines la lecture de «Droit dans le mur» de Jean-François Kahn. Mais j’ai vraiment du mal à le terminer, tant l’inanité s’y installe progressivement. Car après les premiers chapitres intéressants mais ne proposant pas de nouvelles perspectives (condamnation de la guerre en Irak), on entre dans un chapitre où l’auteur s’interroge sur le soutien des médias français aux Gilets jaune. On a beau relire plusieurs fois les phrases, c’est bien cela qui est écrit.

Nos médias ont mis des semaines à admettre que nombre de Gilets jaunes ont été éborgnés (délibérément ?) par une fraction de notre police et encore comme pour les viols du réveillon 2015/2016 en Allemagne, il a fallu d’abord que la réinfosphère fasse l’essentiel du travail, pour que cela apparaisse dans les médias mainstream, ces médias sont considérés donc comme solidaires des Gilets jaunes. Alors que ces médias les haïssent car détestant le prolétariat, lui préférant les voyous.

Devant un tel aveuglement on se demande à quoi l’auteur veut en venir, à part à donner de mauvais points à certains événements et personnages historiques (Louis XIV et XVI, Napoléon, Marie-Antoinette, la commune de Paris, la révolution spartakiste de 1919) sans argumenter vraiment ; cela a échoué donc c’était une faute, Waterloo efface Austerlitz, la guerre de succession d’Espagne fait passer Molière à la trappe etc.

Alors que l’on pourrait essayer de comprendre pourquoi la Commune de Paris n’a pas su prendre le pouvoir alors que la Révolution française a renversé la royauté, mais cela demande une analyse précise et non une simple condamnation de principe.

Il y a aussi un autre travers que j’avais déjà observé dans un autre livre du même auteur (désolé mais je ne retrouve pas le titre même en parcourant la liste de ses ouvrages) c’est vouloir à tout prix faire rentrer les faits dans la théorie émise.

Par ailleurs le populisme est condamné par l’auteur sans qu’il ne soit défini et analysé. On reproche simplement à la gauche et à la droite d’avoir laissé le terme de populiste à ceux qui le sont réellement.

Bref, le livre est globalement insupportable alors qu’il avait l’air a priori intéressant. Et Jean-François Kahn n’est pas le pire de nos ennemis. Mais quand on est prêt à écrire n’importe quoi pour publier…

Aller, je vais tout de même tenter de le terminer cet après-midi.

Platon du Vercors

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Patapon

Un juif de cour qui aura tout dit et le contraire,entretenant la confusion et les sophismes,un de ces maîtres de la parole bifide a mettre dans le même sac que B.H.L. et Attali…

Argo

Il a toujours été à côté de la plaque! Malheureusement les gauchistes vieillissent mal !

POLYEUCTE

Laissez-le Survivre ! Le pauvre… JFK !
Entre Gengis le Conquérant et Axel qui médiatise, ce jour, sa Mort prochaine !!
Sur une Valse de…. Strauss… !
Un Festival de Khan !

Ulysse 67

Une nouvelle illustration du naufrage de la “pensée” “de gauche” des années 70-2000, bref autour de la double décennie socialiste autour de Mitterrand (80-2002), dont JFK était un des porteurs emblématiques. La gauche caviar comme on l’appelait.

“Droit dans le mur”, il doit parler de lui.

astrid

Il y a longtemps qu’il est à côté de la plaque. Lors de l’affaire DSK, il avait dit “c’est quoi tout ça, on lui reproche d’avoir “troussé” une servante” ? et alors ???”
On ne pas pleurer sur cette nafimachin mais qu’est c’est que cette façon de défendre DSK ? Et cela donne une idée de la supériorité qu’il se donne ainsi qu’à son congénère DSK ????
Il y a eux et le reste !!!!!

Patapon

Ce qui est bien,avec ses bouquins ,c’est qu’on évite ses postillons…

astrid

Ah oui ça c’est vrai parce que ça fusait les postillons. J’ai toujours plaint ceux qui étaient en face quand il partait dans un de ses délires !

Silex

La vie est trop courte pour lire un tel navet.

michel hbu de la colo

la vieillesse est un naufrage…

patphil

ça fait longtemps que jf khan a oublié d’être cohérent et honnête (avec lui même)

Lazare

Jean-François Kahn ferait mieux de s’occuper de troussage de domestique !

Filouthai

Ne perdez pas votre temps à lire la prose de JF Kahn, le cousin de Dominique S-Kahn, qui justifiait le « troussage des soubrettes » par son cousin a New York.
C’est un individu tellement empêtré de lui-même que je pense que son véritable patronyme est « Kohn », et qu’il mérite qu’on l’appelle le grand Kohn !

Tonton

JFK est un con sénile, vous n’étiez pas au courant ?

Le Blob

C’est le “Droit dans le mur” de Jacques Delay que vous auriez mieux fait de lire. Écrit dans les années 90’s, si ma mémoire ne me fait pas défaut, exposants par des faits concrets et, malheureusement vécus, l’état progressif de déliquescence de notre pays la France. Il y a dix ans de celà il était accessible eû téléchargement gratuit et, “bizarrement” retiré à peine deux ans après que je l’ai lu. Il y a 6 ou 7 ans de celà j’en ai fait la demande auprès du Furet qui, étrangement, n’ont pas été fichus de me le trouver ; ça c’est un signe, pas vrai ? Alors Kahn, Cohn, Cohen, chacun peut y aller à sa sauce, peut aller se rhabiller car ça ne me donne vraiment pas envie de le lire tellement ça chlingue l’escroquerie intellectuelle et que ça doit transpirer de malhonnêteté.

Lire Aussi