Droit de réponse à L’Humanité, qui ose me classer dans la fachosphère

Publié le 6 juin 2013 - par - 1 413 vues
Share

Cher Monsieur,

Je constate qu’à cette heure vous n’avez pas réagi à ma demande de publier mon droit de réponse, certes un peu long, mais, lorsqu’on passe devant un tribunal de l’inquisition comme le vôtre, il faut aiguiser ses arguments, ou ses couteaux. Vous n’avez pas voulu prendre en considération mes arguments. Vous n’avez même pas l’élémentaire courtoisie de vous en expliquer. Ce qui prouve que j’ai raison. Dans ce pays, le débat est impossible, tant il se heurte aux haines provoquées par les idéologies ancrées à un tel point, que le ridicule devrait tuer.  Je considère, en conséquence que votre classification de figurer dans votre fachosphère est désormais une distinction plus importante que la légion d’honneur que l’on attribue à n’importe qui. Je ne saurai jamais vous remercier assez de cette décoration. Il est vrai que j’eusse préféré cette distinction dans un journal qui compte davantage de lecteurs. Dans le fond, magnanime que je suis, mon droit de réponse devant une audience si réduite, n’a finalement aucune importance.

Bien à vous,

Sylvia Bourdon

http://www.humanite.fr/politique/venner-l-extreme-droite-reconnaissante-542093

Droit de réponse à l’Humanité suite à l’article de Grégory Marin me classant dans la « fachosphère »

Comme suite à notre échange, je vous transmets, mon droit de réponse au classement de ma personne dans la « fachosphère » de votre journal, ce que je conteste vivement. Une attitude que j’estime profondément diffamatoire de la part de votre journal qui revendique être du camp du « bien ».   Ce jugement péremptoire vise à intimider ceux qui ne pensent pas conforme et pense donc « mal ».  Je me demande si ce ne serait pas une distinction pour la dissidente que je suis. Dissidente de quoi ? A la généralité de tout un système, tous partis politiques confondus, celui de Madame le Pen inclus. Cette femme a déclaré que l’islam était compatible avec la République. Je ne peux que me détourner catastrophée. Ce n’est pas non plus parce qu’un socialiste ou un représentant de la droite molle ou dure, ou ce que vous voulez,  déclarera un jour une pensée qui me conviendra que cela vaudra mon adhésion. Toute ma vie, j’ai agi en mon âme et conscience. Et c’est bien la raison pour laquelle je conteste formellement le sceau de infamie duquel vous me marquez, sans même savoir qui je suis.  Jugement lapidaire, digne d’un politburo de temps révolus de deux idéologies qui était le MAL. Votre journal, l’Humanité fut l’héritier d’une de ces funestes idéologies.

L’avis que vous avez sur Riposte Laïque, c’est votre droit de l’exprimer. Permettez-moi de ne pas être d’accord avec vous et accordez moi le droit de l’exprimer en toute liberté.  Pour ma part, j’estime que son fondateur issu du syndicalisme, Pierre Cassen, est un homme courageux, qui m’ouvre ses colonnes, lorsque je souhaite m’exprimer. Ma seule  légitimité est d’être une citoyenne engagée. Comme aucun mainstream media ne reçoit les humeurs que je souhaite exprimer de temps à autre, je suis reconnaissante à Riposte Laïque de me donner cette liberté là. Même si je ne suis pas d’accord avec toutes leurs positions. Je ne suis pas une béate à suivre inconditionnellement des idées. Je ne suis pas encore lobotomisée.

Si j’ai voulu m’exprimer sur Dominique Venner, dont je n’avais d’ailleurs jamais entendu parler, c’est que le geste sacrificiel qu’il a commis m’a interpellé et que l’abondance des commentaires le classifiant du terme insultant « d’extrême droite », « facho » ont éveillé ma curiosité.  J’ai immédiatement effectué des recherches sur l’homme. J’ai pris connaissance de son passé que je ne saurai pas juger sans  recul.  Mais j’ai aussi noté qu’il avait prit ses distances depuis quelques décennies avec ce passé pour se consacrer à la recherche et à la rédaction de livres. Et, que le réduire à son passé est terriblement simpliste. Pardon de cette comparaison mais c’est comme si je disparaissais demain et que l’on déclare : « L’ancienne porno-star Sylvia Bourdon vient de disparaître. » Ce qui réduirait ma vie au seul fait minimal de la pornographie, sans qu’on éclaire le public sur les raisons pour lesquelles j’ai utilisé la pornographie. Je le dis donc ici. C’était une manière provocatrice de montrer que la femme pouvait disposer librement de son corps sans être soumise aux fantasmes d’un homme.  Ensuite je suis passé à autre chose. Notamment l’organisation du Concours Graphique pour la monnaie Unique sous l’égide de Jacques Delors. Opération qui fait l’objet d’une thèse de l’historienne de L’Institut Européen de Florence, Oriane Calligaro et qui sera publiée fin de cette année chez Macmillan à New York. Suivi d’une exposition du peintre Allemand, de ma ville, Cologne, Hans-Rolf-Maria Koller, pour dénoncer le racisme et l’antisémitisme. « Les Ténèbres de l’Humanité ». Vous avouerez que me marquer du sceau de l’infâmie « faschosphère » est inoportun.

Cette parenthèse fermée, je n’ai pas lu les livres de Venner puisque j’ignorai son existence. Tout ce que je sais de sa pensée, suite aux recherches  effectuées dans l’urgence de son geste est, qu’il dénonçait, comme Renaud Camus, le Grand Remplacement, le changement de population par des politiques cyniques, dont l’électorat traditionnel s’est éloigné, pour garder ses prébendes du pouvoir avec ce nouvel électorat venu d’ailleurs. Une idéologie ouvertement promue par le think-thank socialiste Terra Nova. Ce Grand Remplacement que j’observe dans mon quartier du 18ème nord est. Il se trouve que ces populations sont majoritairement musulmanes et imposent leurs usages, lentement mais sûrement. Des populations dont la simple apparence vestimentaire homme, femme, démontrent qu’elles ne souhaitent pas s’intégrer à leur pays d’accueil. Alors que la loi interdit de se voiler intégralement, les femmes ici, n’en ont cure. Elles ne respectent pas la loi de la République, mais celle de la charria.  Et c’est ce sujet qui me préoccupe en particulier.

Comme je le disais, mes intérêts économiques son liés à l’Arabie Saoudite. Et ce que j’observe dans le Royaume, c’est une société que je ne souhaite pas voir s’installer en Europe et en France en particulier. Pas de théâtres, l’absence de cinémas et autres lieux de loisirs et de cultures. Pas d’églises. Je suis considérée comme « marsienne » lorsque je hasarde que je suis athéiste.  Lorsqu’on aura comprit, ici, que l’islam n’est pas seulement une religion, mais une idéologie politique obscurantiste, on aura déjà fait un grand pas. L’islam ne reconnaît pas d’autre loi que la charia. Et c’est bien là le problème. C’est être dans le dénie que de refuser ce fait. L’islam n’est pas une religion comme les autres. C’est un système de conquête politique qui vise à soumettre si possible le monde et d’y installer son califat. Il est certain que l’église a commit de terribles crimes. Mais ces crimes horribles étaient en totale contradiction avec les préceptes du Christ. L’église a dévoyé la parole du Christ. Alors que les préceptes du coran et des haddiths sont clairs et mortifères pour les juifs, les homosexuels et tous mécréants qui ne se soumettraient pas à l’idéologie. Quitter l’islam vaut condamnation à mort.  En ce début du 21ème siècle c’est ma seule inquiétude.  J’observe que tous les autres ressortissants étrangers extra européens qui ne sont pas musulmans s’intègrent parfaitement bien au pays d’accueil. C’est donc qu’une idéologie politique pose problème et n’est certainement pas compatible avec la République. L’islam.  Certes, c’est une minorité qui s’agite et qui provoque. Cependant, j’aimerai constater que la majorité silencieuse proteste contre ses intégristes. Je ne les entends pas. Le jour où ces Français de confession musulmane seront dans la rue, massivement aux côtés de Christine Tasin, je pourrai retourner à mes loisirs, tranquillisée que je serai, qu’enfin, cette majorité reconnaitra formellement la République, ses valeurs et ses lois. J’ai eu le loisir récemment de m’entretenir sur le sujet avec Alain Finkielkraut qui m’a répondu que j’avais marqué un point. Je rappelle le dernier sondage du Monde sur le sentiment des Français sur l’islam qui les inquiète à plus de 70% ! Seraient-ils des idiots ces Français inquiets ?

Je me tiens derrière mon ami, le grand écrivain Allemand, rescapé de l’holocauste, stalinien repenti, conscience de l’Allemagne, Ralph Giordano, qui, lui aussi, lutte à Cologne,  contre l’islamisation de l’Allemagne. Il a bien du courage à 90 ans ! Je suis d’accord également avec les observations du socialiste Allemand, Thilo Sarrazin, dont l’ouvrage fut vendu en Allemagne à 2 millions d’exemplaires, paru récemment en France sous le titre : L’Allemagne disparaît.  Je suis en accord avec le discours visionnaire de Enoch Powell : Rivière de sang, déclamé le 20 avril 1968, discours qui a sonné la fin de sa carrière politique.  Sans parler de la dernière grande résistante aux nazis, du groupe DIE WEISSE ROSE, « La rose blanche », Madame Susanne Zeller-Hirtzel, disparue récemment dans une indifférence générale scandaleuse et qui déclarait dans de nombreuses interviews que l’islam est pire que le nazisme. Ses déclarations étaient très argumentées.  Le seul à lui avoir rendu hommage en France fut Renaud Camus.

Vous comprendrez qu’il m’est difficile d’accepter des leçons de pensée par les héritiers de tous les totalitarismes. Je désigne les socialistes, héritiers de Pierre Laval et de François Mitterrand qui tentent de nous resservir les plats de l’histoire. 80% des collaborateurs durant la seconde guerre mondiale furent socialistes !  Je désigne également les héritiers de Staline, sans oublier les nazis et encore moins les nazislamistes. En conclusion, je ne me reconnais pas dans votre « fachosphère » et vous demande de le faire savoir.

« On doit la vérité aux gens intelligents. On doit le mensonges aux imbéciles ». Georges Courteline.

Sylvia Bourdon

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.