Droit de réponse : le mythe de la double allégeance des Juifs de France !

[youtube]03IifPiGMgc[/youtube]

http://www.youtube.com/watch?v=03IifPiGM

C’est avec stupeur que j’ai lu l’article de Caroline Alamachère sur Riposte Laïque, concernant la manifestation contre Dieudonné, l’antisémitisme et le négationnisme, qui s’est déroulée le 16 janvier place de la Bastille, article portant le titre provocateur « La France a-t-elle vocation à devenir une enclave israélo-palestinienne ? ».

En tant qu’organisateur de cette manifestation, ainsi que des principales actions contre l’antisémite Dieudonné, je me dois de répondre en rétablissant la vérité sur le prétendu mythe de « la double allégeance des Juifs de France ».

Je rappellerai tout d’abord à Madame Alamachère que Wikipédia n’est en aucune façon une source fiable reconnue. Wikipédia se construit par les contributions des internautes. Les définitions ou informations qui s’y trouvent sont sujettes à caution dès lors qu’il s’agit de thèmes controversés.

C’est le cas de la définition de la Ligue de Défense Juive qui a manifestement été rédigée par des opposants à ce mouvement de jeunesse. La France est un Etat de droit et à ce jour la LDJ n’est pas interdite et aucun de ses membres n’a été mis en examen pour un meurtre.

Je m’étonne que Madame Alamachère se fasse l’écho de ces thèses sulfureuses venant de l’extrême gauche et des milieux islamistes antisémites.

Mais revenons à la manifestation du 16 janvier 2014.

Il est à noter que dès le soir même l’AFP, spécialiste de la désinformation notamment quand il s’agit du conflit israélo-palestinien, s’est précipitée pour désinformer en rendant compte de cette manifestation. L’AFP, qui n’était pas présente, n’y a vu que « quelques dizaines de manifestants agitant des drapeaux israéliens et scandant des slogans pro-israéliens ».

Comme le montrent les images, les 2000 manifestants n’ont agité que des drapeaux français, les discours ne parlaient que de citoyenneté et pour terminer les manifestants ont chanté la Marseillaise et le chant des Partisans.

Le seul drapeau israélien présent lors de cette soirée était porté par une femme de 80 ans qui courageusement était allée manifester seule à Nantes devant les pro-Dieudonné…

Cette manifestation citoyenne devait initialement se dérouler près du théâtre de la Main d’Or mais suite à un arrêté préfectoral de toute manifestation dans le périmètre du théâtre pris la veille, elle s’est déroulée place de la Bastille.

Un important service d’ordre a été mis en place en raison des nombreuses menaces de groupuscules antisémites proches de Dieudonné. Quelques provocateurs se sont approchés sans succès de la manifestation et la manifestation s’est déroulée sans incident.

De nombreux intervenants sont venus dire leur indignation face aux propos antisémites et négationnistes d’un Dieudonné qui n’est autre qu’un orateur politique déversant un discours d’incitation à la haine à longueur de spectacles devenus des meetings antisémites.

Cette manifestation citoyenne n’est qu’un évènement dans notre lutte contre Dieudonné, contre Soral et toute leur sphère antisémite et négationniste, proche de l’Iran chiite.

De nombreux citoyens français non-juifs étaient eux bien présents pour s’élever contre l’antisémitisme et le négationnisme qui se répandent tant dans les milieux d’extrême gauche qu’à l’extrême droite ou dans les milieux islamistes.

Il s’agissait bien d’une manifestation de citoyens français et républicains !

Madame Alamachère relate qu’un cameraman aurait été molesté lors de cette manifestation. Ce personnage n’est en rien un cameraman d’une quelconque télévision mais un quidam qui a tenté de filmer à leur insu et sans leur consentement des personnes présentes lors de la manifestation.

Cet homme a été reconduit en dehors de la manifestation et sans violence sous la surveillance des forces de l’ordre qui n’auraient certainement pas laissé une personne se faire molester sous leurs yeux, contrairement à ces affirmations pour faire du « sensationnel ». Madame Alamachère devrait pourtant savoir qu’on peut faire dire et faire croire n’importe quoi en manipulant l’image…

Un peu plus loin Madame Alamachère poursuit ainsi : « Ca veut dire quoi dans un pays où les premières victimes ne sont ni juives ni homos mais des gens bêtement ordinaires, sans étiquette particulière, des Français sans adjectif ? »

Les juifs ne seraient-ils pas des citoyens « ordinaires » à ses yeux ? Devraient-ils à nouveau porter une « étiquette », une étoile jaune comme au pire moment de notre histoire ?

Dois-je rappeler à Madame Alamachère que, contrairement à ses affirmations, les juifs sont bien les premières victimes de la haine antisémite véhiculée par les milieux islamistes qu’elle prétend combattre ?

Les chiffres de l’augmentation des actes antisémites parlent d’eux-mêmes : ils ont doublé en 2012. Mais surtout ils ont atteint un degré de violence physique jamais égalé depuis la seconde guerre mondiale. On a même tué des enfants juifs à Toulouse. On a même lancé des grenades dans une épicerie casher à Sarcelles dans l’intention de tuer !

L’article continue sur le ton de la désinformation en prétendant qu’un café aurait été saccagé. Or il n’en est rien : 4 provocateurs antisémites ont tenté d’agresser des jeunes se dirigeant vers le métro après la dissolution de la manifestation. Il s’en est suivi un accrochage musclé qui n’a duré qu’une minute avant l’interpellation des protagonistes, et quelques chaises d’une terrasse de café sont tombées par terre : rien de plus !

Mais c’est en déformant les faits, en leur donnant un « tour dramatique » et exagéré que l’on construit la désinformation si chère à certains médias…

Enfin Madame Alamachère termine sur cette tirade scandaleuse : « Juifs et Arabes se foutant sur la gueule, devant des Français de souche hébétés et pris en otage dans une guerre qui ne les concerne en rienIci c’est la France, ce n’est ni la Palestine ni Israël… Alors que ceux dont on entretient soigneusement la haine et qui veulent se f… sur la g… partent le faire ailleurs, en Iran, au Sahara, à Gaza, à Pétaouchnok, où ils veulent, mais pas chez moi ! »

Non madame, les Juifs et les Arabes ne se « foutent pas sur la gueule » en France ! Vous tentez d’opposer à dessein la communauté juive, composante depuis des siècles de la France, avec les Français que vous définissez comme « de souche ».

Votre inculture semble profonde pour ignorer que l’on trouve des communautés juives installées en Gaule bien avant les premiers chrétiens. Que depuis plus de 2000 ans, les juifs vivent en France et ont toujours participé pleinement à la construction de ce pays.

Faut-il vous rappeler le décret Crémieux de 1870 sur la nationalité française des juifs ?

A partir de quand est-on un « Français de souche », chère madame ?

Mon grand-père est arrivé en France en 1914, a combattu sous les drapeaux français en 14-18 et en 39-40, démobilisé en 40, il a été arrêté en 41 et exterminé à Auschwitz. Mon père a fait la guerre d’Algérie. J’ai moi-même fait mon service militaire en France et non ailleurs !

Ai-je droit à l’étiquette « Français de souche » ?

De plus les Juifs et les Arabes ne se font aucune guerre et vous mélangez les genres également à dessein : c’est Israël, Etat souverain, qui a été en conflit avec certains pays arabes, et non « les juifs ».

Aujourd’hui, après avoir signé des traités de paix avec l’Egypte et la Jordanie, le seul conflit qui subsiste est avec les « palestiniens » et non « avec les arabes ».

Les Français juifs n’ont jamais tenté d’importer le conflit israélo-palestinien en France.

Ce sont au contraire tous les tenants de la « cause palestinienne », pour la plupart d’extrême gauche et dans les mouvances islamistes, qui tentent de convaincre la société française que la seule cause légitime est celle des « palestiniens », n’hésitant pas à désinformer, à lancer des campagnes de boycott des produits israéliens, etc…

Les Français juifs sont aussi « hébétés » que vous de voir ces mouvements pro-palestiniens attiser la haine anti-juive sur le territoire français, jusqu’à offrir à un Merah une forme de légitimité à tuer des enfants juifs à Toulouse, uniquement parce qu’ils étaient juifs.

Au lieu de vous livrer à des amalgames douteux qui ne serviront que les thèses antisémites, vous feriez mieux de dénoncer avec nous l’antisémitisme sous-jacent de ces mouvements pro-palestiniens pour éviter qu’à l’avenir d’autres enfants soient massacrés sur le sol français.

Enfin, et c’est l’essentiel de mon propos, je n’ai aucune double nationalité. Je suis français et c’est ma seule nationalité, comme pour plus de 90 % des juifs de France.

Les antisémites ont pour habitude de laisser planer le doute d’une prétendue double allégeance des juifs entre la France et Israël.

Les complotistes vont encore plus loin en imaginant que les juifs de France contribuent au « grand complot mondial sioniste », tels Soral et Dieudonné dont les thèses sont en droite ligne issues de celles de la propagande nazie…

Or 90% des juifs de France n’ont pour seule nationalité que la nationalité française.

Si pour 20% des juifs de France il existe un attachement à Israël c’est que, pour beaucoup, ils ont de la famille qui vit dans ce pays, comme d’autres Français d’origines diverses ont de la famille dans d’autres pays.

Mais 80% des Français juifs n’ont aucune activité religieuse, ni associative, ni aucun lien particulier avec Israël.

Il est donc insupportable de lire ce genre d’article qui tente de faire penser que les juifs de France seraient des agents israéliens.

En revanche, un très grand nombre de musulmans ont une double nationalité, et si la question d’une double allégeance devait se poser c’est plutôt de ce côté qu’il faudrait la poser…

Jean-Marc Moskowicz

Président d’Europe Israël

 

image_pdf
0
0