Du présent les déconstructeurs veulent faire table rase


Où s’arrêtera la folie destructrice des idéologues du nouvel ordre mondial ? Venue des États-Unis, la « cancel culture » fait aujourd’hui des ravages en France et en Europe.
Qu’ils soient « décolonialistes », « indigénistes », « racialistes », antifas, adeptes de la « théorie du genre », féministes ou partisans de l’écriture inclusive, ces néo-révisionnistes ont pour point commun de s’attaquer aux fondements mêmes de notre société, de notre culture, de notre civilisation. Une convergence de fait de minorités actives qui contestent l’ordre établi au nom de principes moraux dévoyés. Tout ce qui n’appartient pas au camp du Bien, le leur, doit être dénoncé, banni et voué aux gémonies.

Haro sur l’homme blanc et sur ce qu’il représente. Le mouvement qui a pris naissance aux États-Unis a gagné notre pays. Les philosophes sont sommés d’entrer dans le moule du nouveau politiquement correct. Ceux qui s’y refusent sont impitoyablement chassés de l’antenne. Michel Onfray a ainsi été viré de France Culture, tout comme Alain Finkielkraut de LCI. À l’Université aussi, les gardiens de l’ordre moral veillent. Le sociologue Stéphane Dorin s’est vu évincé fin 2018 de son laboratoire de l’université de Limoges après avoir dénoncé « l’emprise des théories racialistes » sur son unité de recherche » et « la stratégie d’entrisme des militants décolonialistes dans l’enseignement supérieur ».

Les nouveaux Khmers rouges n’hésitent pas à s’attaquer à des monuments de la culture occidentale. Ainsi la presse anglo-saxonne a-t-elle justifié l’annulation de la majeure partie des célébrations du 250e anniversaire de Beethoven en qualifiant de « trop blanc, trop mâle, trop vieux » le compositeur de « La lettre à Élise », de la « Cinquième symphonie » ou de l’« Hymne à la joie » qui serait l’emblème d’un monde culturel prônant la suprématie de la race blanche, masculine et conservatrice. L’horreur ! Même chose pour la littérature, où de grands auteurs comme Sade, Heidegger ou Céline sont proprement ignorés par cette « intelligentsia » qui croit incarner la bonne conscience du monde.

Accents révolutionnaires
Faut-il s’en étonner ? En septembre 2015, alors qu’elle venait d’être élue à la présidence de France télévisions, Delphine Ernotte menaçait : « On a une télévision d’hommes blancs de plus de cinquante ans et ça, il va falloir que cela change ! ». Terribles paroles aux accents révolutionnaires. La machine à couper les têtes est dressée. La chasse à l’homme blanc quinquagénaire est ouverte. Des animateurs connus et appréciés des téléspectateurs comme Julien Lepers, Frédéric Taddei, ou David Pujadas entre autres seront éjectés sans ménagement du service public. D’autres comme William Leymergie ou Georges Pernoud se sentant poussés vers la sortie préféreront prendre les devants en remettant leur démission.

Reconduite dans ses fonctions par le CSA en juillet dernier – une première à France télévisions – la patronne du groupe audiovisuel public persiste et signe. Dans une interview au Monde, le 16 novembre dernier, elle pointe du doigt la « distorsion trop grande entre la réalité et sa représentation actuelle » qu’elle juge insuffisante. « D’après le CSA, les personnes perçues comme « non blanches » représentent 25 % de la société française contre 15 % à la télé. On a un énorme rattrapage à faire. Ce sera le fil rouge de mon nouveau mandat ».

Pratiquer la discrimination positive. Un principe très controversé en France, rejeté plusieurs fois par le Conseil constitutionnel pour être contraire au principe d’égalité entre les citoyens. Peu importe ! Le soutien que lui manifeste régulièrement Macron encourage la passionaria à poursuivre sa campagne de démolition de l’ancien monde audiovisuel. Elle a d’ailleurs prévenu les producteurs. Les financements n’iront qu’aux projets choisis en fonction de critères moraux, ethniques, politiques ou sociaux. Aux USA on dit « No diversity, no commission », explique-t-elle. On ne fera pas un projet quand la diversité n’est pas représentée.

Dérive à l’américaine
Une dérive à l’américaine, parfaitement assumée en dépit des critiques de ceux qui lui reprochent de vouloir reproduire le modèle multiculturel américain où la couleur de la peau passe avant le talent. L’Académie des Oscars a ainsi décidé d’inclure des critères de diversité pour être éligible à sa récompense suprême : l’Oscar du meilleur film. À compter de 2024 les réalisateurs de longs métrages auront à faire un choix : soit avoir comme acteur principal ou second rôle une personne issue d’une minorité ethnique sous-représentée, soit avoir un casting composé à 30 % de personnes issues de groupes sous-représentés : femmes, minorités ethniques, personnes LGBT ou handicapés. Des critères qui s’appliqueront aussi derrière la caméra.

Au rythme où vont les choses, le cinéma français qui décerne chaque année ses César pourrait bien, lui aussi, se voir imposer semblables critères par les nouveaux ayatollahs de la pensée unique. Adieu à la liberté de création, place au casse-tête des quotas ! Le premier à avoir sonné la charge est le trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf. Au lendemain du magnifique et traditionnel concert du nouvel An, il s’est indigné du manque de diversité ethnique de l’orchestre de Vienne. Accusation absurde puisque « le concours de recrutement des musiciens des orchestres symphoniques professionnels se fait derrière un paravent » lui a rétorqué la violoniste chinoise Zhang Zhang. Peine perdue, ce n’est pas ce qu’attendaient ceux qui prônent l’ouverture à la diversité. Ils ne veulent pas d’un paravent, ils réclament des quotas !

Alain MARSAUGUY

image_pdfimage_print

20 Commentaires

  1. Je ne comprends pas cette histoire de quotas notamment le calcul d’Ernotte. Les statistiques ethniques sont interdites en France. Ça sort d’où ces 25% du CSA ?! Ils comptent aussi dénombrer les homos et les lesbiennes pour que le monde audiovisuel soit quantitativement représentatif de la population française au point près. C’est vraiment complètement con.
    J’en ai ras le bol moi des États Unis. Qu’ils s’écroulent et arrêtent de nous pourrir la vie avec leur soft power ! Espérons que Biden va accélérer leur effondrement. Une bonne guerre civile qui nous nettoie tout ça et retour aux amérindiens.
    Sinon il est clair qu’il sera plus simple de faire d’une pierre plusieurs coups : une lesbienne noire et handicapée sera le mouton à 5 pattes que tout le monde va s’arracher.

    • Jo Bidon vient de placer un trans au ministère de la santé…. (d’après Libégaro, ex Le Figaro).

      • La question LGBT n’est plus forcément une ligne de clivage dems / reps, Biden / Trump. Pas plus que la question raciale. Des LGBT, des noirs, des latinos ont voté Trump en 2016 et 2020. Ils votent en fonction de leurs intérêts particuliers mais aussi des intérêts de la nation. Leur vote ne se réduit pas à leur sexualité. Comme pour tous les américains, la question économique est prégnante. Pensez au Log Cabin, groupe LGBT républicain. Trump a promu l’un d’entre eux, Grenell qui est gay. Jordan Evans est une élue républicaine trans. Caytlin Jenner, trans célèbre, soutenait Trump dès 2016. Tiens un article qui parle de la Trump pride et du Log Cabin : https://www.nbcnews.com/feature/nbc-out/trump-pride-gay-republicans-why-they-re-backing-president-n1243469 .

    • ils ne manquent pas d’imagination pour nous imposer leurs idioties
      le seul hic c’est que les veaux ne vont même plus voter et donc laissent ces gens là aux manettes

  2. La photo me rappelle l’époque ou l’on parlait de négresses à plateau, en classe, ou dans les documentaires. Ouh là là, c’était mal !
    Par contre (en revanche disent certains…revanche sur quoi..?) on peut parler maintenant de négresses à plateau-télè……….

  3. preuve que rien n’est perdu si on résiste, si on n’abdique jamais, si on ose être fier de ses ancêtres de ses traditions de sa culture

  4. 25% de non-blancs en France??? c’est une plaisanterie! je suppose que ces abrutis considèrent les arabes, les berbères, les pakistanais comme non-blancs???

  5. Elle pense ainsi, car elle sait ne pas faire partie de ce peuple, sinon elle aurait un peu de respect pour ceux qui lui payent une vie de reine.

  6. Non contents de saccager nos existences au quotidien, ces salopards de socio-justiciers s’en prennent à notre imaginaire et notre Histoire. Ils cherchent à tout noircir et dégueulasser. Mais si cette sinistre entreprise nous vient des USA, l’antidote pourrait surgir de la même origine et la vague de fond venir s’écraser sur notre littoral envahi et pollué. Une grande lessive se prépare !

  7. Je serai partisan de déconstruire des déconstructeurs . Au fait le Homard Scie fait la voix française du pianiste de jazz  » Soul » de Disney Pixar alors raison de plus pour regarder ce dessin animé en version originale afin d’échapper à la diction catastrophique de cet individu

  8. Entendu et vu hier sur CNEWS : le doublage des voix des acteurs noirs doit être fait par des noirs……alors là. …comme disait Sophie Obadia on est dans un monde de fous. J ai vu beaucoup de films avec Morgan Freeman. Il est doublé par un blanc. Et alors. C’est l accord parfait. C’est comme si on exigeait que tous les figurants et comédiens des films sur les camps de concentration soient juifs. ..on va vers la maladie mentale aggravée. Vite. STOP.

    • J’ai vu cette émission… J’aime bien Morgan Freeman et je pense qu’il n’en a rien à foutre d’être doublé par un blanc, un noir ou un asiatique (ses films étant aussi diffusés au Japon et en Corée). On marche vraiment sur la tête ; faudra-t-il avoir la peau verte pour doubler les extra-terrestres dans les films de science-fiction?… Comme l’a dit Pascal Praud, il s’agit d’une minorité qui veut s’imposer. Personnellement,je conseillerais à cette minorité de couillons casse-couilles d’aller se faire voir chez les grecs et de venir ensuite nous conter leur expérience après en avoir pris plein le cul.

      • Nous sommes d accord. Mais la dernière phrase. …..ça doit faire mal quand même. Traumatisme que je ne vivrai jamais. ! Bonne année.

    • Ça nous fera des économies et du temps de libre pour faire autre chose que de regarder ces films et séries.

  9. Nino ferrer était visionnaire quand il chantait  » je voudrais être un noir » . Vu ce qui nous attend on le comprends

  10. Elle est jolie coquette, elle a de l’esprit et un bon travail, mais pourquoi une éducation Française dite de la république en a t elle fait une parano agressive et aigrie qui mordrait son chien et que Bigeard aurait traité de Mal b….,?

  11. Que cette horrible négresse la ferme nous n’avons pas de leçon à recevoir de cette sangsue.

Les commentaires sont fermés.