Duflot et Canfin font passer Valls pour un salaud quand il applique la loi : dehors !

Publié le 1 mai 2013 - par - 3 108 vues

Nul doute que toute la journée, et dans les jours suivants, ce qui devient l’affaire Canfin connaîtra de nombreux rebondissements, et que la tête de l’obscur ministre sera demandée par l’opposition, et par nombre de compatriotes indignés par son attitude. Comment un homme qui, missionné par son gouvernement pour aller au Mali, refuse de prendre un avion parce qu’un Malien va être expulsé, pourrait-il rester ministre ? Comment Cécile Duflot, qui soutient une telle faute professionnelle, pourrait-elle rester ministre ?

Au-delà de cette nouvelle forfaiture de ministre, qui succède aux mensonges de Filippetti sur ses vacances de Noël, aux exploits de Cahuzac, à ceux du fils Fabius, qui réussit à s’acheter un appartement dans le 16e arrondissement parisien de 7 millions d’euros (davantage que le patrimoine déclaré par son père) alors qu’il ne paie pas d’impôts, à ceux de François Hollande en personne, dont Emmanuelle Duverger s’interroge sur le fait qu’avec son patrimoine, il a réussi à ne pas payer l’impôt sur la fortune, cette affaire montre surtout ce qu’est réellement la dégénérescence de la gauche, et la culture des illuminés verts : un individualisme forcené au service du multiculturalisme, contre la République et les Français.

Tout militant politique, syndical ou associatif sait que dans une équipe, il peut y avoir des divergences, mais qu’il ne peut y avoir manque de solidarité. Nous n’aimons pas Manuel Valls. Nous lui reprochons, entre autres, d’abandonner sa police pour acheter la paix avec les racailles, d’être un lèche-babouches au service de l’islam, de ne réagir qu’aux dégradations de mosquées, et jamais à celles, bien plus nombreuses, d’églises, d’être impuissant face aux Camps de Roms, de trahir la laïcité et d’être incapable de faire respecter la loi républicaine sur le territoire national, ce qui n’est pas rien.

Par contre, quand il lui arrive d’expulser un clandestin (rappelons que 85 % des décisions judiciaires ne sont pas exécutées), même si cela désespère de belles âmes qui comparent cela, de manière crapuleuse, à la déportation des Juifs, nous trouvons qu’il ne fait qu’exercer son métier, au service du gouvernement de la France. Ce qui est parfaitement dégueulasse dans l’attitude de Duflot-Canfin (qui disent tout haut ce que pensent nombre de socialistes dégénérés) est à deux niveaux.

D’abord, sachant que l’expulsé est l’auteur d’un viol sur mineur particulièrement sordide, qui lui a valu huit années de prison, il ne leur pose aucun problème qu’il y ait un léger rapport entre le nombre de clandestins, mais aussi de nouveaux arrivants régularisés, et la montée des agressions, dont l’explosion du nombre de viols, multiplié par sept dans notre pays depuis vingt ans, comme le démontre Laurent Obertone dans son dernier ouvrage. Bref, ces petits bobos parisiens, bien planqués dans leurs beaux quartiers, ne subiront pas l’enfer quotidien de la majorité de notre population, et continueront à jouer les belles âmes, quand nos compatriotes souffrent, et parfois meurent, à cause de leur politique migratoire. Première saloperie !

Ri7Duflot la schlagueD’autre part, par démagogie, ils jouent les gentils, qui sont contre l’expulsion de tout clandestin, donc pour leur régularisation, et font passer Manuel Valls, et ceux qui, de temps en temps, sont obligés d’avoir un sursaut républicain et de faire respecter la loi, pour des salauds. Ils se comportent comme des militants de RESF, tout en bénéficiant des avantages sonnants des postes de ministres. Cela s’appelle vouloir le beurre et l’argent du beurre. Dans une équipe, ce genre d’absence de solidarité est inacceptable, et un chef digne de ce nom ne peut accepter cela.

Un Chevènement, malgré ses faiblesses, avait au moins le courage de démissionner, quand ses contradictions devenaient insurmontables. Gageons que Duflot et Canfin n’auront pas le même panache, la place est trop bonne, pour eux et les petits copains.

Et ne comptons pas sur les lâches qui dirigent ce pays, les pathétiques Hollande et Ayrault, pour  taper du poing sur la table. Duflot avait déjà provoqué Ayrault, qui avait interdit à ses ministres de manifester, en défilant avec les LGBT et les défenseurs du mariage homo. Sans aucune sanction du Premier ministre, et aucune réaction de l’imposteur de l’Elysée. Pourquoi ? Virer les Verts du gouvernement, cela serait menacer les accords électoraux municipaux de 2014, et donc mettre en danger des maires. Or, pour les socialistes, les postes et leurs avantages sont bien plus importants que l’intérêt de la France.

Donc, Duflot et Canfin ne seront jamais virés par Hollande et Ayrault, mais par une révolte du peuple de France.

Lucette Jeanpierre

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi