École : ce que cache la scandaleuse réforme du bac Macron-Blanquer

Publié le 10 août 2019 - par - 34 commentaires - 2 072 vues
Share

Fin de notre école… La « réforme » Blanquer devrait faire descendre des millions de Français dans la rue

Ci-dessous un article court mais limpide qui, en quelques mots, dit toute l’horreur de la politique macronienne via la réforme de l’Éducation nationale de Blanquer.

Oui, la réforme du lycée et celle du bac sont faites pour appauvrir nos enfants, pour faciliter l’obtention du diplôme aux minorités visibles et à ceux qui ont plus de gueule que de connaissances, pour rendre impossible l’ascenseur social et donc permettre aux élites de transférer à leurs seuls enfants pouvoirs et prébendes.

Oui le silence orchestré des médias et des syndicats (qui ne parlent que de moyens au lieu de cibler les vrais problèmes comme le fait Maxime Tandonnnet) est une trahison majeure et gravissime. Ils sont complices de ce qui est en train de se passer.

Christine Tasin

http://resistancerepublicaine.eu/2019/08/08/fin-de-notre-ecole-la-reforme-blanquer-devrait-faire-descendre-des-millions-de-francais-dans-la-rue/

Misérable réforme du bac 

Le 6 août 2019, en pleine torpeur estivale, est tombé l’arrêté réformant le baccalauréat et définissant ses nouvelles épreuves.   Le faible intérêt des médias et de la classe politique pour cette petite révolution est révélateur de l’apathie générale qui règne sur la France.

Cette réforme officiellement destinée à rénover cet examen, dépasse en médiocrité tout ce qu’il était possible d’imaginer. Elle achève de décrédibiliser le rituel de passage vers les études supérieures et indirectement, le contenu de l’enseignement secondaire. Elle représente un pas supplémentaire dans la voie de l’abaissement intellectuel de notre pays, et pire, de ses futures générations :

  • 40 % de la note sera issue du contrôle continu pendant l’année scolaire, donc accordée par les professeurs qu’auront fréquentés les élèves pendant au moins un an : il n’existera aucune garantie d’impartialité de la notation et d’absence de prise en compte de l’affect et de la relation personnelle, ni la moindre assurance d’harmonisation du niveau de notation entre des établissements profondément hétérogènes.
  • 15 % de la note sera accordée à l’issue d’un grand oral ou « oral terminal », reposant sur le projet personnel de l’élève et censé évaluer son aptitude à bien s’exprimer en français : cette nouvelle épreuve reflète le goût de l’esbroufe qui caractérise la France contemporaine. Il n’est pas question de récompenser un travail, une réflexion, en l’absence de tout contenu, mais du spectacle que donnera l’élève pendant 20 minutes devant un jury de trois personnes. Le mérite reviendra-t-il à celui qui s’exprime avec le plus d’aisance : prime supplémentaire à la naissance ? Ou bien au contraire, à celui qui inspirera pitié et compassion ? Cela dépendra de la sensibilités des jurys… En tout cas, voici, institutionnalisée, « la note de gueule ».
  • Le pire tient au système des options. Les séries, L, SES, S, sont supprimées et remplacées par un dispositif de choix de spécialités : outre le contrôle continu, le français, la philosophie, le « grand oral », l’élève devra choisir, en terminale, deux épreuves parmi 12 options proposées : arts ; biologie-écologie ; histoire-géographie, géopolitique et science politique ; humanités, littérature et philosophie ; langues, littérature et cultures étrangères et régionales ; littérature et langues des civilisations de l’antiquité ; mathématiques ; numérique et informatique ; physique/chimie ; science de l’ingénieur ; sciences économiques et sociales. Ainsi, il deviendra parfaitement normal, courant, habituel, de passer le bac en esquivant toute épreuve d’histoire, de langues étrangères ou de mathématiques. Le nouveau bac sacrifie délibérément les fondamentaux de l’homme moderne que sont l’apprentissage des langues étrangères, de l’histoire et des mathématiques, rapportés au niveau de simples options. En somme, il devient possible de passer le bac général, sans épreuve de mathématique, ni de physique chimie, ni de sciences naturelles, ni aucune langue vivante ou classique, ni d’histoire-géo,  ni de science économique et sociale…

En apparence, cette réforme est dominée par une volonté de nivellement par le bas : l’appauvrissement, en termes de disciplines enseignées et évaluées, est vertigineux. L’idéologie qui lui est sous-jacente est le relativisme :  tout est égal à tout ; par exemple les langues vivantes sont placées au même niveau que les langues régionales. L’histoire-géographie est fondue dans un ensemble qui inclut « géopolitique », science politique, etc. Que restera-t-il, dans cet étrange magma, de l’enseignement de l’histoire des faits, des idées, des hommes et des événements, de l’Histoire avec un grand H ? La philosophie est réduite à un tronc commun à tous les candidats, évidemment le plus petit dénominateur commun, et ceux qui voudront l’approfondir opteront pour une matière étrange, non identifiée, englobant « humanités et littérature », dont il est impossible de définir les contours.

Dans les faits, elle n’est que foncièrement inégalitaire. En aggravant la médiocrité, en sapant les bases de l’enseignement et de la sélection par le travail, le mérite, l’intelligence, elle favorise la sélection par l’argent, les relations clanique ou familiale, le piston, les privilèges et les passe-droits. Une fois le bac définitivement détruit et en l’absence de sélection par examen ou concours à l’entrée des universités – seule réforme, dès lors que le bac est annihilé, qui exigerait un vrai courage politique –  comment s’effectuera l’accession aux métiers de direction et de conception ? par l’argent, les grandes ou petites boîtes privées – seules qui garderont un concours d’entrée – , le réseau. Dans l’ordre de la destruction en marche, rien n’est plus grave que le bradage du patrimoine intellectuel de notre pays et l’abêtissement volontaire des futures générations.

Maxime TANDONNET

https://maximetandonnet.wordpress.com/2019/08/07/miserable-reforme-du-bac/

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Anticon

Pour ce qui est du contrôle continu il faudrait peut être lire les textes avant de raconter n importe quoi… seul 10% vient du bulletin de notes le reste provient d épreuves avec copies anonymisees et corrigees par d autres profs que les profs de l élève. Je ne suis pas favorable à la réforme mais ce n est pas en racontant n importe quelle ineptie qu on la combat au contraire cela décrédibilise le propos et montre la méconnaissance du sujet. Que l auteur revoie sa copie…

saurer

Déjà un champ de ruines cette Education Nationale, alors en y rajoutant la théorie du genre et l’infiltration des LGTB, le tableau apocalyptique est au complet

Lucie

Le plus grave est l’importance donnée au contrôle continu: il y aura pression sur les enseignants pour qu’ils donnent des bonnes notes.

Dugenou

Au « grand oral », les grandes gueules (on devine qui…) même avec un français approximatif de seulement 300 mots et ceux qui déclareront avoir le projet « humaniste » de participer activement à l' »accueil des gentils migrants » auront une bonne note. Les autres iront se rhabiller!

Eric Fletcher

Ma petite-fille de 14 ans est en avance de deux ans pour ses matières scientifiques et elle vise un doctorat es-Sciences pour ses 20 ans. C’est une parfaite trilingue Anglais-Français-Espagnol et elle apprend maintenant le Chinois. C’est aussi une violoncelliste virtuose. Elle est élève du collège Gulliver à….Miami !

Lionel

Tant mieux pour votre petite fille.
Mais je ne vois pas le rapport entre le système public français et une école privée à 40 000 dollars l’année, où il y a en moyenne 8 élèves par prof (selon leur site) et des conditions exceptionnelles.
Avec le recul, ne trouvez-vous pas votre remarque méprisante et hors sujet?

Eric Fletcher

100 % de bac pour les enfants de la diversité et 80 % de diplomes de Schiances-Pots !

ankou

le passage des math en option va surement aider la france à se réindustrialiser

les singapouriens, coréens japonnais sont morts de rire

Jill

C’est une adaptation à la société. Autrefois l’école à tous les niveaux était le levain de la société, maintenant la société doit subir
l’instruction au rabais. Elle est composée d’une
immense majorité d’abrutis, on doit donc lui
fournir des abrutis. Avant, on aspirait les meilleurs, maintenant on vidange, et cela fonctionne en circuit fermé. On continuera certes à former des elites;le moins possible certes, mais elles auront vocation à aller œuvrer sous d’autres cieux. Pauvre France, dans quel état ils l’ont mise.

Une patriote

Le bac est comme le reste sous la dictature Macron = une gigantesque arnaque et fumisterie qui n’a plus aucune valeur pour ceux qui n’ont eu que la moyenne. Eh oui, il faut savoir que lorsqu’ils s’aperçoivent qu’il n’y aura pas assez de reçu, ils rajoutent un point aux notes de tout les participants !!!!!

Lionel

Je suis d’accord avec certains points, mais il y a de grosses erreurs dans cet article. L’HG restera bien obligatoire pour tous les élèves, de la seconde à la terminale, en tronc commun. Ce matière sera évaluée en contrôle continu. Par ailleurs, elle ne doit pas être confondue, comme le fait l’auteur, avec la spécialité HGSP. Celle si se rajoutera à l’HG obligatoire pour les volontaires. Enfin, dire que les programmes évacuent « les faits, les hommes, les événements » montre que MT n’a pas bien lu les nouveaux programmes. Prenez par exemple celui de première: on revient quasiment au bon vieux… lire la suite

Amphigouric

En gros il va falloir se mettre au niveau des envahisseurs pour eux il existe la discrimination positive leurs rendant l’accès aux grandes écoles plus simple l’exemple type Avia il en va de même dans les facultés où l’on fera d’un marabout un médecin que vous retrouverez à l’hôpital pour le reste une jeunesse inculte traînant ses guêtres faisant de la psycho dans l’espoir de devenir travailleur social des métiers bidons des diplômes bidons des enseignants démotivés à peine plus instruits qu’eux les meilleurs d’entre eux deviendront député RM les autres fabriquer ont des tee shirt pour les chinois

Le king

A la fin des fins,ce sont les Blancs qui contrôlent les nations; La Avia n’est là que pour faire diversion….

Colonel Napoléon de Guerlasse

La fabrique de crétins tourne à plein régime. Mais les cervelles bien faites et bien encadrées par la famille s’en sortiront toujours.

Isa

C’est précisément la nouvelle mission de l’Education Nationale : mettre en place la sélection naturelle, autrement dit la loi du plus fort. Seuls s’en sortent les plus intelligents, les plus persévérants, les plus malins, capables de comprendre rapidement comment fonctionne le système. Quand on ne vous donne pas toutes les clés de la réussite, juste assez pour que vous puissiez trouver les autres par vous-mêmes, si vous en avez la capacité (il paraît que la connaissance est en vous depuis votre conception, le prof n’est là que pour vous en faire prendre conscience !), on accepte l’idée qu’un certain nombre… lire la suite

Le king

Peut-être la solution se trouve t-elle là : sélectionner les plus forts et les plus intelligents : un système pas moins injuste que celui que nous subissons depuis 40 ans …

Arthur 68

Cette réforme est un scandale et en plus il n’est pas sûr du tout qu’un futur président, remplaçant le catastrophique macron , rétablisse un vrai bac.

patphil

ils n’osent pas supprimer le bac devenu inutile!
quand j’ai commencé à enseigner, la raison invoquée étaient que dans les lycées privés ils allaient donner le bac à tous!
quel manque de confiance envers les profs!
et puis ça permettrait aux élèves de suivre des cours jusqu’à la fin juin, comme c’était de mon temps !
(j’ai enseigné 41 ans en france comme à l’étranger.)

BERNARD

On vise l’égalité parfaite..
Elle sera enfin atteinte (car il ne faut quand même pas faire de classement, si stigmatisant) lorsque plus personne ne saura lire ni écrire. (du moins ceux issus de l’école publique)
Nous atteindrons ainsi les sommets atteints dans certains pays africains.
Ya bon pour les écoles privées hors contrat et les cours particuliers !

batigoal

« il devient possible de passer le bac général, sans épreuve de mathématique, ni de physique chimie, ni de sciences naturelles, ni aucune langue vivante ou classique, ni d’histoire-géo, ni de science économique et sociale… » Ceci est evidement un mensonge, il faut choisir ses options. Ensuite avant, les bacs A2 et A3 pour les litteraires ne donnaient plus de math du tout. Le bac C pouvait etre fait sans seconde langue ni histoire géo. Bref beaucoup de bruits pour rien. Et la personne qui veut faire par exemple de l’economie peut choisir math langue science eco et ne plus faire de… lire la suite

Sarah

@Batigoal
L’histoire géo était obligatoire au Bac C. Quant à HEC on pouvait également l’intégrer avec un Bac B.

Jacques B.

Je confirme pour l’HG obligatoire au bac C.

batigoal

C’est vrai il y avait HG en C, erreur de ma part. Je doute que les bacheliers le travaillaient beaucoup mais bon… Pour HEC, heu combien de % de bac B? Soyez honnête…

Mais reste le point principal de l’article: avoir un bac sans « épreuve de mathématique, ni de physique chimie, ni de sciences naturelles, ni aucune langue vivante ou classique, ni d’histoire-géo, ni de science économique et sociale ». Je serai curieux de connaitre le stratagème permettant cela. On passe quoi? Sport?

Arthur 68

Faux pour le bac C (qui a été d’ailleurs supprimé il y a assez longtemps). L’histoire et géo et les sciences naturelles faisaient partie des matières d’oral dit de rattrapage. Quand à la première langue vivante, je vous garantis qu’elle était OBLIGATOIRE dés le premier groupe d’épreuves. J’ajoute qu’à à mon époque, l’oral de contrôle était un passage obligé si on n’avait pas plus de 12 de moyenne à l’issu du premier groupes d’épreuves. Et comme la notation était beaucoup plus dur qu’actuellement, la grande majorité des élèves passait cet oral ou était éliminé. Encore une donnée pour terminer :… lire la suite

Jacques B.

Quand j’ai passé mon bac C (81), l’écrit d’HG comptait pour un coeff 2 (à l’oral je ne sais pas, je ne l’ai pas passé), donc dire qu’on pouvait avoir le bac C sans HG est absolument faux, me concernant.

Arthur 68

—QuanT à —

Gaulois réfractaire

Un élève garçon, blond aux yeux bleus, timide comme un jeune homme peut l’être à 18 ans, venant d’une école privée est perçu comme un ennemi par nombre de profs.

Undertow

C’est pour ça que j’ai mis ma fille dans une école privé. Dans chaque classe, il y a un crucifix et une vierge Marie.
Il va falloir que je me serre la ceinture, car cela à un prix ……

Amphigouric

C’est la solution qui a un coût élevé le barrage de l’argent est discriminatoire mais ceux qui en ont les moyens auraient tort de s’en priver ..en Russie dans les écoles les meilleurs eleve s sont regroupés dans des écoles ou l’enseignement est adapté à leurs possibilités l’encadrement est militaire exigeant de la discipline et de la rigueur ce système en France souleverait un tollé ont préfère des étudiants pochtrons et incultes

batigoal

Et? L’esprit saint inculque la trigonométrie du coup?

Marie35

C’est un peu ce qu’il s’est passé à l’oral de latin cette année pour mon fils, il a dû aller le passer dans un lycée public, la prof lui a demandé d’où il venait et quand il a dit Saint X… elle a cherché à le plomber. Au final elle lui a mis 9 alors que sur ses 5 années de latin il a toujours tourné autour de 17 – 19 (dans un lycée qui n’est pas tendre au niveau notes). C’était bien la peine d’investir du temps dans le latin pendant 5 ans pour rien.

Undertow

C’est vraiment inadmissible. J’ai mis ma fille dans un lycée privé pour ne plus avoir à faire à ces profs gauchistes…
Le prof qui a mis une sale note à votre fils est une crevure……

ISWT

Première nouvelle.

zéphyrin

un ennemi, non mais un perturbateur du groupe métissé, donc un nid à problèmes pour le prof et le gamin..