Vers un renouveau des totalitarismes : écolo, sanitaire, mondialisme

Hannah Arendt fut la grande dénonciatrice du totalitarisme, dans son ouvrage  Les origines du totalitarisme, paru en 1951 et qui en définit l’essence : pour elle, signifiant étymologiquement tout « système tendant à la totalité », et diffusé par des médias de masse contrôlés par l’État.
Au XXe siècle le totalitarisme a produit trois de ses avatars majeurs : le nazisme, le stalinisme, le maoïsme avec ses corollaires : le fascisme et toutes les pulsions génocidaires.
Le XXIe siècle voit poindre trois nouvelles formes de totalitarisme : l’écologisme, l’islamisme et le mondialisme.

Le totalitarisme écologique et ses dégâts
Les éoliennes
« Dans une synthèse particulièrement documentée… Fabien Bouglé démonte un à un les arguments en faveur de l’éolien. Illusion écologique, dangers pour la santé, gaspillage d’argent public, corruption : les faits qu’il rapporte sont préoccupants ». (Luc Lenoir).
Les éoliennes constituent une imposture écologique et financière – qu’il dénonce dans son livre Éoliennes la face noire de la transition écologique – où la corruption est massive et où de nombreuses associations environnementales touchent de l’argent pour éviter qu’elles ne dénoncent les impacts écologiques avérés sur la biodiversité ou sur la nature. Dans cette vidéo il explique pourquoi les éoliennes sont un non-sens écologique et un gouffre financier historique.

La fin des énergies fossiles
Au cours de l’émission sur CNews : Face à L’Info du 19 mai 2021, le journaliste Éric de Riedmatten commente de la 26e minute à la 37e minute le rapport de l’Agence nationale de l’Énergie, qui vient d’être publié :

https://www.cnews.fr/emission/2021-05-19/face-linfo-du-19052021-1083485

Fin des automobiles thermiques à essence, en 2035 (ce qui engendre que toute exploration de gisements de pétrole ou de gaz naturel sera bannie dès l’année prochaine, c’est-à-dire en 2022.
Toute émission de carbone devra être neutralisée en 2050 (la France ne représente que 1 % des émanations mondiales de CO2, la Chine 28 %, les États Unis 15 % et l’Europe 10 % !), en contrepartie :
70 % des énergies procèderont des éoliennes (aujourd’hui : 10 % !).
240 millions de toits à panneaux solaires constitueront d’énormes usines à stockage d’énergie (disparitions des avions à réaction, les voitures à essence ou à diésel, des chaudières à fuel ou à mazout !)

Conséquences ?
La création d’une nette discrimination entre l’énorme masse des pauvres (propriétaires de voitures à essence, représentant 35 millions de véhicules aujourd’hui, en France !) et la minorité de riches, super et nouveaux riches (propriétaires déjà d’un peu plus de 500 000, mais qui deviendront à l’avenir la majorité des propriétaires de voitures électriques).

Les pays qui ne vivent que de l’extraction du gaz et du pétrole seront ruinés au profit de ceux qui extirpent des métaux très demandés aujourd’hui et encore plus demain, comme le cuivre.
En France il y aura abandon de la fabrication des voitures traditionnelles à énergie fossile (50 000 emplois vont disparaître, les garagistes sont condamnés car il n’y aura plus de révision, des fonderies vont voir leurs activités nettement décliner) au profit de l’étranger qui va prendre nos marchés !

1 milliard 200 millions de voitures seront à remplacer ! Cela exigera la fabrication massive de batteries ; ce ne sera pas sans de graves conséquences. aAinsi le site Greenly écrit-il : « Les batteries au lithium sont présentes dans la plupart des produits que nous adorons consommer partout dans le monde. Pour les pays exportateurs de ce métal, à savoir principalement l’Australie, le Chili, l’Argentine, la Bolivie, le Tibet et l’Afghanistan, l’enjeu économique est plus qu’alléchant… Or, l’extraction du lithium, très énergivore en eau, entraîne de nombreux problèmes, comme la pollution des sols et le pillage des réserves d’eau ».

L’abandon programmé du nucléaire
Le nucléaire a assuré notre indépendance, notre autonomie et notre souveraineté alors qu’il s’agit de l’énergie la moins polluante et que le problème du stockage des déchets est en passe d’être résolu.
En janvier 2021, le CEN a déclaré avoir franchi « une étape importante ». Après six ans, les chercheurs ont réussi à générer un faisceau de protons à pleine puissance, pendant plusieurs heures. Au final, ces particules doivent entraîner le réacteur Myrrha via un accélérateur de particules. Les déchets nucléaires des centrales existantes pourront à nouveau être utilisés comme combustible dans le réacteur nucléaire. De cette manière, la montagne de déchets se réduira et deviendra moins dangereuse.

Va-t-on vers une ère nucléaire 2.0 ?
https://www.arte.tv/fr/videos/102705-000-A/vers-une-ere-nucleaire-2-0/

Dix ans après la catastrophe de Fukushima, le nucléaire est toujours une solution d’avenir pour certains experts. Les recherches se poursuivent pour tenter de rendre cette source d’énergie plus sûre, plus efficace, moins problématique quant à la gestion des déchets radioactifs. Et l’un des projets les plus prometteurs à ce niveau, c’est le réacteur à double fluide.

En mars dernier, le réacteur Kanupp-2 est entré en action au Pakistan, de 1100 MW de puissance électrique cette technologie chinoise a été développée à partir des réacteurs français de 900 MW. C’est le premier réacteur de 3e génération à avoir été construit hors de Chine ; il devrait être le cheval de bataille des industriels chinois pour les décennies à venir ! Va-t-on, une fois de plus, se laisser damer le pion par une Chine qui, avec l’accélération de la construction de ce type de réacteur, pourrait devenir rapidement le plus gros producteur d’électricité d’origine nucléaire du monde ?

D’autres grands pays sont en train de s’équiper en réacteurs à eau lourde ou de 3e génération et/ou investissent en matière de recherches sur de nouveaux types de réacteurs (l’Inde, la Russie, les États-Unis, le Canada, la Grande-Bretagne, la Turquie, le Bélarus, l’Égypte, la Finlande, la Hongrie, les Émirats arabes unis).
Dans ces conditions, paraphrasant Boris Vian : l’écologie vaut-elle qu’on soit cocu ?

Le totalitarisme islamique et ses alliés collabos
Attention, une faction est très dangereuse en effet, elle brûle et profane des lieux de culte régulièrement, elle se livre à des attaques d’incroyants, à la bombe, au couteau et à des décapitations d’infidèles, périodiquement ; elle impose aux autres ses codes vestimentaires, sa vision régressive de la femme, sa loi dans les cités ; elle prône un système politique d’organisation de la société de type théocratique, elle insulte, dès qu’elle le peut, les symboles du pays où elle est installée, elle profère des menaces de mort contre ceux qui s’opposent à elle, elle préfère sa communauté mondiale des factieux à celle de son pays, elle passe une partie de son temps à se positionner comme une victime…

S’agit-il de l’infréquentable extrême-droite ? Que nenni, il s’agit de ceux qui suivent à la lettre les préceptes de leur prophète et fondateur Mahomet, un illettré à en croire le site islamweb :

https://www.islamweb.net/fr/fatwa/42401/Lanalphab%C3%A9tisme-du-Proph%C3%A8te

Les dangers de la montée de l’islam, en France
Pour éviter d’être traité d’islamophobe, de raciste, de xénophobe ou même de fasciste par les collabos patentés, soutiens de ce système d’organisation de la société qui se cache derrière une religion, je me réfugie derrière les propos d’un Français d’origine tunisienne, arabe, docteur en sciences politiques qui tente d’éclairer nombre de Français, et même d’évêques intimidés par la propagande des islamophiles impénitents ; et dont on souhaiterait qu’un jour il puisse débattre avec le Français collabo Edwy Plenel de Mediapart, dans un face-à-face télévisé :
Que dit-il en substance ? Que l’islam est loin d’être une religion de paix et d’amour :

Le mythe de l’islam de paix, par Salem Ben Amar :
http://www.lescrutateur.com/2018/03/le-mythe-de-l-islam-de-paix-par-salem-ben-amar.html

mais plus grave aussi, qu’un jour viendra où les urnes électorales seront les urnes des cendres de la France :

Un jour viendra où les urnes électorales seront les urnes des cendres de la France

Je le cite : « Viendra le jour où nous allons rigoler jaune avec les revendications des musulmans de France : – Nous constituons près du tiers de la population française. En toute logique nous devons prétendre au tiers des sièges dans les différentes institutions nationales et locales représentatives du peuple. Or, nous sommes mis sur la touche alors que vous êtes élus grâce à nos voix. Soit vous nous faites de la place sur vos listes, soit nous créons nos propres partis politiques (ce qu’ils ont déjà commencé à faire), et nous présenterons nos candidats partout en France -. Ce grand péril menace la France où ils pourraient un jour ou l’autre mettre la main sur l’Assemblée nationale et adopter les lois favorables à l’islam. Ils sont des électeurs (comme les autres)… En naturalisant les musulmans à tour de bras, la France n’a peut-être pas imaginé le scénario qu’un jour ils seront des électeurs et des éligibles et qu’ils pourraient ainsi l’achever. Un musulman est, par définition, un soldat au service de la cause de sa religion ; il n’a que faire de l’intérêt général d’un pays censé être de surcroît un dar al harb, une aire à conquérir, qui naïvement lui offre lui-même les armes de ses lois trop généreuses pour faire triompher la cause de l’islam. La France peut toujours fermer ses frontières et durcir les conditions d’accès à sa nationalité mais elle ne peut plus faire grand-chose contre la forte poussée démographique et le poids électoral grandissant de ses musulmans. Pour l’heure ils sont capables de se fondre dans le creuset républicain pour ne pas continuer à nourrir les sentiments de rejet et de défiance dont ils font l’objet au sein de la majorité des Français. Ils préfèrent temporiser et poursuivre subrepticement leur stratégie d’araignée qui tisse inlassablement sa toile à l’ombre des tours en béton et s’étendre dans les cœurs des villes comme à Marseille, Paris, Lille et Toulouse où des quartiers entiers sont totalement islamisés. Pourquoi vont-ils relever le défi d’une guerre civile qui pourrait leur être fatale alors qu’ils ont tout intérêt à avancer à visage couvert et renforcer leur assise démographique et électorale sans que personne n’y prenne garde ?

La France islamisée est pour bientôt…

L’aveuglement (voulu ?) des dirigeants ?

Selon une étude de l’OCDE, l’immigration coûterait 0,5 % de la richesse nationale, soit environ 10 milliards d’euros par an ; ce qui me semble très sous-estimé ; ce n’est pas l’avis de Jean-Paul Gourévitch : « L’immigration nous coûte beaucoup plus cher que ce qu’elle nous rapporte »