Écrivains ou gardiens de la morale ?

migrants3-1024x550.png

ÉCRIVAINS OU GARDIENS DE LA MORALE ?

Voici que des écrivains rejoignent la foule des prétentieux se prenant pour les gardiens de la morale, gauchistes de tout poil, révolutionnaires d’occasion, désœuvrés en quête de reconnaissance, sportifs richissimes ou pas, artistes talentueux ou non, moralisateurs à la petite semaine, adeptes d’une religion dévoyée par la mode d’aujourd’hui qui passera comme les autres.

L’écrivain, c’est celui dont l’œuvre littéraire élève l’humain, fouille les profondeurs des subtilités de la langue française, révèle à lui-même le lecteur au vocabulaire banal mais à la sensibilité délicate, le rapproche de l’univers, de l’humanité, de la nature, l’emporte dans des rêves sains ou dans des aventures enthousiasmantes, le projette dans un futur épanouissant…

Être écrivain n’est pas un métier, même si l’on peut en vivre, c’est une inspiration irrépressible, voire vitale pour l’épanouissement, une vocation à partager sa culture, ses émotions, sa pensée profonde. C’est aussi un art, un vrai, celui de traduire en mots et en phrases du plus bel effet la construction intellectuelle issue de l’inspiration à traiter un sujet.

En rejoignant la cohorte des faiseurs de morale publique et même privée, un groupe de dix-sept écrivains1 rêvant à l’utopie du « grand village mondial », reniant la façon avec laquelle fonctionne l’humanité depuis la nuit des temps, l’héritage et la terre des pères, participe à la grande illusion entretenue depuis plusieurs dizaines d’années. Comment des individus aussi différents, vivant de façons si différentes que ceux qui peuplent notre planète pourraient-ils avoir un gouvernement commun reconnu et accepté par tous ? Et désigné par qui ? Il n’est que de voir les désaccords dans un seul pays, même le plus petit, pour comprendre que c’est une idée de rêveur irresponsable. Pour qu’il y ait des pays, il faut donc qu’il y ait des frontières, éléments déterminants pour illustrer un pays sur une carte. Cette conception du monde est intrinsèque aux sociétés civilisées dans toute l’histoire connue de l’humanité. Ceux qui ont voulu refaire le monde et le fonctionnement de l’humain en faisant table rase du passé sont connus dans l’Histoire et ils n’y ont pas laissé le meilleur souvenir : envahisseurs mahométans, communistes, nazis… Ces gens d’aujourd’hui contestant l’existence des frontières sont donc dangereux.

Ce groupe constate que la Méditerranée devient un cimetière et accuse les pays situés sur sa rive nord de manquer de morale et de ne pas respecter les règles internationales, rien que ça ! Au nom d’une entreprise irresponsable consistant à lancer à la mer des miséreux ou supposés tels sur des embarcations dérisoires et les faire secourir selon une procédure concertée, programmée et répétitive, il faudrait engager des moyens illimités pour, finalement, établir une sorte de pont maritime permanent jusqu’à ce que le dernier « réfugié » ait débarqué en Europe ! Et il a le culot de demander : « Jusqu’où est-on prêt à défendre nos valeurs démocratiques ? » On croit rêver !

Daniel Pollett

 

Il prend fait et cause pour « SOS Méditerranée », organisation complice de l’invasion migratoire incontrôlée au prétexte d’aide humanitaire et de réchauffement climatique, largement subventionnée par nos impôts et quelques entités mondialistes. Mais est-il humain de participer à l’acharnement meurtrier poussant à la mer des naufragés par avance ? Quant au réchauffement climatique, rappelons qu’il procède d’une évolution cyclique de la Terre très bien expliquée par Milankovitch et que la NASA 2elle-même confirme. Rappelons aussi que le GIEC, propagandiste de la grande peur climatique, n’est pas une assemblée de savants mais une organisation politique internationale dont les mensonges sont dénoncés dans un livre récent3. Rappelons encore que les avis du GIEC sont contestés par de nombreux scientifiques dont les médias ne nous parlent jamais. On peut citer par exemple les 31 000 scientifiques, dont plusieurs prix Nobel, signataires de « l’Oregon Pétition » organisée par l’Oregon Institute of Science and Medicine (OISM) entre 1999 et 2001, et continuant à être signée par de nouveaux scientifiques aujourd’hui encore.

 

Dans quelle démocratie pourrions-nous vivre si nous laissions entrer chez nous – j’écris bien « Chez nous » – l’ensemble de ces gens étrangers à notre identité enracinée, avec la somme des problèmes insolubles qui se développeraient : logistiques, économiques, sociaux, culturels, démographiques, sécuritaires… En fait tous ceux qui se posent déjà mais multipliés de façon exponentielle, illimitée et permanente. Quel voisinage surchargé et ingérable serait le nôtre ? Quelle curieuse démocratie serait une société en chaos perpétuel aux réalités insolubles ?

Malgré la somme d’ouvrages écrits par beaucoup des membres de ce groupe, on peut se demander quelle sorte d’écrivains ils sont. Ils ne font ni rêver, ni s’émouvoir sainement, mais ils nous projettent tous dans un univers absurde et inquiétant, celui des mondialistes qui ont pourtant déjà fait preuve de la plus grande nocivité. Quant à ce qui est appelé « populismes » et « extrême droite » dans cet article, censés préparer des régimes inhumains – on connaît la chanson – n’est que le résultat des utopies aventuristes et irresponsables de ceux qui promeuvent ce « grand village mondial » invivable où l’homme ne serait plus qu’une entité déracinée fondue dans le magma des pensées les plus folles. Les gens censés, réfléchissant par eux-mêmes et lucides adhérant de moins en moins à ces lubies infernales, c’est là une agitation culpabilisante de plus et un nouveau pas en arrière pour l’humanité, contrairement à ce que l’on voudrait nous faire croire.

 

Daniel Pollett

 

1 https://www.fdesouche.com/2022/11/03/dix-sept-ecrivains-publient-des-nouvelles-pour-soutenir-lassociation-sos-mediterranee-la-planete-est-a-tout-le-monde-et-nous-nous-nous-considerons-comme-proprietaires-de-n/

2 https://resistancerepublicaine.com/2019/06/29/31-000-scientifiques-dont-plusieurs-prix-nobel-denoncent-la-fable-du-rechauffement-climatique/

3 Gérondeau Christian, Les douze mensonges du GIEC, éditions L’Artilleur, Paris, 2022, 170 pages.

 

image_pdfimage_print

7 Commentaires

  1. Bravo et merci pour votre excellent article très bien documenté et si bien écrit.
    Avez-vous le temps et la possibilité de vous pencher sur Denys l’Ancien https://fr.wikipedia.org/wiki/Denys_l%27Ancien
    Un homme du IVe siècle av.JC, l’un des premiers hommes politiques à avoir voulu protéger sa terre (la Sicile) de l’invasion barbare (Carthaginois).
    A travers les siècles il a été couvert de mensonges et d’injures. De son vivant, il se méfiait de tout le monde car beaucoup voulaient le tuer.
    Et pourtant il était un poète, ami des savants de son époque.
    Aujourd’hui encore on parle de Syracuse (sa ville natale) comme de la capitale de la Culture en Sicile et Palerme (vite envahie), comme celle de la Mafia.
    Il y a toujours eu beaucoup d’animosité envers les hommes patriotes, et ce, depuis l’Antiquité. Seule Jeanne d’Arc y a réchappé. On ne peut en rajouter à quelqu’un qui a été brûlé vif !

  2. Je viens de voir le nom des auteurs, pardon de ces « écrivains »… La majorité d’entre eux est d’origine étrangère, pour ne pas dire d’origine « moyen-orientale »… Comment s’étonner dès lors… Depuis toujours je dis que le malheur de la France provient de sa trop grande générosité. Vous pouvez chercher. Vous trouverez toujours, quand il y a opposition à l’expulsion des étrangers ou au refus de l’immigration, des citoyens dont les parents ou les grands-parents viennent de terres étrangères. C’est la raison pour laquelle nous ne parvenons à rien dans la défense de la France. Il faut cesser d’accuser les Français d’être des veaux ou des moutons !

  3. Ce sont des écrivains qui écrivent pour eux eux-mêmes et les gardiens de leur propre morale. Conclusion laissons les à leur vraie place : le neant.

  4. Après la lecture des noms de tous ces illustres inconnus, on peut poser la question de Fernand Raynaud dans le sketch du plombier « qui c’est ? »

  5. gardiens de la morale , mais de laquelle ? relisons les animaux malades de la peste (et toutes les autres fables de la Fontaine)

  6. Ne pourrions-nous pas nous aussi traverser les mers pour nous installer librement en Afrique ? Ah, on me dit dans l’oreillette que cela a déjà été fait ? Ah, et que cela s’appelle la colonisation et il paraitrait que cela n’est pas bien ?
    Faudrait savoir. Moi je vois avec terreur qu’il va falloir sustenter sexuellement toute cette populace !

    • Asma Bint : Excellent !
      …et sustenter alimentairement tous ces estomacs !
      Encore autant de souffrances pour nos animaux, autant de Halal de merde, autant de rivières de sang dans notre « Douce France »… Il va falloir le dire de plus en plus vite : « Douce France » !! Elle est encore un peu « douce », mais qu’est-ce qu’elle court vite !

Les commentaires sont fermés.