1

Éducation nationale : les gadgets Samuel Paty…

À quand les produits dérivés ?

Comme tout macronisé, Blanquer est indécent. Il multiplie les opérations de com’ et les déclarations vaines, en profite pour annoncer la création de comités Théophraste et plans Théodule. Cette mafia ignominieuse exploite tout, surtout le pire, pour faire sa promo, style grande distribution, et continuer à duper.

« Samuel Paty est devenu le symbole, l’emblème de la République et de la liberté » a déclaré Blanquer au Sénat, faisant de ce professeur une sorte de « logo » tous usages… servant à estampiller des opérations laïcité.

Minute de silence, débats en classe, projets pédagogiques… La journée de vendredi était consacrée dans les écoles, les collèges et les lycées de France à un hommage à Samuel Paty, alors qu’avant son assassinat, il fut lâché par tous et surtout, sa hiérarchie, dont des confrères pleurnichent maintenant dans Libération… Ne l’oublions jamais!

« Cette tragédie nous amène à agir sur toutes les dimensions du problème. La doctrine de l’Éducation nationale n’est plus de mettre les problèmes sous le tapis, tous les signalements remontent ». Vaste fumisterie !

Et pour mieux enfumer le gogo, ça jargonne, à l’instar du site Public Sénat et sa chaîne assortie, que vous rémunérez à cette fin :
« Depuis la rentrée, chaque établissement dispose d’un « guide républicain » envoyé par le ministère, « nouveau maillon pour transmettre et faire vivre les valeurs de la République », indique le site internet de l’Éducation nationale. Il s’agit d’une sorte de valise de référence sur la laïcité, composée de trois ouvrages : un recueil de textes fondamentaux baptisé « L’idée républicaine », une « somme pédagogique » consacrée à chaque discipline enseignée de l’école au lycée, et un vademecum de la laïcité à l’école, c’est-à-dire un ensemble de fiches pratiques qui rappellent le cadre juridique face aux situations d’atteinte à la laïcité. Un quatrième texte est annoncé pour la fin d’année : « Respecter autrui à l’école élémentaire ». « Ce guide accompagnera les professeurs des écoles dans cet enseignement fondamental qui concourt à faire des élèves de futurs citoyens conscients de leurs droits et de leurs obligations vis-à-vis de leurs pairs, des adultes qui les entourent et, plus largement, de la société dans laquelle ils vivent ».

« Un vaste plan de formation à la laïcité sur quatre ans a été lancé par le ministère de l’Éducation nationale. La préparation des formateurs doit débuter courant octobre, avant que les premiers enseignants puissent intégrer cette formation début 2022. En 2018, un Ifop révélait que 74 % des enseignants disaient ne pas avoir reçu de formation initiale pour enseigner le principe de laïcité. À cette fin, une période de 10 jours répartis sur deux ans est envisagée. »

« En attendant, un parcours d’autoformation, de 2 à 6 heures, « Faire vivre les valeurs de la République », est disponible en ligne. Il propose des pistes pour « la résolution de situations difficiles ». Cette formation a été suivie par plus de 1 500 personnes sur les 869 000 enseignants que compte la France »…

« Supprimé dans la foulée de l’assassinat de Samuel Paty, l’Observatoire de la laïcité a laissé place à un comité interministériel sur la laïcité, placé sous la tutelle de Matignon. En juillet dernier, cette instance a défini 17 engagements dans sa feuille de route, parmi lesquelles la mise en place de « référents laïcité » dans les administrations, mais aussi un renforcement de la formation initiale des personnels de l’Éducation nationale « dans le cadre d’un module dédié à la laïcité » au sein des instituts nationaux supérieurs du professorat et de l’éducation. »

Ayant abandonné sa mission, refusant d’agir contre « l’ensauvagemenr » et ses dérives, l’Éducation nationale se gargarise de mots pour mieux balader les enseignants.

À force de se faire ridiculiser, maltraiter, insulter, brutaliser… ce qui est surprenant, c’est qu’il y ait en France toujours autant de gens voulant être profs dans le public.

Daphné Rigobert