EELV Marseille : Karim Zéribi va réussir son OPA à 7200 euros

Publié le 24 septembre 2013 - par - 3 271 vues
Share

La scène politique marseillaise voit se développer une nouvelle « affaire » : la « grande gueule » Karim Zéribi est contestée au sein des Verts locaux.

Il faut revenir sur le nomadisme politique de l’intéressé. Après avoir fait partie du MRC de Jean-Pierre Chevènement, Karim Zéribi a hésité lors des municipales de 2008 entre un soutien à Jean-Claude Gaudin (UMP) et Jean-Noël Guérini (PS). Finalement, il choisira « Nono » dont il sera le porte-parole. Evidemment, Karim Zéribi a effacé de son blog personnel toute trace de ce soutien depuis que Guérini a quelques soucis avec la justice…

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/x306nr_marseille-karim-zeribi-soutient-gue_news[/dailymotion]

http://www.dailymotion.com/video/x306nr_marseille-karim-zeribi-soutient-gue_news

Sentant le vent tourner avec les « affaires » de Guérini et de ses potes socialistes, Karim Zéribi qui devine qu’il y aura concurrence au PS local pour la succession (pas moins de 6 candidats aux primaires pour la future élection municipale, tous soutiens de Guérini en 2008…) choisit un autre « véhicule ». Celui qui rêve tous les matins en se rasant de devenir le maire de Marseille sélectionne faute de mieux EELV après avoir hésité d’émarger au Modem local. Zéribi n’a aucune conviction écologique, mais peu importe.

Ce manque d’idéologie politique et cet opportunisme personnel finissent par s’apercevoir. Les écolos « historiques » de Marseille dénoncent depuis quelques jours l’« entrisme » de Karim Zéribi quand ils constatent que celui-ci risque de gagner le scrutin interne qui aura lieu le 28 septembre. En tête des frondeurs, Sébastien Barles qui remarque 200 adhésions récentes, toutes « zéribistes ».

La liste « écolo » est donnée à 7% dans les sondages pour les municipales. Elle ne se maintiendra pas au second tour par « discipline » de gauche, mais elle pourrait fusionner avec la liste du PS dans les secteurs où elle obtiendra plus de 5%.  Donc Karim Zéribi a intérêt à jouer sa carte personnelle là où il a le plus de chances de faire un bon score. C’est pourquoi il renonce à se présenter dans les 15ème et 16ème arrondissements, là où pourtant il est né et où il réside toujours (contrairement à ses copains élus du PS dans les quartiers musulmans). Il choisit de se mettre en avant dans le secteur des 13ème et 14ème arrondissements, face sans doute au socialiste Henri Jibrayel, plus facile à contrer dans un vote communautariste que sa congénère et coreligionnaire Samia Ghali la reine des 15ème et 16ème arrondissements où elle a été élue au premier tour aux municipales de 2008.

Bref, Karim Zéribi n’est qu’un calculateur politique, tout comme ses collègues du PS et de l’UMP locaux.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=4RKtmD0T2pU[/youtube]

http://www.youtube.com/watch?v=4RKtmD0T2pU

Le communautariste qui défendait bec et ongles la subvention municipale anti-laïque à l’abattage halal de l’Aïd-el-Kébir continue donc de jouer sa carte personnelle à Marseille. Peu importe le flacon, du moment qu’on ait l’ivresse islamo-compatible du pouvoir.

Statistiquement, Karim Zéribi a toute les chances de gagner son OPA sur les Verts marseillais. 200 adhésions nouvelles sur 380 militants, le calcul est vite fait. A 36 euros le droit d’entrée pour les « précaires » (bénéficiaires du RSA, smicards, étudiants), cela représente une mise de 7200 euros. Ce n’est pas cher payé pour se retrouver tête de liste dans la seconde ville de France. Bien joué, camarade Karim !

Roger Heurtebise

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.