Egypte : au lieu de soutenir Morsi, laissons les Egyptiens régler leurs problèmes

Publié le 22 août 2013 - par - 923 vues
Share

Islamectomie 210De tous temps, existent des individus qui passent, comme ça, dans la vie, sans jamais être concernés par quoi que ce soit sinon par leur nombril. Ils sont majorité. Le Général disait d’eux (les cons), « nous sommes cernés ». Aujourd’hui plus qu’hier et moins que demain. Amour, haine, peur, sont des sentiments humains immuables. Les cons le sont tout aussi, immuables ! Ces cons qui ont pris fait et cause pour les frères musulmans en Egypte et en Syrie. Les USA d’Obama et l’UE des funestes Ashton-Baroso-van Rumpey.

Pour ce qui est de la haine, un psychanalyste le dira certainement mieux que moi, elle est l’expression de la bêtise, alliée à l’ignorance. Il se trouve qu’en début de ce 21ème siècle, ce sont les haines religieuses qui tiennent le haut du pavé.  Haines déversées par les tenants de « l’islam pur » comme l’explique le Père Henri Boulad. Le fondamentalisme islamique est le retour aux sources de l’islam. Cet « islam pur » endossé par les frères musulmans de l’Egypte qui mettent le pays à feu et à sang.

[youtube]7aWuxaXx58E[/youtube]

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=7aWuxaXx58E#at=74

Le peuple égyptien a pris conscience, plus d’un an après l’élection de Morsi « frère musulman » de s’être fait escroquer par Morsi et ses frères. C’est la raison pour laquelle, ce peuple égyptien, escroqué, trompé, dupé, est descendu dans la rue pour faire dégager celui qu’ils ont élu démocratiquement. Prenez aussi conscience que la conquête musulmane est également en marche en Occident. Le ver est dans la pomme.

Avec Morsi, se sont abattus les pires fléaux sur un pays fragilisé. Chômage de masse, insécurité, dictature religieuse (charria), une économie mise à sac par l’incompétence de l’élu. Le peuple a alors pris la décision de faire dégager incompétence et dictature religieuse, incompatibles avec la reconstruction et le progrès du pays.  C’est une révolte du peuple égyptien. Et non, ce que nous chantent les médias occidentaux, un coup d’état militaire. Il se trouve que le chef de l’armée, le général Abdel Fattah al-Sissi, musulman, mis en place par Morsi, a compris le peuple d’Egypte et a pris fait et cause pour son désarroi. Et c’est tant mieux.

C’est une guerre civile qui a lieu et dans laquelle les occidentaux feraient bien de rester en dehors. La funeste idée « d’ingérence Kouchner » ne peut qu’envenimer la situation. Nous le voyons en Syrie. Nous l’avons vu en Libye. Un vrai désastre ! De manière imbécile, USA et UE avaient pris fait et cause pour Morsi et les frères musulmans, les faisant même paraître comme des victimes. Alors qu’ils sont les bourreaux. L’intolérable dans cette affaire est, que les affidés à ces frères musulmans, battent le pavé de Paris en soutien à Morsi et continuent à faire croire qu’ils sont des pauvres victimes. Alors que c’est tout le contraire. La gangrène de ces frères est bel et bien installée ici, chez nous, au cœur de la nation et de la république qu’ils souhaitent éradiquer pour faire place à leur loi. La charria. Aucun préfet pour leur interdire de manifester, ici, chez nous ! Il ne faut pas non plus compter sur l’UMPS, complices apeurés et lâches.

C’est aux Egyptiens de régler leur problème et d’éradiquer le cancer islamiste fondamentaliste. Je leur souhaite, avec l’aide de l’armée, d’y arriver. Le Père Henri Boulad estime que c’est possible. Croyons le, il sait de quoi il parle, lui, l’égyptien, le jésuite cultivé, écouté dans le monde. Lorsqu’il évoque « ses frères égyptiens », ce sont tous les égyptiens, les victimes de l’escroquerie Morsi et tous les autres, de confessions différentes. Ils sont maintenant tous unis contre le mal absolu. Souhaitons leur de réussir à reprendre la main sur leur grand pays. Une bonne nouvelle ce matin, le chef des frères musulmans, Mohammed Badi a été arrêté.

Dans cette fureur guerrière, au milieu de ces haines déclarées, on n’a pas entendu le serpent, Tarik Ramadan, petit fils du fondateur des frères, Hassan al Banna, enfumeur en chef du fondamentalisme islamique. Que nous disent les onctueux propagandistes islamiques, Malek Chebel, Abdelwahab Medeb ? Silence radio !

Hitler aussi fut élu démocratiquement.

Sylvia Bourdon

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.