Egypte : la chasse aux chrétiens prend des allures génocidaires

En cette période de fin de ramadan, alors que les responsables politiques de tout bord (surtout de gauche…) de France, se succèdent en rangs serrés sur la scène de l’hypocrisie et la dhimmitude, pour exprimer toute leur « affection »,  « estime» et «amitié » envers tous les musulmans de France et de la planète et leurs si tolérants chefs religieux !

En Egypte, la furie antichrétienne a pris des proportions génocidaires.

« Si Allah le veut, le jour viendra où aucun Copte ne pourra plus jamais fouler le sol d’Egypte et il n’y aura plus aucune église ! »

Tamar Rashad

Il y a quelques jours, le leader égyptien d’al-Qaïda, Ayman al-Zaouahiri, a expliqué la chute de Morsi et la défaite des Frères musulmans par la croisade menée par le Pape copte Tawadros II. Selon Zawahri et d’autres terroristes islamistes, le Pape copte essaierait de créer un Etat copte en Egypte.

Depuis cette déclaration mensongère, non seulement les Chrétiens et les églises en Egypte subissent des attaques à répétition, comme jamais auparavant, mais de nouveaux rapports signalent que le drapeau noir d’al-Qaïda flotte maintenant sur plusieurs églises, notamment sur l’église St George à Sohag !

Des terroristes liés à al-Qaïda, en 2010, lancèrent l’une des attaques d’églises les plus sanglantes de ces dernières années : l’assaut de l’église Notre Dame du Salut à Bagdad, qui fit 60 morts et près de 80 blessés. Il est dès lors facile de comprendre les inquiétudes des Coptes suite aux multiples incitations à la haine et à la violence à leur encontre.

La saison de la chasse aux Chrétiens est ouverte ! Par la religion de « paix et d’amour » !

Ces déclarations antichrétiennes émanant d’islamistes, qu’ils soient au sommet de la hiérarchie des Frères musulmans ou de la rue musulmane, terrorisent les Coptes, elles ouvrent la saison de la chasse aux Chrétiens.

Quelques jours après la destitution du président Morsi, le chef suprême des Frères musulmans Mohamed Badie fut le premier à accuser le Pape Copte d’avoir soutenu la révolution populaire du 30 juin, qui fit descendre dans les rues des millions d’Egyptiens.

Après son discours diabolisant les Coptes, les agressions contre les Chrétiens se multiplièrent.

De nombreuses églises furent brûlées et plusieurs Chrétiens assassinés en Haute Egypte. Dans le Sinaï, un jeune prêtre copte fut abattu.

Le corps d’un Chrétien, Magdy Lam’i Habib fut retrouvé mutilé et décapité. Et en raison des nombreuses menaces de mort proférées à son encontre, le Pape Tawadros II, dut quitter sa résidence en la cathédrale Saint Marc, qui fut violemment attaquée sous la présidence de Morsi.

La colère antichrétienne est loin d’être assouvie, elle prend, au contraire, des proportions génocidaires. Tandis qu’Al Jazeera couvrait (et déformait) les évènements, un Libyen, Tamar Rashad appela la chaîne et déclara : « Je tiens à donner de bonnes nouvelles au Pape Tawadros II. Si Allah le veut, le jour viendra où plus aucun Copte ne foulera le sol d’Egypte et il n’y aura plus d’églises. Nous ne permettrons plus que subsiste une seule église. »

Quand l’animateur tenta de protester contre ces propos, Rashad l’interrompit en disant : « Tout est déjà décidé, prenez vos caméras et allez dans les églises, vous verrez ce qui va bientôt arriver, si Allah le veut ! »

Le Sheikh Yusuf al-Qaradawi, mentor spirituel des Frères musulmans, a également donné son accord officiel pour la persécution des Chrétiens. Il a récemment posté une vidéo sur son site, accusant les Chrétiens et autres infidèles d’avoir été recrutés par les militaires égyptiens pour tuer des « musulmans innocents ». (sic)

Comme prévu, toutes ces provocations, toutes ces accusations contre les Coptes lancées par plusieurs dirigeants islamistes de haut rang ont favorisé la multiplication des attaques contre les Coptes, si bien qu’il est devenu aujourd’hui difficile de les comptabiliser. En Haute Egypte, à Minya, Assiout et Sohag, les attaques contre les Chrétiens et les églises se multiplient, des dizaines de maisons et petites entreprises coptes sont incendiées. En raison des risques pour la vie des fidèles, de nombreuses églises ferment leur porte et les messes ne sont plus célébrées…

La situation des Coptes est devenue si terrifiante, qu’Ibrahim Eissa, un journaliste très populaire et personnalité importante de la télévision Egyptienne, n’a pu garder le silence sur le sort des Coptes et déclara (au péril de sa vie) récemment à la télévision en direct : «  Les chrétiens ont beaucoup souffert en Égypte au cours des trois dernières années: leurs églises ont été incendiées, leurs fils ont été tués, leurs couvents ont été démolis. Le massacre de Maspero, perpétré durant cette période, a emporté dans la mort de nombreux coptes héroïques, honorables et amoureux de la liberté. Des fatwas catastrophiques ont été lancées, les désignant comme infidèles et incitant les musulmans à les tuer. »

Personne n’a souffert autant qu’ils souffrent. Aujourd’hui, si un Copte essaye de se joindre à une manifestation, il le fait en prenant le risque de défier des dizaines de fatwas appelant à le tuer, à le décapiter, à brûler les églises, notamment en Haute Egypte.

Avec la chute de Morsi, les islamistes égyptiens ont finalement un excellent prétexte pour nettoyer le pays de sa minorité chrétienne, les Coptes, les Egyptiens de souche, les enfants d’Egypte.

Le mot copte signifie d’ailleurs « Égyptien ».

Leur ancienne langue, le copte, est directement liée au démotique, le dernier stade de la langue pharaonique, ce qui témoigne de leurs liens avec l’Égypte pharaonique. Les Coptes sont de très anciens Égyptiens, présents dans le pays bien avant l’arrivée satanique des musulmans au VIIe siècle.

Cette haine sans précédent qui s’abat sur les Coptes chrétiens est alimentée par la nature « suprémaciste » des musulmans, qui se traduit par cette phrase : « Comment osez-vous ? »

Conquis par les musulmans, les Chrétiens ne peuvent vivre que sous le statut de dhimmi, ou être décapités !

Selon l’enseignement islamique traditionnel, les infidèles, à peine tolérés, doivent se montrer humbles et soumis. Ils ne sont pas autorisés à lever la main contre un musulman, même si ce dernier les menace de violence. Loin de «rester à la place» qui leur est réservée par les Musulmans, celle de dhimmis ! (quel exemple de courage !)

Les Chrétiens d’Egypte ont soutenu la révolution du 30 juin 2013 contre la volonté des Frères musulmans et ce, malgré les menaces. Dès lors, pour les Frères musulmans aigris par leur défaite, ainsi que pour leurs partisans, les Chrétiens d’Egypte à commencer par leur Pape, deviennent des cibles légitimes à abattre.

Le nom du patriarche Tawadros II, chef de l’Eglise copte orthodoxe d’Egypte, figure sur une liste de personnes à assassiner. Cette liste a été trouvée le 6 août 2013 dans une enveloppe déposée dans une mosquée du Caire, révèle le 7 août 2013 l’agence d’information vaticane Fides.

Pendant ce temps, une « journaliste » idiote utile  (pour ne pas être plus direct) de La Croix, Claire Lesegretain (ou crétine…), publie un article immonde, destiné à placer un écran de fumée sur les massacres de chrétiens, en évoquant des fausses rumeurs véhiculées par internet, sans évoquer aucunement leur terrible situation, ce qui, pour le lecteur peu informé ( les persécutions des chrétiens ne faisant pas la une de Libération… jamais…) permet de faire croire que pour les Chrétiens d’Egypte, tout va bien dans le meilleur des mondes islamique !

André GALILEO

Source : “ Al Qaeda Flag Flies High Above Christian Churches” Raymond Ibrahim, traduit et adapté par Rosaly – See more at: http://www.dreuz.info/2013/08/le-drapeau-noir-dal-qaida-flotte-sur-des-eglises-degypte/#sthash.jsgpzsvf.dpuf

image_pdfimage_print